Accueil > Poursuites judiciaires > Applications et sites >

Un tribunal régional supérieur d’Allemagne a confirmé une injonction prononcée contre Cloudflare qui empêche le fournisseur de CDN de faciliter l’accès au site de musique pirate DDL-Music. L’industrie de la musique a salué le développement, déclarant qu’un service qui aide les contrevenants à échapper aux poursuites par anonymisation agit également illégalement.

nuageLa société CDN Cloudflare est devenue l’une des entreprises les plus utiles et les plus importantes sur Internet, desservant des millions de sites Web qui à leur tour servent d’innombrables millions d’utilisateurs.

L’un des principaux objectifs de Cloudflare est d’être considéré comme un intermédiaire neutre, mais ce statut est en train d’être détruit par des éléments des industries du divertissement. Le problème est que certains clients de Cloudflare sont des sites pirates, mais en tant que fournisseur de services, Cloudflare insiste sur le fait que transmettre des plaintes devrait suffire.

Les industries de la musique et du cinéma, quant à elles, aimeraient que Cloudflare cesse de faire affaire avec les “ mauvais joueurs ” ou assume davantage la responsabilité de leurs actions.

Cloudflare ne fera pas de compromis, donc une action en justice est suivie

Cloudflare est impliqué dans plusieurs poursuites judiciaires à travers le monde, non pas pour ses propres actions en soi, mais pour les actions de certains de ses clients. En Allemagne, il y a eu un développement très intéressant, qui pourrait avoir des conséquences considérables sur la façon dont Cloudflare y fait des affaires.

En février, les visiteurs allemands du site de musique pirate et le client de Cloudflare DDL-Music.to ont reçu une rare “ Erreur 451 ” de Cloudflare, ce qui signifie que le site avait été rendu inaccessible pour des raisons juridiques. À l’époque, aucune autre information n’avait été rendue publique mais au fil des jours, une image plus claire s’est dégagée.

Plainte déposée par Universal Music GmbH

Début juin 2019, Universal Music GmbH (Allemagne) a adressé une plainte pour violation de droits d’auteur à Cloudflare après avoir trouvé des liens sur DDL-Music vers des morceaux de la chanteuse allemande Sarah Connor. Les fichiers eux-mêmes n’étaient pas hébergés par DDL-Music mais pouvaient être trouvés sur un site d’hébergement tiers. Universal a demandé à Cloudflare de rendre les pistes inaccessibles dans les 24 heures, mais Cloudflare ne s’est pas immédiatement conformé.

Dans une réponse ultérieure à Universal, Cloudflare a nié être responsable des activités de DDL-Music. Il a suggéré que le label confronte DDL-Music directement, en transmettant une adresse e-mail et les coordonnées de l’hébergeur du site à des fins de contact.

Ce qui s’est passé dans l’intervalle n’est pas clair, mais en décembre 2019, une audience a eu lieu au tribunal de district de Cologne, au cours de laquelle le tribunal a conclu que Cloudflare pouvait être tenu responsable des violations du droit d’auteur de DDL-Music, si la société CDN ne prenait pas en charge action.

Le 30 janvier 2020, le tribunal de district de Cologne a ensuite rendu une injonction préliminaire contre Cloudflare, indiquant que s’il continuait à faciliter l’accès au contenu universel en question, il pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 250000 euros ( 270 000 $) ou, à titre subsidiaire, le directeur général de Cloudflare pourrait purger jusqu’à six mois de prison.

Injonction préliminaire rendue permanente

Selon un communiqué publié jeudi soir par le groupe de l’industrie musicale allemande BVMI, le tribunal régional supérieur de Cologne a maintenant confirmé le jugement du tribunal de district de Cologne. Cela signifie que Cloudflare doit bloquer l’accès à la musique piratée proposée sur le site Web de DDL-Music. Bien que Cloudflare ne puisse pas se conformer à cet ordre spécifique (DDL-Music a évolué il y a quelque temps), le principe est valable. En Allemagne au moins, Cloudflare peut être tenu responsable des infractions de ses utilisateurs.

«Cloudflare propose un soi-disant CDN (Content Delivery Network), qui est utilisé à mauvais escient par des sites Web structurellement violant les droits d’auteur afin d’échapper aux poursuites judiciaires grâce à l’anonymisation. Le tribunal régional supérieur de Cologne a maintenant mis un terme à cela: il a obligé Cloudflare à bloquer le contenu client qui lui a été signalé par les titulaires de droits, ou à bloquer d’une autre manière l’ensemble du site Web du client », indique la déclaration de BVMI.

Décision saluée par l’industrie de la musique comme outil de lutte contre le piratage

Selon BVMI, la décision du tribunal est particulièrement remarquable puisque c’est la première fois qu’un tribunal régional supérieur confirme une injonction contre «un service d’anonymisation» qui dissimule l’identité des serveurs exploités par des sites pirates. Cette décision rendra cela plus difficile à l’avenir, dit le groupe.

«La décision du tribunal régional supérieur de Cologne renforce la position des titulaires de droits dans un domaine important et constitue un signal clair: un service qui aide les autres à se soustraire aux poursuites judiciaires grâce à l’anonymisation est également illégal», commente le PDG du BVMI, le Dr Florian Drücke.

«Cette décision est un succès supplémentaire pour notre industrie face aux offres sur Internet qui causent des dommages considérables aux créatifs et à leurs partenaires et dont les modèles commerciaux reposent sur la génération de revenus considérables avec du contenu tiers sans acquérir de licences pour ce contenu.»

René Houareau, directeur général du droit et de la politique au BVMI dit que l’importance de la décision ne peut être sous-estimée.

«Petit à petit, nous nous rapprochons de la compréhension moderne de la responsabilité de tous les acteurs sur Internet – notamment grâce à des décisions de justice ambitieuses comme celle-ci», déclare Houareau.

«Un service d’anonymisation peut ne pas permettre à des tiers de distribuer des offres illégales tout en déguisant l’identité des serveurs de sites Web structurellement en infraction. En d’autres termes, les excuses ne s’appliquent plus dans de tels cas. Les services doivent reconnaître de plus en plus que certains écrans de fumée ne fonctionnent plus. »

Les développements en Allemagne font suite à une décision de justice similaire en Italie, qui allait également à l’encontre de Cloudflare. Suite à une plainte de la plateforme de télévision Sky Italy et de la première ligue de football italienne Serie A, Cloudflare est désormais tenu de bloquer les noms de domaine et les adresses IP d’un service IPTV pirate. Dans cette affaire, Cloudflare a fait valoir qu’il ne faisait que transmettre le trafic, mais le tribunal n’était pas convaincu.

Leave a Reply