Nicosie (AFP)

Les médias sociaux et les smartphones ont brièvement donné aux jeunes manifestants du printemps arabe un avantage technologique qui a contribué à renverser les dictatures vieillissantes il y a dix ans, alors que leur esprit révolutionnaire devenait viral.

Les régimes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ont été pris au dépourvu alors que la ferveur des soulèvements populaires se propageait à la vitesse d’Internet via Facebook, YouTube et Twitter.

Malheureusement pour les mouvements pro-démocratie, les États autocratiques se sont depuis rattrapés dans la course aux armements numériques, ajoutant la cybersurveillance, la censure en ligne et les armées de trolls à leurs arsenaux.

Alors que le soi-disant printemps arabe a offert une brève lueur d’espoir pour beaucoup, il s’est terminé par des régimes encore plus répressifs dans la plupart des pays et des guerres dévastatrices et en cours en Syrie, en Libye et au Yémen.

Néanmoins, disent les vétérans de l’époque, les révoltes marquent un moment décisif lorsque les natifs du numérique ont lancé l’ère des «protestations de hashtag» d’Occupy Wall Street aux manifestations Umbrella de Hong Kong et Black Lives Matter.

Hyper-réseautées et en grande partie sans chef, de telles manifestations éclatent comme des flashmobs, ce qui les rend plus difficiles à supprimer pour les autorités, avec des griefs et des demandes décidés non pas par des comités mais par la foule en ligne.

«Les blogs et les réseaux sociaux n’ont pas été le déclencheur, mais ils ont soutenu les mouvements sociaux», a déclaré l’ancien activiste tunisien Sami Ben Gharbia, qui a dirigé un blog depuis l’exil et est rentré chez lui au milieu du soulèvement de 2010.

“Ils étaient une formidable arme de communication.”

Aujourd’hui, affirment les cyber-activistes arabes, les États ont perdu une grande partie de leur contrôle sur ce que les citoyens peuvent voir, savoir et dire, comme en témoigne une vague de manifestations qui a secoué l’Algérie, le Soudan, l’Irak et le Liban en 2019 et 2020.

Alors que le lourd couvercle de la censure étatique est retombé une fois de plus dans de nombreux endroits, cet esprit libre a également apporté des changements pour le mieux, en particulier dans le petit pays méditerranéen où tout a commencé, la Tunisie.

– ‘Mobile-isation de masse’ –

L’étincelle qui a déclenché le printemps arabe a été le tragique suicide du vendeur de rue tunisien Mohammed Bouazizi, 26 ans, qui, longtemps trompé et humilié par des responsables de l’Etat, s’est immolé par le feu.

Si son acte désespéré du 17 décembre 2010 exprimait une fureur du monde réel partagée par des millions de personnes, c’est l’univers virtuel des communications en ligne qui a propagé la colère et l’espoir d’un changement comme une traînée de poudre.

Un long mécontentement mijotant parmi les moins privilégiés a été exploité et multiplié par des militants férus de technologie et souvent de la classe moyenne dans un mouvement de masse qui se propagerait du Maroc à l’Iran.

L’auto-immolation de Bouazizi n’a pas été filmée – mais les manifestations de rue qui ont suivi l’ont été, ainsi que la violence policière qui visait à les réprimer par la peur, mais a plutôt suscité plus de colère.

Les smartphones avec leurs caméras sont devenus les armes des citoyens dans la guerre de l’information qui a permis à presque tout le monde de témoigner, et de s’organiser, dans une tendance qui a été surnommée «la mobile-isation de masse».

Des clips ont été partagés en particulier sur Facebook, un média échappant au contrôle des États policiers qui contrôlaient étroitement pendant des décennies les médias imprimés et audiovisuels.

“Le rôle de Facebook était décisif”, a rappelé un blogueur du nom de Hamadi Kaloutcha, qui avait étudié en Belgique et qui avait lancé en 2008 un forum Facebook intitulé “J’ai un rêve … Une Tunisie démocratique”.

“Les informations pourraient être publiées sous le nez du régime”, a-t-il déclaré. “La censure a été gelée. Soit ils ont censuré tout ce qui circulait, soit ils n’ont rien censuré.”

Si auparavant la dissidence pouvait seulement être murmurée, une partie de la peur et de l’apathie des citoyens s’est levée lorsque les utilisateurs en ligne ont vu leurs réseaux de famille et d’amis s’exprimer dans l’espace virtuel.

Les plateformes en ligne ont également formé un pont avec les médias mondiaux traditionnels, accélérant davantage la révolte régionale.

“Les médias internationaux comme Al-Jazeera ont couvert le soulèvement directement depuis Facebook”, a déclaré Kaloutcha.

“Nous n’avions pas d’autre plateforme pour diffuser des vidéos.”

Avec une vitesse fulgurante, le dirigeant tunisien de plus de deux décennies, le président Zine El Abidine Ben Ali, était parti en moins d’un mois.

«Merci Facebook», lit-on un graffiti répandu sur les murs tunisiens, bien avant que le géant des médias sociaux n’attire de plus en plus de feu pour avoir diffusé non seulement des appels à la liberté, mais aussi de fausses nouvelles et des discours de haine.

– ‘La caméra est mon arme’ –

La victoire de la Tunisie allait bientôt déclencher un tremblement de terre politique en Égypte, la centrale électrique de l’Afrique du Nord.

Un catalyseur clé pour mobiliser et organiser des manifestations a été la campagne Facebook “Nous sommes tous Khaled Said”, ou “WAAKS”, qui a mis en évidence la brutalité policière endémique et la corruption généralisée.

Said, 28 ans, est décédé en garde à vue en juin 2010. Des photos de son cadavre battu sont devenues virales en ligne tandis que les autorités affirmaient sans conviction qu’il s’était étouffé avec un sac de drogue.

La campagne WAAKS en a amené des centaines à ses funérailles, suivies d’une série de manifestations silencieuses.

Début 2011, la révolte égyptienne avait pris de l’ampleur et le mouvement s’est transformé en protestations anti-gouvernementales le 25 janvier, journée de la police nationale.

WAAKS à l’époque encourageait le journalisme citoyen avec le tutoriel vidéo “La caméra est mon arme”.

De puissantes images en ligne ont fait surface, notamment celle d’un homme confronté à un canon à eau blindé, faisant écho à l’image emblématique d’un manifestant chinois inconnu qui, en 1989, a défié une colonne de chars sur la place Tiananmen de Pékin.

Les volontaires ont traduit des tweets en arabe pour les médias internationaux, alors même que les radiodiffuseurs d’État dénonçaient les «criminels» et les «ennemis étrangers» qu’ils accusaient d’avoir instigué les manifestations.

Les pirates anonymes du mouvement ont fait preuve de solidarité en distribuant des conseils sur la façon de briser les pare-feu des États et de créer des sites Web miroirs.

Le 28 janvier 2011, le «vendredi de la rage», le gouvernement a ordonné une panne d’Internet et bloqué les services de téléphonie cellulaire, mais il était trop tard.

Une masse critique a déjà été atteinte et de plus en plus de jeunes ont quitté leur écran pour rejoindre l’action hors ligne dans les rues.

Au plus fort des manifestations, jusqu’à un million d’Égyptiens réclamaient l’éviction d’Hosni Moubarak. Il a finalement accepté de démissionner le 11 février, mettant fin à une règle de près de trois décennies.

– Champs de bataille virtuels –

Si l’expression «printemps arabe» faisait écho aux espoirs romantiques de liberté du printemps de Prague de 1968, elle se termina aussi tragiquement que ce bref soulèvement écrasé par les chars soviétiques.

Les États arabes ont rapidement rattrapé leurs propres cyber-outils, en militarisant les médias sociaux et en sévissant contre les militants en ligne.

“Les autorités ont réagi rapidement pour contrôler cet espace stratégique”, a déclaré l’ancien activiste marocain Nizar Bennamate, alors au sein du mouvement de contestation du 20 février.

Les militants, a-t-il dit, sont devenus “victimes de diffamation, d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux et certains médias en ligne”.

Une décennie plus tard, a accusé Amnesty International, le Maroc a utilisé un logiciel de piratage de smartphone pour espionner le journaliste et militant des droits Omar Radi, avant de le détenir pour viol et espionnage.

En Égypte, le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi a écrasé presque toutes les dissensions, bloqué des centaines de sites Web et emprisonné des utilisateurs de médias sociaux, y compris des adolescents influenceurs sur la courte application vidéo TikTok.

Les rachats de sociétés d’édition et de télévision par des initiés du régime ont “entraîné la mort du pluralisme dans le paysage médiatique”, a déclaré Sabrina Bennoui de Reporters sans frontières (RSF).

“Nous avons appelé ce mouvement la” Sisification “des médias.”

Les pays du Golfe, quant à eux, ont utilisé la pandémie de Covid-19 “comme prétexte pour maintenir les schémas préexistants de suppression du droit à la liberté d’expression”, a accusé Amnesty.

Alors que les conflits sont de plus en plus combattus dans l’espace virtuel, l’impasse entre un groupe de pays du Golfe dirigé par l’Arabie saoudite et le Qatar a vu l’utilisation d’armées de robots pour s’attaquer les unes les autres.

Dans la guerre en Libye, combattue avec des drones et des mercenaires, les médiateurs de l’ONU ont récemment exhorté les deux parties non seulement à déposer les armes, mais aussi à s’abstenir d’utiliser en ligne “le discours de haine et l’incitation à la violence”.

Les médias sociaux ont également été utilisés à bon escient par des acteurs non étatiques tels que le groupe djihadiste État islamique, qui les a utilisés comme une arme puissante pour la propagande et le recrutement.

“Les outils qui ont catalysé le printemps arabe, nous l’avons appris, sont aussi bons ou aussi mauvais que ceux qui les utilisent”, a déclaré un commentaire dans le magazine Wired.

“Et il s’avère que les mauvaises personnes sont également très douées pour les médias sociaux.”

– ‘Le rêve devient réalité’ –

Aujourd’hui, alors que la plupart des pays arabes s’attardent près du fond sombre de l’Indice mondial de la liberté de la presse de RSF, le seul endroit qui offre une lueur d’espoir est la Tunisie, le petit pays où tout a commencé.

Bien que battue par la pauvreté et maintenant la pandémie, elle possède une longue tradition séculaire, une démocratie fragile et une relative liberté d’expression dans une région dominée par des régimes totalitaires.

Nawaat, autrefois l’un des principaux blogs dissidents soumis à la censure de l’État, est désormais un média à part entière qui publie à la fois des articles d’opinion et d’enquête, avec un site Web et un magazine imprimé.

Il a produit plusieurs documentaires sur des questions environnementales et de justice sociale et a interviewé l’ancien Premier ministre Elyes Fakhfakh plus tôt cette année.

Gharbia, autrefois réfugiée qui avait fui le régime de Ben Ali et qui dirigeait le blog Nawaat depuis les Pays-Bas de 2004 à 2011, est aujourd’hui fière d’être une force dans le paysage médiatique du pays.

“Il y a eu un grand débat après la chute de Ben Ali”, a-t-il déclaré. «Avions-nous atteint notre objectif, devrions-nous continuer et sous quelle forme?

«Après une transition, en 2013, nous avons décidé de professionnaliser la rédaction, pour produire une information indépendante de qualité, qui fait encore défaut aujourd’hui en Tunisie».

Un jour, il dirigeait une réunion éditoriale animée au cours de laquelle les journalistes ont discuté des partis politiques sur lesquels enquêter ensuite.

«Avoir des bureaux et une équipe de journalistes travaillant librement sur le terrain était un rêve il y a 10 ans», a-t-il déclaré.

“Ce rêve est devenu réalité.”

fraises-fz / jkb / kjm

Leave a Reply