- Publicité -


Maison > Poursuites >

- Publicité -

La marine américaine doit payer 154 400 $ en dommages et intérêts pour violation du droit d’auteur à la société de logiciels allemande Bitmanagement. La Cour fédérale des réclamations des États-Unis a accordé l’indemnisation après qu’il a été démontré que la marine avait copié et utilisé des logiciels sans autorisation. On peut se demander si Bitmanagement célébrera cette victoire, car les dommages représentent moins de 0,1 % des 155 millions de dollars demandés.

vieux navires marine pirateIl y a six ans, la marine américaine a été poursuivie pour violation massive du droit d’auteur et accusée d’avoir causé des centaines de millions de dollars de dommages.

La plainte a été déposée par une société allemande Gestion des bits. Ce n’était pas un cas de piratage typique où un logiciel était téléchargé à partir de sources louches, mais le résultat final était le même.

Tout a commencé en 2011 lorsque l’US Navy a commencé à tester l’application de réalité virtuelle 3D de Bitmanagement « BS Contact Geo ». La Marine a ensuite installé le logiciel sur son réseau, en supposant qu’elle avait l’autorisation de le faire.

Cela s’est avéré être un malentendu crucial. Bitmanagement a déclaré n’avoir jamais autorisé ce type d’utilisation et lorsqu’il a découvert que la Marine avait installé le logiciel sur des centaines de milliers d’ordinateurs, l’entreprise a intenté une action en justice.

Bitmanagement remporte l’appel

Dans une plainte déposée auprès de la Cour fédérale des réclamations des États-Unis en 2016, la société allemande a accusé la marine américaine de violation massive du droit d’auteur et a exigé des dommages-intérêts totalisant des centaines de millions de dollars.

contrat bs

La Cour a initialement rejeté la plainte, Bitmanagement a donc fait appel. L’année dernière, la Cour d’appel du circuit fédéral s’est rangée du côté de la société de logiciels allemande, concluant que le gouvernement américain était effectivement responsable.

L’affaire a été renvoyée devant la Cour fédérale des réclamations, pour déterminer le montant approprié des dommages-intérêts par le biais d’un processus de «négociation hypothétique» lors d’un procès à huis clos.

Des millions ou des milliers de dommages ?

Au cours des derniers mois, le tribunal a entendu les deux parties et un témoin expert crucial. L’objectif était d’établir ce que la Marine aurait payé pour les licences logicielles si un accord avait été conclu.

Le tribunal devait également décider du nombre d’exemplaires pour lesquels la Marine devait verser une indemnité. Bitmanagement a affirmé que plus de 600 000 copies avaient été installées, mais la Cour d’appel a précisé que les dommages-intérêts devaient être basés sur “l’utilisation réelle” du logiciel.

Pour parvenir à son verdict final, la Cour fédérale des réclamations s’est appuyée en partie sur le témoignage du témoin expert de la Marine, David Kennedyqui possède une vaste expérience dans l’établissement de réclamations en dommages-intérêts.

Après avoir examiné divers fichiers journaux, M. Kennedy a conclu que le logiciel était utilisé par quelques centaines d’utilisateurs uniques au maximum. De plus, il pense qu’il est raisonnable que Bitmanagement ait accepté un prix allant jusqu’à 200 $ par licence.

Ce chiffre est inférieur aux 370 $ par installation négociés précédemment. Cependant, le témoin expert estime que cela est justifié en raison du volume important de la transaction et du fait que la situation de trésorerie de l’éditeur de logiciels était plutôt faible à l’époque.

Récompenses judiciaires 154 400 $

Le juge de la Cour fédérale des réclamations Edward J. Damich est largement d’accord avec cette opinion d’expert. Dans son ordonnance, il accorde 154 400 $ de dommages-intérêts au total.

gestion des bits

Le chiffre des dommages est basé sur 635 utilisateurs uniques et des frais de licence de 200 $. Le tribunal accorde également 350 $ supplémentaires pour chacune des 100 licences d’utilisation simultanée que la Marine aurait acceptées.

Le juge Damich note que ces conclusions sont étayées par des “considérations objectives”, ajoutant que le montant des dommages et intérêts est “juste et raisonnable”.

Reste à savoir si Bitmanagement est d’accord avec cette conclusion. La société a demandé 155 millions de dollars de dommages et intérêts, arguant que la Marine a installé 600 000 copies de son logiciel, pour lesquelles elle aurait dû payer environ 259 dollars pièce.

Les 154 400 $ d’indemnisation ne représentent qu’une infime partie de la réclamation, même si l’on y ajoute une indemnité de retard qui sera établie plus tard.

Une copie de l’ordonnance de la Cour fédérale des réclamations accordant à Bitmanagement 154 400 $ en dommages-intérêts pour violation du droit d’auteur est disponible ici (pdf)

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici