Le directeur d’Instagram, Adam Mosseri, a confirmé que Facebook travaillait activement à la création d’une nouvelle version de l’application bien-aimée destinée aux enfants de moins de 13 ans. Le conglomérat technologique américain veut que beaucoup d’enfants utilisent Instagram, mais il n’y a pas de plan détaillé pour le moment. L’objectif est de concevoir un Instagram où les parents apprécient la transparence et le contrôle. L’application est destinée aux enfants, mais elle est gérée par les parents. Pour rappel, Instagram interdit actuellement aux enfants de moins de 13 ans d’accéder à la plateforme. Selon les conditions d’utilisation, vous devez avoir 13 ans pour utiliser la plate-forme de médias sociaux, mais, étonnamment, il n’y a pas de processus de vérification de l’âge.

L’annonce est intervenue quelques jours après que Facebook a reconnu qu’il était nécessaire de faire plus en termes de protection des jeunes utilisateurs. Il a une histoire impardonnable de protection de la vie privée et des données des enfants sur la plate-forme. De plus, il y a eu une couverture des abus, de l’intimidation et de la prédation auxquels sont confrontés les adolescents qui déploient l’application. On pourrait argumenter que Facebook fait passer les profits sur les gens. Il n’y a pas suffisamment de mesures de sécurité en place pour que les jeunes l’utilisent, car les médias sociaux n’ont pas été conçus pour les enfants. Néanmoins, les jeunes sont déjà en ligne et des entreprises technologiques comme Facebook s’efforcent de créer plus d’espaces pour eux.

Cette idée n’a pas plu aux gens, beaucoup s’y opposant entièrement

La tentative de Facebook de créer une application pour enfants a été vivement critiquée et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Beaucoup de gens sont d’accord avec le fait que la société de technologie devrait abandonner ses projets actuels de lancer une version d’Instagram pour les enfants. Une demande a été envoyée, sous forme de lettre, exhortant Facebook à reconsidérer sa position. La lettre a été écrite par un groupe de 44 procureurs généraux américains. Les législateurs fédéraux ont également exprimé certaines réserves concernant l’impact des médias sociaux sur les enfants. Une exposition croissante à la technologie se traduit par le fait que plus d’enfants grandissent avec de l’anxiété et moins d’estime de soi.

La Campagne pour une enfance sans publicité a également contacté Mark Zuckerberg, estimant que l’application mettrait les jeunes en grand danger. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, CCFC est une ONG qui cherche à éliminer le marketing ciblant les enfants et à sensibiliser le public au temps passé devant un écran et aux conséquences d’un mode de vie numérique. Et pendant que nous parlons des effets négatifs de la technologie sur les enfants, n’oublions même pas la technologie de l’éducation a un problème de confidentialité. La pandémie COVID-19 a encouragé l’utilisation de technologies invasives pour la vie privée dans les écoles. Les services éducatifs, qui sont disponibles à un prix fortement réduit ou même gratuits, viennent avec des questions éthiques non résolues.

Instagram pour les enfants est une mauvaise idée pour plusieurs raisons. Si les gens commencent à utiliser l’application de réseautage social tôt dans leur vie, ils resteront ancrés dans ce système au fil des ans. En attendant, Facebook comprendra clairement le type de contenu sponsorisé avec lequel il interagira. Il est même possible que Facebook introduise des publicités spécifiques aux enfants sur Instagram pour les enfants, si ce n’est tout de suite, quelque part le long de la route. À première vue, la plate-forme réservée aux enfants semble relativement inoffensive. Les parents ont un contrôle total sur les comptes de leurs enfants et peuvent filtrer le contenu qu’ils souhaitent qu’ils regardent. Néanmoins, il est important de garder à l’esprit que ce ne sont que des théories; il n’y a aucune preuve solide que Facebook tiendra ses promesses.

Existe-t-il d’autres entreprises technologiques qui créent des applications pour les jeunes utilisateurs ?

Cibler des produits en ligne sur des enfants de moins de 13 ans est non seulement contraire à l’éthique, mais également illégal. En septembre 2019, la Federal Trade Commission a infligé une amende à Google pour avoir surveillé l’historique de visionnage des enfants afin de leur diffuser des publicités sur YouTube. Google et YouTube ont été contraints de payer un montant record de 170 millions de dollars pour avoir enfreint les lois sur la protection de la vie privée des enfants. Si les lois avaient été correctement observées et appliquées, cela ne serait peut-être pas arrivé à cette situation. Les médias sociaux pour enfants violent la vie privée des jeunes et créent, entre autres, un risque accru de dépression. Comme vous pouvez le deviner, Facebook n’est pas le seul à créer des applications pour les jeunes utilisateurs.

Les entreprises technologiques recherchent de nouvelles façons d’attirer les enfants, qui représentent un marché inexploité. Il est assez simple de fidéliser les enfants à la marque et ils ont une influence importante en ce qui concerne les dépenses familiales. Le problème est que les entreprises technologiques doivent également intéresser les parents à la marque. Ainsi, ils conçoivent des produits que les parents approuveraient. Malheureusement, les jeunes sont surveillés, profilés et ciblés par des publicités. Ils cèdent aux pressions du marketing et ne sont pas capables de reconnaître que leurs données sont utilisées pour les cibler. Même si des entreprises comme Facebook sont fières de leurs engagements écologiques, elles génèrent des revenus en appliquant un marketing agressif qui encourage l’hyper-consommation.

Disney propose plusieurs applications pour enfants, disponibles pour les téléphones iOS et Android. Les jeunes peuvent profiter d’histoires passionnantes, de jeux de puzzle intéressants et découvrir des recettes familiales. Disney n’a pas mis trop de temps à comprendre son marché cible et à réussir. À l’heure actuelle, il atteint le cœur des enfants et des adultes en proposant des divertissements adaptés aux familles. Contrairement à d’autres entreprises, Disney a un programme de conformité COPPA très strict. Pour être plus précis, les jeunes sont protégés contre la collecte illégale de données. Néanmoins, le conglomérat des médias et du divertissement a été accusé dans le passé de traquer illégalement des enfants via des applications. Il n’y a aucune garantie que les informations personnelles ne sont pas collectées.

Considérations finales

Dans l’ensemble, les parents doivent se méfier de laisser leurs enfants s’inscrire à n’importe quelle application. Ils doivent rechercher des fonctionnalités qui rendent difficile, voire impossible, la surveillance des communications. Un exemple serait la fonctionnalité Instagram Stories qui supprime la publication après 24 heures. Il est tout aussi important de s’assurer que seuls les contacts approuvés peuvent communiquer avec l’enfant. Il est nécessaire que les parents vérifient les fonctionnalités de surveillance parentale et voient le contrôle qu’ils ont en réalité. Les enfants peuvent peut-être les désactiver et les parents ne sont même pas avertis.

Pour le moment, nous ne savons pas quand la nouvelle version d’Instagram sera lancée. La seule chose que nous savons avec certitude, c’est que personne ne s’en réjouit, qu’il s’agisse des législateurs ou des parents. Facebook essaie soi-disant de rendre ses produits sûrs pour les jeunes utilisateurs, mais il ne bénéficie pas de trop de soutien suite aux problèmes de sécurité.

Leave a Reply