- Publicité -


Deux éléments de preuve clés, dont un téléphone portable et une tablette, appartenant au journaliste Arshad Sharif, auraient disparu de la scène du crime, selon les médias kenyans.

Près de 20 jours après la ‘meurtre’ de M. Sharifla police n’a pas encore fait de percée car elle est toujours à la recherche des gadgets manquants sur les lieux, selon un journal kenyan L’étoile signalé.

Une équipe d’enquêteurs pakistanais – composée du directeur de la FIA Athar Wahid et du directeur général adjoint de l’IB Omar Shahid Hamid – envoyée pour enquêter sur le meurtre a également remis en question le moment de la disparition des gadgets, qui, selon eux, auraient pu être volés lorsque M. Sharif a été abattu, selon le rapport. .

- Publicité -

Jusqu’à présent, la police a établi que M. Sharif est arrivé au Kenya le 20 août avec un visa parrainé par Waqar et Khurram Ahmed, les deux frères qui l’ont hébergé. Ce dernier était avec M. Sharif dans la voiture lorsqu’il a été abattu.

Les chaînes de télévision affirment que l’autopsie a révélé des signes qu’un journaliste a été “torturé”

L’équipe d’enquêteurs pakistanais a recherché les noms et les contacts des instructeurs qui étaient présents au champ de tir lorsque M. Sharif s’y trouvait, selon la chaîne d’information kenyane. Nation. Après la demande, le gouvernement kenyan a demandé aux deux frères de partager les coordonnées des personnes présentes au stand de tir cette nuit-là.

Entre-temps, Géo Nouvelles, citant un responsable du gouvernement kenyan, a rapporté qu’environ 10 instructeurs et stagiaires américains étaient présents sur le site. Dans sa déclaration à l’équipe, M. Waqar a déclaré qu’il n’avait rencontré M. Sharif qu’une seule fois avant de l’inviter à dîner au champ de tir, conformément au Nation rapport.

“Après le repas, Arshad Sharif est parti avec mon frère Khurram dans la voiture et une demi-heure plus tard, des coups de feu ont été signalés sur le véhicule”, a-t-il déclaré.

Les deux frères ont également déclaré aux enquêteurs que M. Sharif souhaitait s’installer définitivement au Kenya avec sa famille et ont même prolongé son visa, selon le Nation.

Dans son interview à La nation, l’épouse de M. Sharif, Javeria Siddique, a déclaré qu’elle avait demandé à son mari de quitter le Kenya et de demander l’asile politique dans un autre pays car elle ne croyait pas que c’était sûr. Elle a également déclaré que sa famille prévoyait de porter l’affaire devant la Cour internationale de justice, car les gouvernements du Pakistan et du Kenya “ne leur rendraient jamais justice”.

Mardi, le ministre de l’Intérieur Rana Sanaullah avait déclaré que M. Sharif avait été tué dans une attaque ciblée, rejetant l’affirmation de la police kenyane selon laquelle son meurtre était le résultat d’une “erreur d’identité”.

Mercredi également, plusieurs chaînes de télévision ont affirmé que M. Sharif avait été brutalement torturé et abattu à bout portant après qu’on lui ait demandé de sortir de sa voiture.

Les journaux télévisés ont montré des images qui auraient montré des marques de balle et des signes de torture sur le corps, affirmant que l’autopsie mentionnait des signes de torture. Répondant à ces affirmations, le chef du PTI, Fawad Chaudhry, a déclaré que la position du gouvernement s’était avérée fausse.

“La [alleged] des signes de torture sur Arshad Sharif shaheed invalident la position du gouvernement pakistanais selon laquelle il a été tué en raison d’une erreur d’identité », a-t-il tweeté.

Publié dans Aube, le 10 novembre 2022


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici