Publicité
Rate this post


Je vais dans les centres commerciaux pour acheter des provisions pour le ménage, et je prends parfois les transports en commun quand je le fais.

J’ai souvent été arrêté et interrogé soit par des agents de sécurité soit par des agents de police auxiliaires quant à mon objectif, ce qui ne les regarde pas. Puisque les jeunes devant moi ne sont pas arrêtés, ces messieurs croient-ils que les vieux comme moi ne devraient pas « errer » ?

Le problème le plus fréquent est que je n’ai pas de smartphone pour scanner le code QR MySejahtera. Tout le monde n’en porte pas et certains n’ont même pas de téléphone « stupide », ce qui est tout ce que je peux me permettre.

Le fait est, quelle est la règle ? Dans un méga centre commercial et KL Sentral, on m’a refusé l’accès à une entrée, mais j’ai réussi à entrer par une autre après avoir noté mes coordonnées.

En marchant dans le métro de KL Sentral à la sortie près du Musée national, j’ai été interrogé sur mon objectif. Quand j’ai dit que j’allais au Taman Perdana (quand il était encore ouvert), le gardien a dit que je ne pouvais pas continuer et m’a agité une carte plastifiée. Je suis donc revenu à KL Sentral, je suis sorti et j’ai contourné les gratte-ciel jusqu’au parc.

A Dataran Merdeka, j’ai signalé un bus GOKL mais avant de me permettre de monter à bord, le chauffeur a voulu savoir où j’étais allé (pour acheter le déjeuner) et où j’allais (chez moi).

Qu’est-ce qui se passe? Avons-nous besoin de cela?

Je ne peux que conclure que parmi nos agents de sécurité locaux et nos agents de police auxiliaires, nombreux sont ceux qui pensent savoir ce qui est le mieux pour le public et qui établissent ainsi leurs propres règles.

En Europe, il existe des lois contre l’âgisme. Je ne suggère pas que notre Parlement applique de telles lois ici. C’est loin de là car les oldies sont généralement traités décemment ici.

GEORGE THOMAS , Kuala Lumpur

.

Leave a Reply