BAIC BluePark lancera en avril son premier véhicule électrique alimenté par la technologie Huawei Lidar

Huawei semble prendre la route moins motivée pour entrer sur le marché des voitures électriques. Contrairement à Baidu qui s’est dirigé directement vers la fabrication de véhicules électriques, Huawei adopte une voie plus indirecte en installant son matériel et ses logiciels dans les voitures d’autres personnes.

Selon un WeChat Publier publié lundi, BAIC BluePark New Energy Technology, l’un des plus grands fabricants chinois de véhicules tout électriques, présentera son premier modèle alimenté par la technologie radar automobile de Huawei à Auto Shanghai en avril.

La nouvelle voiture électrique, nommée Arcfox αS HBT, sera équipée du nouveau capteur lidar de qualité automobile de Huawei, capable de détecter des objets dans l’environnement de la voiture dans un rayon de plus de 200 mètres, selon le post.

Le lidar automobile utilise des lasers rotatifs pour effectuer des analyses à 360 degrés de l’environnement d’un véhicule en temps réel en faisant rebondir les impulsions laser sur les objets environnants et en mesurant le temps de retour de la lumière réfléchie pour calculer les distances et les formes. Les principes de fonctionnement sont similaires aux principes du radar utilisant des ondes radio.

Huawei place de grands espoirs sur le lidar qui, selon lui, peut offrir une plus grande précision dans le positionnement et la détection des objets, mais le PDG de Tesla, Elon Musk, se moque de la technologie, qualifiant son utilisation de «course d’idiot» en raison de problèmes de coût. Cependant, Wang Jun, qui dirige la division automobile intelligente de Huawei, a révélé son intention de réduire le coût du système lidar pour les voitures autonomes à 200 $ par véhicule, par rapport à un produit lidar populaire fabriqué par le leader de l’industrie Velodyne, qui vend pour 4000 $.

Le capteur lidar n’est qu’une partie du système de détection de l’Arcfox αS HBT, qui est également composé de six radars à ondes millimétriques, de 13 radars à ultrasons et de 12 caméras. Pendant ce temps, une puce développée par Huawei, qui offre une puissance de calcul de 352 billions d’opérations par seconde, alimentera également la voiture, lui permettant d’atteindre une autonomie de niveau 3.

Récemment, Huawei a de nouveau démenti les rapports des médias sur son intention de fabriquer des voitures électriques sous sa propre marque et s’est entretenu avec des constructeurs automobiles tels que Changan Automobile et BAIC BluePark au sujet de la fabrication en sous-traitance. Alors que Huawei développe une gamme de technologies pour les voitures intelligentes depuis des années, y compris des systèmes logiciels embarqués et du matériel de communication 5G, Huawei a répété à plusieurs reprises que ses ambitions s’arrêtaient aux composants.

Contacter le journaliste Ding Yi ([email protected])

En rapport: L’interdiction de Huawei en France commence à entrer en vigueur avec une purge dans les zones urbaines

Leave a Reply