Home Sécurité VPN ProtonMail donne des informations sur un militant du climat aux autorités

ProtonMail donne des informations sur un militant du climat aux autorités

12
0
Rate this post


Il a été révélé cette semaine que ProtonMail avait une nouvelle fois fourni des informations à la police suisse concernant un militant français.

La nouvelle est un coup dur pour l’entreprise, souvent louée pour son attitude envers la confidentialité et ses milliers d’utilisateurs dans le monde, qui ne savent plus à qui faire confiance pour protéger leurs informations.

Que s’est-il passé?

La prétendue coopération entre les autorités et ProtonMail a été confirmé par le fournisseur de messagerie et VPN cette semaine. Un article de blog expliquait pourquoi le fournisseur avait transmis à la police suisse des informations concernant un militant français opérant à Paris. Les données ont été demandées dans le cadre d’une enquête beaucoup plus large sur un certain nombre de militants français squattant des immeubles à Paris. Les bâtiments, affirment les rapports, sont un mélange d’appartements et de locaux commerciaux.

Bien que ProtonMail ne coopère pas avec les gouvernements en dehors de la Suisse, il a été obligé d’agir dans cette affaire car la police française a envoyé une demande aux autorités suisses via Europol, l’agence d’application de la loi de l’UE.

La nouvelle qu’un des militants avait été découvert via ProtonMail a été annoncée par les militants eux-mêmes sur le site anticapitaliste français Paris-luttes.info. Des questions subsistent quant à savoir quand – le cas échéant – l’activiste français en question a été informé que ses données faisaient l’objet d’un suivi (ce qui est une obligation légale énoncée dans la loi suisse).

Pourquoi est-ce si controversé ?

La principale raison pour laquelle cette nouvelle est si troublante est que ProtonMail se présente comme un service de messagerie sécurisé et préservant la confidentialité, particulièrement unique sur un marché mondial dépourvu de fournisseurs de messagerie sécurisés. Gmail, par exemple, n’est pas du tout sécurisé. Mais si ProtonMail a commencé à coopérer avec les autorités de n’importe quel pays, alors le service n’est pas anonyme comme cela est souvent annoncé.

Certes, dans la politique de confidentialité de ProtonMail, la société indique que les adresses IP peuvent être enregistrées dans des « affaires pénales » – mais cela fait également partie du problème. S’il est possible pour ProtonMail de commencer à enregistrer votre adresse IP, alors la plate-forme dans son ensemble n’est pas très anonyme.

En plus de cela, ailleurs – comme leur rapport de transparence 2021 – il est suggéré que cela ne concerne que les affaires criminelles extrêmes. Mais cette affaire semble loin d’être du genre de celle dans laquelle une personne soucieuse de sa vie privée jugerait bon de s’en mêler. Un utilisateur a commenté l’année dernière demandant des éclaircissements sur ce point, ce à quoi un écrivain de ProtonMail a répondu :

Un procureur de la République peut en faire la demande si :

  1. Il existe un fort soupçon qu’un infraction considérée comme grave a été commis (une liste complète se trouve à l’art. 269 al. 2 du Code de procédure pénale suisse).
  2. La gravité de l’infraction justifie la surveillance.
  3. Les activités d’enquête menées jusqu’à présent ont été infructueuses ou les enquêtes n’auraient autrement aucune chance de succès ou n’auraient fait déraisonnablement compliqué.

L’auteur de cette affaire, du moins aux yeux de la plupart des gens, n’a pas commis d’infraction grave. C’est un militant du changement climatique qui squatte des immeubles, ce que peu d’observateurs qualifieraient d’acte criminel extrême.

C’est une situation étrange pour ProtonMail : si la loi du pays dans lequel vous vous trouvez vous oblige à faire quelque chose pour le gouvernement, vous devez le faire – mais leur réputation s’est construite sur la notion qu’il s’agit d’un service de courrier anonyme. , malgré la loi sur la surveillance votée en 2015.

Comment ProtonMail a-t-il répondu ?

ProtonMail a publié une réponse à ce cas spécifique, dans laquelle ils ont déclaré qu'”il n’y avait aucune possibilité légale de résister ou de combattre cette demande particulière”, et qu’ils ignoraient que l’individu poursuivi par la police était un militant pour le climat.

Dans la réponse, ProtonMail affirme que la demande est venue par « des canaux généralement réservés aux crimes graves », fournit un certain nombre d’autres raisons pour lesquelles cette action doit être effectuée et clarifie quelles autorités peuvent et ne peuvent pas les obliger à fournir les données des utilisateurs.

ProtonMail en crise

C’est malheureusement la deuxième fois en quelques semaines que la réputation de ProtonMail est mise à mal en raison de sa coopération avec les autorités. Il y a deux semaines, il a été révélé que le gouvernement américain avait pu obtenir des informations sur un utilisateur qui avait proféré des menaces de mort contre le Dr Anthony Fauci, le scientifique incroyablement réputé qui dirigeait la réponse des États-Unis en tant que conseiller médical en chef du président.

Hannah Hart de ProPrivacy a expliqué dans un article récent que cette coopération avec les autorités est due « en grande partie aux nouvelles lois adoptées en réponse aux attentats terroristes de 2015 à Paris. conduirait à la création d’un “mini NSA‘ en Suisse. Le fondateur de ProtonMail, Andy Yen, a également affirmé que le service quitterait entièrement la Suisse plutôt que de coopérer avec la BÜPF”.

Il est important de noter que ProtonVPN, un réseau VPN géré par la même société, a confirmé que les VPN ne sont pas soumis à la même surveillance en vertu de la loi suisse, ils ne peuvent donc pas être contraints de fournir des informations sur les utilisateurs VPN de la même manière.

Previous articleShang-Chi marque un deuxième week-end record au box-office américain
Next articleStephanie Grisham compare Melania Trump à Marie-Antoinette dans un livre

Leave a Reply