Image de représentation |  Modes de paiements numériques en Inde |  Dhiraj Singh |  Bloomberg
Image de représentation | Modes de paiements numériques en Inde | Dhiraj Singh | Bloomberg

Taille du texte:

New Delhi: Des maisons d’affaires indiennes bien connues et des entreprises mondiales de commerce électronique ont indiqué leur intérêt pour de nouvelles entités faîtières flottantes pour les systèmes de paiement et devraient faire une demande auprès de la Reserve Bank of India (RBI) avant le Date limite du 31 mars.

Des entreprises comme Reliance Industries et le groupe Tata, des entreprises de commerce électronique et de technologie comme Facebook, Amazon et Alphabet Inc, des entreprises du secteur des paiements comme Paytm, Visa et MasterCard et des banques telles que ICICI Bank, Kotak Mahindra Bank, HDFC Bank et Axis Bank se réunissent tous dans divers consortiums pour créer de nouvelles entités faîtières (NUE).

ThePrint explique ce qu’est un NUE et ce qui rend cet espace de paiement attractif.


Lisez aussi: RBI permet aux investisseurs particuliers de soumissionner directement sur les obligations gouvernementales – comment cela fonctionne et ce que cela signifie


Qu’est-ce qu’un NUE?

De nouvelles entités faîtières peuvent être créées en tant qu’entreprises à but lucratif ou à but non lucratif qui seront autorisées à entreprendre une multitude d’activités dans l’espace des paiements de détail. RBI avait publié des lignes directrices pour la mise en place de ces entités en août de l’année dernière après avoir examiné cette question au cours des dernières années. Selon les directives, ces entités peuvent offrir une multitude de services de paiement de détail, notamment la mise en place de guichets automatiques, des terminaux de point de vente en marque blanche, des services de paiement et de transfert basés sur Aadhaar, et développer de nouvelles méthodes de paiement. Ils peuvent également exploiter des systèmes de compensation et de règlement pour les banques participantes et non bancaires.

Pourquoi le NUE a-t-il été envisagé?

À l’heure actuelle, de nombreux réseaux de paiement de détail relèvent de la National Payments Corporation of India (NPCI). Par exemple, la populaire interface de paiement unifiée ou UPI, le service de paiement immédiat ou IMPS, Bharat Bill Pay et le système compatible Aadhaar font partie des paiements de détail gérés par le NPCI.

NPCI est cependant constituée en société à but non lucratif et appartient à de nombreuses banques publiques et privées. RBI a proposé de créer davantage de telles entités pour encourager la concurrence et offrir davantage de solutions de paiement de détail aux clients.


Lisez aussi: Pourquoi les crypto-monnaies sont devenues les préférées des investisseurs en 2020 et comment leur valeur est déterminée


Qui peut configurer NUE?

Les entités détenues et contrôlées par des citoyens indiens ayant trois ans d’expérience dans l’écosystème des paiements sont éligibles pour être des promoteurs de NUE. Les entités détenant plus de 25% dans une entité seront considérées comme des promoteurs et un promoteur ne peut pas détenir plus de 40% des parts dans une NUE. Cela signifie qu’un NUE devra avoir au moins trois parties prenantes. Les investissements étrangers sont également autorisés dans la NUE, sous réserve de directives. L’entité devra avoir un capital versé minimum de Rs 500 crore.

Pourquoi les entreprises souhaitent-elles être des promoteurs de NUE?

Bloomberg signalé Jeudi, au moins quatre consortiums se disputent des licences pour mettre en place des NUE. Un consortium comprend Amazon, Visa, ICICI Bank, Axis Bank et deux startups fintech Pine Labs et BillDesk. Le deuxième consortium est dirigé par Reliance Industries Ltd et comprend Facebook et Google d’Alphabet Inc.

Le troisième consortium est dirigé par Paytm et comprend Ola parmi quelques autres entreprises, tandis que le quatrième consortium comprend Tata Group, Mastercard, Bharti Airtel Ltd., Kotak Mahindra Bank et HDFC Bank.

Toutes ces entreprises cherchent à obtenir une part plus importante du marché croissant des paiements de détail numériques en Inde. Avec une prise de conscience croissante et l’amélioration de la connectivité du réseau, de plus en plus d’Indiens utilisent des modes de paiement en ligne, comme en témoigne la croissance rapide enregistrée dans les UPI.

Au cours des derniers mois, l’interface UPI a vu un moyenne de 230 transactions de crore par mois impliquant plus de Rs 4 crore lakh.

Les directives actuelles permettent à un NUE d’offrir une gamme de services liés au paiement. Le libellé des directives est tel que les entreprises espèrent pouvoir être autorisées à proposer également une large gamme d’offres de vente au détail à leurs clients. La seule stipulation que les directives énoncent à propos des opérations est que les nouveaux produits proposés doivent pouvoir interagir et être interopérables avec les systèmes exploités par NPCI.


Lisez aussi: Oubliez Mukesh Ambani vs Bezos, le roi kirana Udaan est le petit nouveau à battre dans la guerre du commerce de détail en Inde


Abonnez-vous à nos chaînes sur Youtube & Télégramme

Pourquoi les médias d’information sont en crise et comment y remédier

L’Inde a encore plus besoin d’un journalisme libre, équitable, sans trait d’union et questionnant face à de multiples crises.

Mais les médias d’information traversent eux-mêmes une crise. Il y a eu des licenciements brutaux et des réductions de salaire. Le meilleur du journalisme se rétrécit, cédant au spectacle grossier aux heures de grande écoute.

ThePrint a les meilleurs jeunes reporters, chroniqueurs et éditeurs qui travaillent pour lui. Pour soutenir un journalisme de cette qualité, des personnes intelligentes et réfléchies comme vous doivent en payer le prix. Que vous viviez en Inde ou à l’étranger, vous pouvez le faire ici.

Soutenez notre journalisme