- Publicité -


La retraite précipitée de Musk souligne le besoin urgent de normes mondiales cohérentes pour les magasins d’applications mobiles

Contenu de l’article

Les magasins d’applications numériques gérés par Apple Inc. et Alphabet Inc.Est Google (en anglais) are discutablement Les régulateurs numériques mondiaux les plus puissants parce qu’ils établissent et appliquent efficacement des normes relatives aux applications auxquelles nous pouvons accéder et comment.

Publicité 2

Contenu de l’article

Les régulateurs ont laissé Apple et Google fonctionner comme un duopole pendant plus d’une décennie, mais réagissent maintenant aux déséquilibres de pouvoir perpétués par ces magasins, repoussant de plus en plus les normes que les deux sociétés ont mises en place, tout en envisageant de nouvelles règles conçues spécifiquement pour les plus grandes entreprises de technologie numérique.

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Dans le processus, un ensemble de meilleures pratiques prend forme qui offre un programme de gouvernance mondiale pour les magasins d’applications. En tant que pionnier de la réforme de la concurrence, le Canada a une occasion unique d’importer ce programme émergent avec une nouvelle cohérence.

La « taxe » de 30% facturée par l’App Store d’Apple a fait rugir dans la conscience du grand public lorsque Elon Musk a fait la moue à ce sujet sur Twitter à la suite de l’affirmation dans le New York Times de l’ancien responsable de la confiance et de la sécurité de Twitter Inc. que les directives d’Apple et de Google pourraient risquer l’expulsion de Twitter de leurs magasins d’applications.

Publicité 3

Contenu de l’article

Musk n’a pas été la première personne à s’opposer à la capacité de l’App Store à faire des choses comme interdire les plates-formes de distribution d’applications concurrentes, lier l’accès à l’App Store à un système de paiement intégré qui facture une commission de 30% pour les biens et services numériques offerts sur ses plateformes, dissuadant les clients de télécharger des applications en dehors de ses magasins. et plus encore.

Une myriade de poursuites et d’enquêtes antitrust équivaut à une pression judiciaire fragmentée sur Apple et Google, testant les normes existantes des magasins. Un recours collectif en Californie qui allègue qu’Alphabet viole les lois anti-concurrence américaines Google Play procède dans la foulée de trente-sept procureurs généraux d’État et de district des États-Unis qui ont lancé une poursuite similaire l’année dernière. L’Utah allègue que Google utilise des accords anticoncurrentiels et des gains pour maintenir un monopole de magasin d’applications mobiles afin de pouvoir soutirer des frais plus élevés aux développeurs d’applications et aux utilisateurs. S’appuyant sur les interventions menées par l’État, le projet proposé Loi sur les marchés d’applications ouvertes aux États-Unis établirait des règles relatives au fonctionnement de tout magasin d’applications comptant plus de 50 millions d’utilisateurs.

Publicité 4

Contenu de l’article

L’UE Loi sur les marchés numériques vise à rendre l’économie numérique plus équitable et plus contestable, et cherche à empêcher les gardiens d’imposer une escroquerie déloyalesur les entreprises et les utilisateurs finaux. Japon Loi visant à améliorer la transparence et l’équité des plateformes numériques De même, les fournisseurs de plateformes numériques sont soumis à des réglementations spécifiques. Conseils du Royaume-Uni Groupe de travail sur les marchés numériques a éclairé un projet de loi établissant de nouvelles règles de concurrence pour les marchés numériques.

D’autres cas de test ont été spécifiques à l’entreprise, notamment : Spotify Technology SAdéposée en 2019 auprès de la Commission européenne contre les règles de l’App Store d’Apple et le procès qui Jeux épiques, une filiale de Tencent Holdings Ltd., déposée contre Apple en 2020.

Publicité 5

Contenu de l’article

En revanche, la consultation actuelle du Canada sur l’ L’avenir de la politique de la concurrence au Canada ne fait aucune mention spécifique des magasins d’applications. Au lieu de cela, il fait un geste face au défi des marchés des données et du numérique et soulève doucement la question de savoir si nous devrions créer des « règles ou des présomptions claires pour les entreprises ou les plateformes dominantes » dans une allusion à leurs homologues internationaux. Pour digérer le document, il faut lire entre les lignes, ce qui est emblématique du conservatisme législatif du Canada.

Pomper les freins sur la réglementation mise à jour est une Rapport récent du Future of Business Centre de la Chambre de commerce du Canada, qui met en garde contre de nouvelles interventions visant à lutter contre la domination du marché numérique. Le rapport soutient que le rythme de l’évolution de l’économie numérique laisse les forces de l’ordre de la concurrence dans la poussière, de sorte que les régulateurs mèneraient constamment la dernière guerre.

Publicité 6

Contenu de l’article

Bien que ce décalage mérite d’être reconnu, il n’est guère incompatible avec une plus grande rapidité d’application de la loi. Cet appel est difficile à avaler quand on considère le plus récent Inventaire des nouvelles règles pour les marchés numériques du G7, où le Canada ne figurait pas sur la liste parce que nous avons été très réticents à nous adapter. Peut-être que l’élimination des obstacles qui empêchent le Bureau de la concurrence d’accélérer l’analyse et l’achèvement des cas serait une façon plus responsable de remédier à ce décalage, au lieu de baisser les bras. La prudence favorise les entreprises, pas les consommateurs.

Publicité 7

Contenu de l’article

La question de savoir si le Canada utilisera des critères qualitatifs pour identifier les entreprises ayant un niveau particulier de pouvoir de marché, ou à quoi devrait ressembler un tel processus de désignation, pourrait dépendre de la question soulevée pendant la petite fenêtre qu’Ottawa a ouverte pour examiner la modernisation du droit de la concurrence. Le Canada peut se joindre au chœur des experts de la concurrence aux prises avec des comportements commerciaux uniques qui sont devenus la norme pour tous les magasins d’applications.

Peut-être Elon Musk Explosion récente peut faire pour les magasins d’applications ce que le fandom de Taylor Swift a fait pour Ticketmaster et catapulter les questions de concurrence connexes au premier plan des préoccupations des organismes de réglementation.

Cependant, il y a lieu de se demander si même Musk, la personne la plus riche du monde, a les moyens de forcer le changement dans les magasins d’applications. Peu de temps après son explosion, Musk a été vu se promener avec le directeur général d’Apple, Tim Cook, et Apple a repris la publicité avec Twitter à hauteur de 100 millions de dollars par an.

La retraite précipitée de Musk souligne le besoin urgent de normes mondiales cohérentes pour les magasins d’applications mobiles que le Canada peut aider à catalyser en important l’Open Apps Market Act de Washington. Mais dans le « magasin » en ligne des interventions réglementaires proposées pour apprivoiser la manipulation du marché des magasins d’applications mobiles, jusqu’à présent, rien n’apparaît lorsque vous recherchez « Canada ».

Vass Bednar est directeur général du programme de maîtrise en politiques publiques dans la société numérique de l’Université McMaster et agrégé supérieur de recherche au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale.

Publicité

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour la modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Visitez notre Lignes directrices de la communauté Pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre Paramètres de messagerie.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici