- Publicité -


identitycrisis comic 400

- Publicité -

Voici le tour d’horizon des nouvelles AdExchanger.com d’aujourd’hui… Vous le voulez par e-mail? S’enregistrer ici.

Transparence améliorée (Bien sûr … )

La Digital Advertising Alliance (DAA) a lancé un programme de certification pour les identifiants de médias adressables (AMI), qui sont devenus très importants depuis ATT.

Si vous n’avez pas entendu parler des AMI, ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas un terme courant, du moins pas encore, bien que vous les connaissiez peut-être sous un nom différent. Les UID et les PPID Google sont des AMI. Devinez que nous n’avons tout simplement pas assez d’acronymes de trois lettres (TLA) dans la technologie publicitaire.

Accrochez-vous à votre chapeau : PRAM, le « Partenariat pour des médias adressables responsables », qui est soutenu par l’IAB, WFA, ANA et d’autres TLA, gouvernance transitionnelle sur les AMI à la DAA en février.

Quelles sont les autres AMI ? Eh bien, LiveRamp exploite le plus grand graphique d’AMI avec son RampID (anciennement IdentityLink, qui est passé par IDL … une perte difficile pour les TLA).

Et, ne le savez-vous pas, LiveRamp est le premier fournisseur à accepter la certification AMI DAA. La revue couvrira RampID et la solution de trafic authentifié (ATS) de LiveRamp, les produits que les éditeurs utilisent pour collecter des e-mails et des PPID … Je veux dire les UID … ou, attendez, les AMI. De toute façon.

« La certification DAA est une étape importante pour améliorer la transparence et la responsabilité de la publicité numérique », selon un communiqué de Todd Parsons, chef de produit chez Criteo, dans le libérer. Parsons est également cité comme « Président PMC du Prebid Addressability Framework ». (Appelez-le le PAF, c’mon.) PMC signifie « comité de gestion de projet ».

Il est temps de boire un verre.

advertisement2

Une licence pour Swill

L’un des principaux arguments antitrust de l’UE contre Google est qu’il réduit délibérément la valeur de sa technologie commerciale pour les clients afin d’améliorer ses propres produits par comparaison. L’année dernière, Google a perdu un appel et a été frappé d’une amende de 2,8 milliards de dollars pour avoir auto-préféré ses propres résultats de recherche de comparaison de prix.

Une reprise de cette stratégie pourrait fonctionner à nouveau dans une nouvelle poursuite ciblant Google et les activités de licences de moteurs de recherche de Microsoft, Politico Rapports.

Google octroie des licences d’annonces de recherche aux marchés et aux détaillants en ligne, à d’autres moteurs de recherche, tels que Startpage, et aux fabricants de téléphones mobiles. Microsoft Bing est le distributeur d’annonces de recherche en marque blanche pour DuckDuckGo, Ecosia, Qwant et d’autres moteurs.

Les données compilées par des chercheurs en technologie publicitaire – qui ne sont pas nommés « de peur de nuire aux relations commerciales entre Microsoft ou Google » – prouveraient que les grandes plateformes siphonnent des publicités de qualité pour elles-mêmes et envoient des publicités de spam grossières aux licenciés. Des recherches précieuses telles que « acheter un canapé en ligne » invitent à des placements multimédias pertinents et riches sur la page de recherche d’accueil, tandis qu’un service sous licence peut ne pas être en mesure de diffuser une annonce du tout.

Un porte-parole de Google affirme que ce sont les annonceurs qui choisissent de cibler Uniquement Google ou le réseau de partenaires. Alors devinez que c’est à eux de corriger la recherche sous licence de Google?

Je vous vois sur CD

Le CDC a suivi des millions d’emplacements téléphoniques alors qu’il surveillait la propagation de la COVID-19 et des mouvements des personnes à différents stades de la quarantaine.

Ce n’est pas nouveau. La relation du centre avec le vendeur de données de localisation SafeGraph pour l’accès aux données liées à la pandémie a déjà été signalée il y a deux ans. Les données ont été utilisées pour suivre comment les fermetures de frontières ont affecté les taux de coronavirus, Vice et d’évaluer les programmes politiques avec la Nation Navajo.

Malgré cela, le rapport ne manquera pas de s’enflammer, bien qu’il y ait peu de substance.

Le CDC surveillait les couvre-feux et la fréquentation, mais pas pour suivre les personnes qui enfreignaient les règles. Il a surveillé les données agrégées pour voir si les achats ou les déplacements domicile-travail avaient un impact sur la propagation de la maladie.

Vice dit que les révélations sont « susceptibles d’être controversées » même si l’utilisation des données elle-même est un rienburger. Quoi qu’il en soit, les vérificateurs du mandat vaccinal à haute tension et les théoriciens du complot qui suivent le gouvernement feront sans aucun doute du foin du rapport.

Ce n’est pas une raison forte contre l’utilisation par le CDC des données de localisation pour suivre la propagation de la COVID-19.

Mais c’est le cas: les mêmes données pourraient également être utilisées à des fins néfastes. Par exemple, les données SafeGraph pourraient être utilisées pour suivre d’où viennent les gens sur leur chemin ou où ils sont allés après avoir visité une clinique Planned Parenthood.

Mais attendez, il y a plus!

Vice Media a engagé des conseillers financiers pour chercher un acheteur et peut se vendre en morceaux. [CNBC]

Lightshed Partners: Pourquoi ChartVous choisissez flex de Comcast plutôt que Google TV dans la guerre tvOS? [blog]

En parlant de, Comcast Technology Solutions a lancé un produit d’insertion d’annonces adressable linéaire dynamique. [release]

Comment la rivalité entre Coca-Cola et Pepsi a façonné le marketing – et où il va ensuite. [Marketing Dive]

Publicis Groupe acquiert la start-up de logiciels ecomm Profitero pour 200 millions de dollars. [WSJ]

Vous êtes embauché!

Frank Einecke, ancien directeur général des partenaires marketing mondiaux de Google, est le nouveau PDG de l’opérateur bloqueur de publicités eyeo. [release]

Sarah Van Mosel rejoint iHeartMedia en tant que vice-présidente exécutive du iHeart Audience Network. [release]

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici