Home Google La réduction des taux de commission de Google ne résout pas les...

La réduction des taux de commission de Google ne résout pas les problèmes plus importants : ADIF

1
0
Rate this post


Chennai : alors même que Google a modifié jeudi sa politique de tarification du Play Store et a réduit la commission des développeurs à 15 % contre 30 % pour les produits numériques par abonnement, l’Alliance of Digital India Foundation (ADIF) l’a qualifiée de “tactique de déviation et de distraction” et « aveux de culpabilité et d’injustice de la part de Google ».
Notant qu’il ne traite pas les problèmes fondamentaux d’une grande partie des développeurs, l’ADIF, un organisme industriel de startups et d’entrepreneurs numériques, a déclaré qu’il ne s’agissait jamais du taux de commission facturé, mais de refuser aux développeurs d’applications le choix d’aller avec d’autres prestataires de paiement. « Alors que Google a tenté de remédier à un aspect de l’injustice – les prix élevés (bien que de manière timide), les aspects les plus importants liés aux pratiques anticoncurrentielles – de restreindre d’autres fournisseurs de paiement à opérer dans leur économie d’applications et d’autoriser un choix du fournisseur de paiement aux développeurs, restent sans réponse et toujours non résolus », a déclaré l’ADIF dans un communiqué vendredi.
Dans un contexte de recul accru en Inde et dans le monde concernant ses politiques de magasin d’applications, Google a déclaré jeudi qu’il réduisait de moitié (15 % contre 30 %) ses frais de magasin d’applications pour tous les services par abonnement à compter du 1er janvier 2022.
Cependant, l’ADIF insiste jusqu’à ce que la Commission de la concurrence termine son enquête sur la politique de Google d’utilisation obligatoire de son système de facturation, le statu quo doit être maintenu et Google ne devrait pas être autorisé à mettre en œuvre sa politique d’« adoption forcée de son système de facturation » à partir de mars. 2022.
« Ce que les développeurs demandent, c’est l’équité et non la bienveillance sous la forme de pourcentages de commission « réduits ». Il n’a jamais été question de pourcentages. La découverte des prix devrait être laissée aux forces du marché. Tant que Google dicte unilatéralement les prix et que les gens n’ont pas le choix, c’est toujours un Lagaan – que ce soit 30, 15 ou même 2, les pourcentages n’ont pas d’importance », a déclaré Sijo Kuruvilla George, directeur exécutif de l’ADIF.
“Bien que le pourcentage de commission soit l’un des problèmes, car les frais de Google sont très élevés par rapport à environ 2% facturés par d’autres systèmes de traitement des paiements, le problème principal est que Google n’autorise pas les développeurs à utiliser d’autres passerelles de paiement”, Murugavel Janakiraman, fondateur et PDG , Matrimony.com, et un membre fondateur de l’ADIF a déclaré.
L’ADIF insiste sur le fait que Google doit fonctionner dans le meilleur intérêt de tous les développeurs, et pas seulement de ceux déjà présents sur leur système de facturation. L’annonce pourrait être une source de bonheur pour le sous-ensemble de développeurs qui sont déjà sur le système de facturation de Google mais pas les autres, a déclaré l’ADIF.

.

Previous articleTelenor choisit NEC et Cisco pour les réseaux de transport 5G xHaul en Norvège et au Danemark
Next articleDes pirates informatiques russes utilisent des chaînes YouTube pour diffuser des arnaques aux crypto-monnaies : rapport Google
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply