- Publicité -


Le 3 octobre, la Cour suprême a accordé le certiorari dans deux affaires connexes explorant l’interaction entre les lois antiterroristes et l’article 230 du Communications Decency Act. Twitter c. Taamneh et Gonzalez c. Google (en anglais) a allégué que plusieurs entreprises de médias sociaux ont fourni un soutien matériel à l’EIIL, une organisation terroriste étrangère désignée (FTO), en leur donnant accès à l’infrastructure de communication. Sur la base de cette disposition, les plaignants dans chaque cas ont cherché à tenir les plateformes responsables de la mort de leurs proches dans les attaques terroristes de l’Etat islamique à Paris et à Istanbul. Les recommandations de contenu algorithmique, ont-ils fait valoir, renvoient les utilisateurs aux vidéos de l’EI et organisent un contenu composite qui les transforme de services informatiques interactifs impartiaux (qui sont immunisés en vertu de l’article 230) en développeurs de contenu (qui ne le sont pas). La Cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit a consolidé et examiné les appels de Gonzalez, Taamneh, et un troisième cas (Clayborn c. Gazouiller) mais a rejeté la plupart de ces plaintes avec préjudice, ne renvoyant que les allégations selon lesquelles les plateformes ont aidé et encouragé ISIS en partageant les revenus des publicités placées sur le contenu du groupe.

Clarence Thomas, juge de la Cour suprême a déjà écrit une poignée d’avis demandant à la Cour suprême d’examiner l’application judiciaire de l’immunité prévue à l’article 230. En parallèle, des dizaines de législateurs ont Réformes proposées à l’article 230; Nombre d’entre elles visent carrément à responsabiliser les services informatiques qui contribuent à la prolifération de contenus terroristes en ligne. Il reste à voir si le législateur ou la Cour suprême abordera d’abord l’article 230, mais c’est peut-être le prologue d’un moment décisif pour Internet et ses utilisateurs.

Contexte factuel et procédural

- Publicité -

En novembre 2015, 12 tireurs ont coordonné une série de frappes autour de Paris, tuant 130 personnes. L’Etat islamique a par la suite revendiqué la responsabilité des attaques sur YouTube. Le jour du Nouvel An 2017, un autre homme armé formé par l’Etat islamique a tiré sur une foule dans la discothèque Reina à Istanbul. Cette attaque a fait 39 morts et 69 blessés. Les proches de Nohemi Gonzalez et Nawras Alassaf, victimes respectivement des attentats de Paris et d’Istanbul, ont intenté des poursuites distinctes devant le tribunal de district américain du district nord de la Californie, cherchant à tenir les entreprises de médias sociaux responsables de leur mort en vertu de la Loi antiterroriste (ATA) et de la Loi sur la justice contre les commanditaires du terrorisme (JASTA). Les plaignants dans les deux procès ont fait valoir que les plateformes de médias sociaux étaient des infrastructures de communication, que l’EI utilise pour publier du contenu terroriste, radicaliser et recruter de nouveaux agents, inspirer le terrorisme stochastique et planifier et exécuter des attaques coordonnées. Dans les deux Gonzalez c. Google (en anglais) et Taamneh c. Gazouiller, ont soutenu les demandeurs, les plateformes appuyaient matériellement un désigné FTO en permettant à Daech d’utiliser ses produits. De même, les plaignants ont souligné que les plateformes génèrent et partagent des revenus grâce à la monétisation directe du contenu de l’EI et au placement de publicités ciblées.

Dans Gonzalez Google a fait valoir que ces réclamations étaient interdites par Article 230 et a proposé de rejeter la poursuite. L’article 230 c) 1), disposition du dispositif, dispose que «[n]o Le fournisseur ou l’utilisateur d’un service informatique interactif est considéré comme l’éditeur ou le locuteur de toute information fournie par un autre fournisseur de contenu d’information. » La jurisprudence a interprété le libellé de la loi de manière à immuniser les fournisseurs de services informatiques interactifs (tels que les sites Web) contre toute responsabilité découlant du contenu créé et affiché par des tiers. Gonzalez a soutenu que l’immunité prévue à l’article 230 ne s’appliquait pas pour les raisons suivantes :

  • L’article 230 ne s’applique pas en dehors de la juridiction territoriale des États-Unis, et tous les comportements pertinents dans Gonzalez s’est produit ailleurs.
  • La JASTA a révoqué l’immunité de l’article 230 contre les réclamations intentées en vertu de la Loi antiterroriste lorsqu’elle a modifié cette loi pour inclure la responsabilité pour aide et encouragement aux OFT en 2016.
  • L’article 230(e)(1), qui fonctionne comme une exception à l’immunité pour les poursuites pénales fédérales, exempte également les poursuites civiles intentées en vertu des lois d’application de la loi pénale (telles que la Loi antiterroriste).
  • Le placement par YouTube d’annonces ciblées et la recommandation algorithmique de vidéos transforment YouTube d’un service informatique interactif (ICS) en un fournisseur de contenu d’information (ICP), supprimant ainsi l’immunité de la plate-forme en vertu de l’article 230. Tel que défini à l’article 230(f)(3), un PIC est toute « personne ou entité responsable, en tout ou en partie, de la création ou du développement d’informations fournies par Internet ».
  • Dans Taamneh, les plateformes ont décidé de rejeter en invoquant l’insuffisance du lien de causalité immédiat et, accessoirement, l’argument selon lequel ces demandes étaient interdites en vertu de l’article 230. Le tribunal de première instance n’est jamais parvenu à l’analyse de l’article 230, mais a conclu qu’un « lien direct » était nécessaire pour établir de façon plausible le lien de causalité de la Taamneh les réclamations en responsabilité directe. Le tribunal a également estimé que les plateformes n’avaient pas l’intention requise pour être tenues secrètement responsables de leurs utilisateurs en vertu de la JASTA pour complicité ou complot.

Dans les deux cas, le tribunal de district a évalué si les demandes de partage des recettes exposait les plateformes à une responsabilité secondaire (en vertu de la JASTA), mais a estimé que celles-ci n’étaient pas suffisamment plaidées. L’ensemble Taamneh La plainte a été rejetée avec préjudice, et le Taamneh Les demandeurs ont interjeté appel rapidement. Les demandes de Gonzalez au titre du partage des recettes ont été rejetées sans préjudice, tandis que les autres ont été rejetées avec préjudice.

Le 26 mars 2020, le neuvième circuit a été consolidé et examiné Gonzalez et Taamneh les appels avec une troisième affaire, Clayborn c. Gazouiller (qui concernait des allégations similaires concernant la fusillade de 2015 au Inland Regional Center de San Bernardino, en Californie). Lors de l’examen de chacun de ces appels, découlant de requêtes en irrecevabilité, le neuvième circuit accepte toute allégation factuelle comme vraie aux fins de son analyse. Lorsque ces allégations (considérées comme vraies) constituent une revendication plausible, il serait inapproprié de confirmer leur rejet.

Neuvième jugement de circuit

Le juge de circuit Morgan Christen a écrit le Opinion majoritaire, auxquels la juge Marsha S. Berzon s’est jointe et le juge Ronald M. Gould en partie. Berzon a rédigé un accord séparé. Gould rédigea également une opinion distincte, souscrite en partie et dissidente en partie. Ces trois éléments sont détaillés ci-dessous.

Opinion majoritaire

L’opinion majoritaire commence par contextualiser l’intention du Congrès derrière l’article 230. Le Congrès a conçu l’article 230 « promouvoir le libre échange d’informations », tandis que Permettre des services informatiques interactifs « “Effectuer des modifications sur le contenu généré par l’utilisateur sans devenir pour autant responsables de tous les messages diffamatoires ou autrement illégaux qu’ils n’ont pas modifiés ou supprimés. » Dans ce contexte, le tribunal itinérant a examiné le fondement invoqué par le tribunal de district pour rejeter le Gonzalez Revendications.

Premièrement, comme l’explique l’avis, le tribunal a réfuté l’argument contre l’application extraterritoriale de l’article 230. Gonzalez s’est appuyé sur RJR Nabisco, Inc. c. European Cmty., faire valoir que l'”objectif » prévu par la loi est une considération sans importance dans un cas où tous les comportements pertinents se sont produits en dehors des États-Unis. La Cour n’était pas d’accord avec cette caractérisation. Étant donné que l’article 230 vise à limiter la responsabilité, «le comportement pertinent se produit lorsque l’immunité est imposée … plutôt que l’endroit où les réclamations ont principalement pris naissance. En d’autres termes, le comportement pertinent dans Gonzalez n’est pas l’attaque de l’Etat islamique, mais les opérations nationales des plates-formes.

Deuxièmement, Gonzalez a soutenu que JASTA abrogeait l’immunité contre les demandes présentées en vertu de la Loi antiterroriste. L’avis indique que JASTA a élargi la Loi antiterroriste à « fournir aux parties civiles le Base la plus large possible … de chercher à obtenir réparation » pour des actes de terrorisme international ». Gonzalez affirme que ce libellé, tiré de la déclaration d’intention de JASTA, remplace implicitement l’immunité prévue à l’article 230 dans les poursuites pour terrorisme. L’avis du neuvième circuit précise que « les abrogations implicites ne sont pas favorisées » et qu’il y a une présomption que des lois parallèles continuent de fonctionner et de coexister à moins que l’on ne soit « clairement destiné à remplacer » ou qu’elles soient en « conflit irréconciliable ».

Troisièmement, la Cour a examiné Article 230(e)(1), qui constitue une exception à l’immunité prévue à l’article 230 lorsqu’elle pourrait «nuire à l’application de la loi … quelconque… Loi fédérale en matière criminelle» (non souligné dans l’original). En l’espèce, les demandeurs ont fait valoir que, puisque la Loi antiterroriste est une loi criminelle, les poursuites civiles contre Google (fondées sur la Loi antiterroriste) étaient indûment interdites. Le précédent du neuvième circuit a toujours soutenu que l’article 230 e) 1) ne s’applique qu’aux poursuites pénales et, dans Jane Doe 1 c. Backpage.com, « exclut explicitement les lois civiles ».

Quatrièmement, le tribunal a examiné l’affirmation des demandeurs selon laquelle le placement par YouTube d’annonces ciblées et la recommandation algorithmique de vidéos font de YouTube un ICP, plutôt qu’un ICS. Un ICS est exonéré de toute responsabilité pour le contenu de tiers, mais pas pour le contenu de sa propre création ou développement. Dans Gonzalez Les demandeurs Soutenu que la suite technologique YouTube organise un « nouveau contenu unique », sous la forme d’une « page composite pour un spectateur spécifique », à partir de laquelle Google génère des revenus.

Auparavant, dans Conseil du logement équitable de San Fernando Valley c. Roommates.com, LLC, le neuvième circuit a statué que la fourniture par un SJI d’« outils neutres » ne constitue pas un développement de contenu, même lorsque ces outils sont utilisés illégalement par des tiers. Un SCI ne devient pas un PIC s’il « augmente[s] le contenu en général », mais peut devenir un PIC s’il « contribue matériellement[es] À [the content’s] illégalité alléguée. » De l’avis majoritaire, l’ Gonzalez Le tribunal a estimé que les recommandations de contenu, « que le contenu recommandé soit une vidéo de l’EI ou une vidéo de chat », ne transforment pas Google en ICP. Notamment, le tribunal a expressément « fait[es] ne pas soutenir que « les algorithmes d’apprentissage automatique peuvent jamais produire du contenu au sens de l’article 230 », mais ils n’étaient pas convaincus que « l’algorithme publicitaire ciblé de Google est tout sauf neutre quant au contenu ». Sur la base de l’immunité de l’article 230, le neuvième circuit a confirmé le rejet par le tribunal de district de toutes les demandes de Gonzalez qui n’étaient pas fondées sur le partage des revenus.

Enfin, Gonzalez a suggéré que Google devrait être tenu directement responsable de fournir un soutien matériel à ISIS, et secondairement responsable de fournir une assistance substantielle à ISIS, parce qu’il partageait des revenus publicitaires avec ISIS. Dans un cas de première impression, le neuvième circuit a statué que l’article 230 ne protégeait pas un défendeur contre les demandes de partage des recettes. Les demandeurs ont allégué que le programme AdSense de Google doit être examiné et approuvé avant qu’une vidéo ne soit autorisée à tirer profit de publicités. Comme indiqué dans l’avis, le tribunal convient que ces allégations sont fondées sur Google «donner de l’argent à Daech,» plutôt que le contenu des vidéos.

Une conclusion de responsabilité principale en vertu de la Loi antiterroriste nécessite une intention pour intimider, influencer ou influencer la conduite d’un gouvernement par l’intimidation ou la coercition, et Gonzalez s’appuie sur Boim c. Holy Land Foundation for Relief & Development comme un cas analogue. Dans Boim, Les donateurs individuels du Hamas (et des organisations caritatives liées au Hamas) ont ensuite été tenus responsables du meurtre en 1994 d’un adolescent américain en Israël. Dans cette affaire, la Cour a estimé que «[a] connaissant le donateur du Hamas », qui a utilisé ses ressources pour financer le meurtre de Juifs israéliens, était idéologiquement aligné aux fins du statut. Le Gonzalez Le tribunal a admis que Google était généralement au courant des « activités violentes et mettant la vie en danger » de l’Etat islamique et avait sciemment contribué de l’argent au groupe. Dans son avis, cependant, le neuvième circuit n’était pas d’accord avec l’affirmation de Gonzalez selon laquelle le soutien matériel se qualifiait lui-même d’«acte de terrorisme international », tel que défini par la Loi antiterroriste, parce que Google était motivé par « l’enrichissement économique personnel » plutôt que par une idéologie sympathique. En conséquence, la majorité n’était pas convaincue que Google était la cause immédiate de la mort de Nohemi Gonzalez.

Sur la base de l’activité de partage des revenus, Gonzalez a également fait valoir une responsabilité secondaire en vertu de la JASTA, ce qui a créé une cause d’action pour avoir aidé et encouragé un groupe terroriste étranger désigné. Le Taamneh appel (qui seulement considéré comme une responsabilité secondaire en vertu de la JASTA) a fait l’objet de la même analyse : les demandeurs ont-ils suffisamment allégué que les plateformes avaient sciemment fourni une « aide substantielle » à la personne qui a commis un « acte de terrorisme international »? Dans Halberstam c. Welch, la Cour de circuit des États-Unis pour le circuit du district de Columbia a identifié six facteurs pertinents pour évaluer si l’aide était « substantielle ». Il s’agit notamment de « la nature de l’acte encouragé; le montant de l’aide accordée; l’absence ou la présence du défendeur au moment du délit; [the defendant’s] relation avec l’acteur délictueux; … l’état d’esprit du défendeur; et… [the] la durée de l’assistance fournie. »

Compte tenu des différences dans la spécificité de l’ Gonzalez et Taamneh , la Cour est parvenue à des résultats différents. JeDans les deux cas, le tribunal a caractérisé la nature de la relation des plateformes avec ISIS comme étant « indépendante » et « transactionnelle ». La majorité s’est montrée réticente à tirer des conclusions concernant l’étendue du soutien de Google de la part de l’ Gonzalez plainte; il allègue que Google a donné quelques de l’argent à ISIS, mais est par ailleurs « dépourvu de toute allégation sur l’aide fournie par Google ». Le Taamneh La plainte affirmait de manière plus explicite que les plateformes avaient une connaissance constructive que l’EI utilisait leurs services. Les juges majoritaires ont confirmé le rejet de la Gonzalez plainte. Parallèlement, le neuvième circuit a conclu que : Taamneh avait dûment formulé une demande de complicité et avait annulé le rejet du tribunal de district.

Tant dans les passages de conclusion que dans l’ensemble de l’avis, la majorité a exprimé à l’unanimité des « préoccupations concernant la portée de l’article 230 ». Le juge Christen a également reconnu que l’article 230 « abrite plus d’activité que ce que le Congrès envisageait », mais la décision du neuvième circuit est respectueuse du Congrès de réformer son « champ d’application ».

Approbation du juge Berzon

Pendant que rejoignant pleinement la majorité, la juge Berzon écrit qu’elle ne le fait que parce que la cour est liée par la jurisprudence. Berzon appelle à une lecture plus limitée de l’article 230, étendant l’immunité uniquement aux « activités traditionnelles de publication et de distribution, telles que la décision de publier, de retirer ou de modifier le contenu ». Les algorithmes qui organisent les nouvelles et les publicités, soutient Berzon, devraient sortir de cette catégorie. Les algorithmes des réseaux sociaux sont plus analogues à ceux d’un spécialiste du marketing direct que d’un éditeur, conclut-elle: « Facebook utilise les algorithmes pour créer et communiquer son propre message: qu’il pense que vous, le lecteur – vous, en particulier – aimerez ce contenu. » Berzon fait écho à la majorité, appelant explicitement le tribunal à prendre l’affaire en banc et à reconsidérer la jurisprudence concernant le traitement des algorithmes en vertu de l’article 230.

Dissidence de la juge Gould

La juge Gould partage cet avis avec la décision de la majorité sur le Gonzalez territorialité, abrogation implicite et arguments d’exemption pénale, mais il affirme une opinion dissidente (principalement) concernant le rôle des algorithmes en vertu de l’article 230. Comme les demandeurs dans les deux Gonzalez et Taamneh, Gould soutiendrait que les algorithmes « génèrent du contenu » et, parce que « le message lui-même est le danger », la propagation de la propagande de l’EI contribue intrinsèquement à son illégalité présumée en vertu de la Loi antiterroriste. Pour cette raison, Gould affirme que les algorithmes de recommandation ne seraient plus des « outils neutres » et devraient non bénéficient de l’immunité prévue à l’article 230.

En ce qui concerne les allégations de partage des revenus, Gould note que Google avait une connaissance constructive qu’il fournissait un soutien financier à ISIS, et affirme que fournir un soutien financier à un FTO, avec la connaissance constructive que cet argent serait probablement utilisé dans le cadre de l’entreprise terroriste, est en soi qualifié d’«acte de terrorisme international ». La majorité rejette la responsabilité principale de Google, la distinguant de Boim, parce que Google est motivé par l’économie plutôt que par des sympathies idéologiques. Gould, cependant, s’appuie sur le texte de la Loi antiterroriste, qui « ne tente pas de tracer une ligne fondée sur la motivation ». Il cite également la décision du septième circuit dans Boim: « Un donateur conscient du Hamas » est « un donateur qui connaissait les objectifs et les activités de l’organisation ». Sur cette base, il explique que « c’était le connaissance des activités du Hamas, plutôt que de son approbation, qui ont donné lieu à une responsabilité. » Même selon le raisonnement des juges majoritaires, Gould n’est pas d’accord pour dire que l’aide était négligeable, et il conteste le fait que le rejet soit rendu comme ayant rendu un « mauvais service » au système juridique en rejetant « avant d’examiner les éléments de preuve qui peuvent survenir au cours d’une période de communication préalable dûment surveillée ».

Comme pour la majorité, Gould demande au neuvième circuit de « prendre cette affaire en charge. en banc de modifier ou de clarifier la règle selon laquelle les algorithmes d’apprentissage automatique ne peuvent jamais produire de contenu au sens de l’article 230. Il est généralement d’avis qu’il « serait préférable que les branches politiques du gouvernement, le législatif ou le pouvoir exécutif, s’attaquent sérieusement à la question du pouvoir non réglementé des médias sociaux » et suggère qu’un régime réglementaire est souhaitable. Le Congrès a adopté une posture réglementaire minimaliste pour faciliter la croissance de l’Internet précoce, reconnaît Gould. Mais il remet en question le bien-fondé d’une large immunité en vertu de l’article 230 lorsque les entreprises Internet sont « remarquablement grandes » et ont « peut-être les meilleures capacités techniques ». Il compare l’autorégulation continue des entreprises de médias sociaux à demander « au renard de garder le poulailler ». Gould suggère qu’une plainte fédérale en common law devrait être disponible lorsque les fournisseurs de contenu « omettent d’examiner et d’autoréglementer » leurs sites Web.

Enfin, Gould demande à la Cour suprême de se saisir de l’interprétation judiciaire de l’article 230.

Pétitions pour Certiorari

À ce jour, la Cour suprême ne s’est jamais prononcée sur l’interprétation de l’article 230. Comme il est indiqué dans le Gonzalez Pétition pour certiorari, l’opinion dissidente du juge Thomas dans l’affaire Malwarebytes v. Enigma Software Group USA déclare que «dans un cas approprié, nous devrions examiner si le texte de cette loi de plus en plus importante s’aligne sur l’état actuel de l’immunité dont jouissent les plateformes Internet » (c’est nous qui soulignons). La pétition explore le caractère évolutif d’Internet par rapport à la construction législative vieille de plusieurs décennies de l’article 230 et affirme explicitement que «[t]C’est son cas. En particulier, la requête implore la Cour suprême d’examiner si l’immunité prévue à l’article 230 va au-delà des fonctions éditoriales traditionnelles (telles que les algorithmes de recommandation).

Dans Taamneh, Twitter pétition for certiorari soutient que la Cour suprême devrait non soulever Gonzalez Mais, si c’est le cas, il devrait également examiner Taamneh. Les parties ont stipulé de rejeter l’action si Gonzalez a obtenu un certificat, au motif que l’article 230 interdirait toute demande de détention provisoire (selon l’interprétation actuelle de la loi par le neuvième circuit). Si la Cour suprême a accordé un certificat en Gonzalez et réinterpréter 230, a soutenu Twitter, la Cour devrait également examiner l’application de la Loi antiterroriste par le neuvième circuit. Selon le dépôt de Twitter, Taamneh est une valeur aberrante; une douzaine d’autres affaires ATA contre les plateformes de médias sociaux ont été rejetées, et ces rejets ont été confirmés par les cours d’appel américaines pour les deuxième, cinquième, sixième et onzième circuits. Ils soutiennent que le neuvième circuit a mal qualifié la « relation atténuée » de la plateforme avec un acte de terrorisme international de « consciente ». Twitter affirme qu’« ils ont fourni des services génériques et largement disponibles à des milliards d’utilisateurs qui auraient inclus certains partisans de l’EI » et ne sont pas responsables en vertu de JASTA pour complicité.

Répercussions du contrôle de la Cour suprême

Le 3 octobre, la Cour suprême a accordé le certiorari, signalant peut-être qu’elle partage certaines des préoccupations exprimées par les juges du neuvième circuit.

La Cour suprême contemporaine a renversé plusieurs précédents établis au cours des dernières années, y compris ceux liés à Jurys criminels et Accès à l’avortement. L’examen par le neuvième circuit de l’ Gonzalez c. Google (en anglais) traitait principalement du traitement des algorithmes en vertu de l’article 230. Gonzalez est un cas de première impression pour la Cour suprême, et les implications de l’examen de la Cour ne sont pas encore visibles.

Les législateurs des deux côtés de l’allée ont condamné l’article 230, et le Congrès actuel a introduit plus de 20 factures qui proposent de le modifier ou de l’abroger. Bon nombre d’entre eux, y compris l’ Voir quelque chose, dire quelque chose en ligne Loi de 2021 et l’ Loi sur la protection des Américains contre les algorithmes dangereux, visent carrément à créer une responsabilisation pour les services informatiques interactifs qui contribuent à la prolifération de contenus terroristes en ligne. Il reste à voir si le législateur ou la Cour suprême se penchera d’abord sur ces questions et dans quelle mesure l’une peut influer sur l’issue de l’autre.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici