TORONTO — L’argent a commencé à circuler de Google vers les éditeurs canadiens mercredi alors que le géant de la technologie a introduit un programme qui rémunère les entreprises médiatiques pour les nouvelles dans le pays.

Le programme Google News Showcase a été lancé à minuit, donnant à 11 éditeurs la possibilité d’améliorer le positionnement et l’apparence de leurs articles via Google News.

Les articles sélectionnés par les éditeurs pour participer au programme apparaissent dans des encadrés stylisés en haut de Google Actualités avec de courts résumés ou des articles connexes.

Google paie des frais de licence pour pouvoir mettre en évidence les histoires, qui incluent parfois des éléments payants qu’ils permettent à certains lecteurs de visualiser gratuitement.

Le lancement canadien de Google News Showcase intervient après que les éditeurs ont fait pression sur les gouvernements et les grandes entreprises technologiques pendant des années dans l’espoir de recevoir plus de soutien financier pour le journalisme et des réglementations plus strictes pour ceux qui profitent des nouvelles mais ne les créent pas.

Publicité

Sabrina Geremia, vice-présidente et directrice générale de Google Canada, a reconnu ce passé.

« Nous avons une longue histoire de collaboration avec l’industrie de l’information au Canada, mais nous savons que nous devons faire plus », a-t-elle déclaré, lors d’un briefing avant le lancement du programme.

L’engagement de Google envers le journalisme intervient après que le rapport Shattered Mirror 2017 du Forum des politiques publiques a montré que les revenus totaux des petites annonces imprimées dans les quotidiens canadiens ont diminué à 119 millions de dollars en 2015, contre 875 millions de dollars en 2005.

Un rapport de 2018 du Canadian Media Concentration Project a également révélé que Google avait décroché la moitié de la part de marché de la publicité sur Internet du pays en 2018, avec Facebook à 27,3% et Bell, Torstar, Twitter et Postmedia à moins de 2% chacun.

Cela représente 3,8 milliards de dollars de revenus publicitaires pour Google, contre 2,8 milliards de dollars en 2016.

Google a également déclaré avoir réalisé 9 millions de dollars de revenus grâce aux clics sur les publicités via des requêtes liées aux actualités au Canada en 2019.

Le chemin de Google pour travailler avec l’industrie mondiale du journalisme jusqu’à présent comprend 1 milliard de dollars de dépenses et prévoit de former des journalistes, d’aider les journaux à passer aux modèles numériques et d’aider les éditeurs à développer leurs activités en ligne.

La vitrine est un élément clé de cet engagement, mais Google a refusé de partager des détails sur la structure et la valeur des accords de licence qu’il proposait aux éditeurs canadiens.

Cependant, Brad Bender, vice-président de la gestion des produits de Google pour les actualités, a déclaré que les accords visent à rémunérer les sociétés de médias pour leur « conservation éditoriale ».

Grâce aux accords, les éditeurs sont obligés de fournir un certain nombre d’articles qui apparaîtront dans la vitrine, mais Bender n’a pas précisé combien sont nécessaires.

Il a également déclaré que Google négocie un accès étendu à certains articles payants, mais que tout le monde ne peut pas les consulter gratuitement. Google autorise uniquement les utilisateurs au-delà du paywall qui, selon lui, ont de fortes chances de nouer une relation avec l’éditeur.

Black Press Media, Glacier Media, le Globe and Mail, Métro Média, SaltWire Network, Winnipeg Free Press, Village Media et Narcity ont été annoncés comme participants en juin.

Mercredi, Google a déclaré que Les coops de l’Information, Le Devoir et Torstar s’étaient également joints à nous et que d’autres pourraient être en route.

« Nous voulons que cet élan se poursuive », a déclaré Geremia.

« Bien sûr, nous voulons que plus de personnes éligibles en fassent partie. »

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 27 octobre 2021.

© Coloniste du temps du droit d’auteur

.

Rate this post
Publicité
Article précédentMPA veut que les échanges de crypto-monnaie aident à identifier les pirates en ligne * TechTribune France
Article suivantTest du Samsung Galaxy A22 5G : très oubliable
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici