Rate this post


Avec la sécheresse qui assèche l’ouest des États-Unis, Google a annoncé de nouveaux plans pour protéger les ressources en eau vitales. Google boit de l’eau pour refroidir ses centres de données, dont trois se trouvent dans l’Ouest frappé par la sécheresse. Pour compenser sa soif, l’entreprise a déclaré que d’ici 2030, elle souhaitait reconstituer 120% de l’eau qu’elle consomme.

Google a défini trois stratégies pour atteindre cet objectif : utiliser l’eau plus efficacement dans ses opérations, s’associer avec les communautés pour rendre les bassins versants plus sains et proposer ses technologies comme outils pour prévoir et prévenir le stress hydrique.

L’entreprise a fait face repousser des communautés proches de son centre de données en Caroline du Sud et un nouveau qui sera construit dans Arizona. Les résidents craignaient que Google brûle trop d’eau. Les agriculteurs de l’Arizona sont déjà confrontés à des coupures d’eau profondes en raison d’un sécheresse historiquement terrible.

Si Google réussit à reconstituer plus d’eau qu’il n’en utilise, il deviendra « water positif ». C’est la dernière tendance en matière d’engagements environnementaux d’entreprises comme Facebook et Microsoft.

Ils sont tous dans une course contre le changement climatique, qui intensifie les sécheresses dans des endroits déjà desséchés comme la Californie, l’Arizona et le Nevada. Quatre-vingt-quinze pour cent du Nevada, où Google possède deux centres de données, connaît une sécheresse « grave », selon le Moniteur de sécheresse aux États-Unis. Et une sécheresse « grave » afflige plus de 93 % de la Californie, où se trouve le siège de Google.

« J’ai grandi à Muir Beach, en Californie, et j’ai eu la chance de passer mon enfance à explorer ses magnifiques forêts et ruisseaux. Aujourd’hui, ces écosystèmes délicats sont menacés alors que toute la côte ouest des États-Unis connaît l’une des pires sécheresses de l’histoire”, a déclaré Kate Brandt, responsable de la durabilité de Google dans un communiqué. Blog poste hier.

Le prélèvement d’eau de Google – pour les centres de données et ses autres opérations – a plus que doublé, passant de 2,5 à 5 milliards de gallons d’eau de 2016 à 2019, selon son plus récent rapport sur la durabilité. Au cours de cette période, la société investi plus massivement dans les centres de données derrière son moteur de recherche, le cloud computing et YouTube. Il compte maintenant une vingtaine de centres de données dispersés à travers le monde.

La gestion de la consommation d’énergie et d’eau dans ses centres de données est un équilibre délicat. Utiliser de l’eau pour refroidir les serveurs consomme moins d’électricité que de les faire exploser avec la climatisation. Étant donné que Google a également s’est engagé à lutter contre le changement climatique, il devra réduire sa consommation d’électricité pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Mais l’entreprise devra désormais s’assurer qu’elle n’utilise pas non plus trop d’eau. Pour minimiser la quantité d’eau dont il a besoin pour ses centres de données, Google fait recirculer l’eau dans ses systèmes de refroidissement. Il a également essayé d’utiliser de l’eau de mer et des eaux usées récupérées pour faire le travail à certains endroits.

Pour « reconstituer » plus d’eau qu’il n’en utilise, Google prévoit d’investir dans des projets qui restaurent ou conservent les ressources dans les bassins versants où il opère. Un bassin versant est une zone où l’eau s’écoule dans un corps partagé comme une rivière ou un lac. Les initiatives que Google pourrait soutenir à l’avenir pourraient inclure la restauration des zones humides et des forêts, ou la récupération de l’eau de pluie. Pour avoir le plus grand impact, Google devra concentrer ses efforts sur les bassins versants qui sont le plus en difficulté.

Google travaille également avec des groupes environnementaux et de recherche pour développer une nouvelle application appelée Global Water Watch. Il est censé fournir à terme “dans le monde entier, haute résolution, en temps quasi réel” des données sur l’eau pour aider les collectivités à mieux gérer leurs ressources. Google continuera à financer d’autres services d’eau et projets de conservation, a-t-il déclaré dans l’annonce d’hier.

Tenir Google et les autres entreprises responsables des promesses qu’ils font sera la dernière pièce du puzzle. Il est essentiel que ces entreprises divulguent les progrès qu’elles accomplissent vers leurs objectifs, Actualités E&E signalé en août. Moins d’un tiers des opérateurs de centres de données mesurent la quantité d’eau qu’ils consomment.

« C’est en quelque sorte la question ultime dans cet espace : comment comprenons-nous ce qu’est l’action réelle par rapport à la façade ? » Simon Fischweicher, responsable des entreprises et des chaînes d’approvisionnement chez CDP North America, une organisation à but non lucratif qui travaille avec les entreprises et les gouvernements pour mesurer leur impact environnemental, a déclaré à Actualités E&E.

Leave a Reply