Après des débuts décevants en juin, Google a publié une version mise à jour de son fichier sellers.json qui comprend désormais 1,2 million d'éditeurs.

Après un débuts décevants en juin, Google a publié une version mise à jour de son fichier sellers.json jeudi après-midi.

Sellers.json est un mécanisme développé par l’IAB Tech Lab que les acheteurs peuvent utiliser pour vérifier quels échanges et SSP sont autorisés à vendre l’inventaire d’un éditeur.

Le fichier développé de Google comprend désormais des informations sur 1,2 million d’éditeurs et une assistance pour tous les éditeurs vendant via AdSense, AdMob et Ad Manager.

“C’est un effort continu sur lequel nous travaillons depuis le lancement de notre fichier sellers.json”, a déclaré Per Bjorke, chef de produit principal de Google en charge de la qualité du trafic, à AdExchanger.

Les vendeurs. … Travaille toujours dessus

Les plaintes concernant la première tentative de Google contre sellers.json étaient centrées sur le fait que le fichier ne comprenait qu’une fraction de sa base d’éditeurs. Et parmi les éditeurs inclus, beaucoup manquaient de noms de domaine et / ou avaient leur nom commercial répertorié comme confidentiel.

Cela a été fait pour des raisons de confidentialité, a déclaré Bjorke. Google a besoin de l’autorisation des éditeurs avant de répertorier leurs informations dans un fichier public sellers.json – informations que Google doit également vérifier. Et Google travaille avec plus de 2 millions d’éditeurs, dont beaucoup sont des pubs à longue traîne ou des blogueurs à un seul homme. Les atteindre tous a pris – et continue de prendre – beaucoup de temps, a déclaré Bjorke.

Google a créé une interface utilisateur pour permettre aux éditeurs de transmettre plus facilement leur nom de domaine et leur nom d’entreprise et d’accepter que leurs informations soient partagées. Mais il peut être difficile d’entrer en contact avec des éditeurs plus petits. Par exemple, beaucoup ne vérifient pas régulièrement leur messagerie et peuvent même ne pas connaître l’interface utilisateur.

«La longue traîne prendra du temps, et nous pourrions ne jamais avoir tout le monde», a déclaré Bjorke, qui a noté que Google prévoit de continuer à brancher son dossier sur le long terme.

À l’avenir, tous les nouveaux éditeurs seront invités à partager leur nom de domaine dès le départ. Dans le passé, Google ne demandait aux éditeurs que les domaines qu’ils souhaitaient monétiser, qui peuvent être différents du nom de domaine de l’éditeur. Pensez à la différence entre le site Web d’entreprise de Hearst et tous les différents magazines de son portefeuille.

Dans l’ensemble, Google fait «de grands progrès», a déclaré Paul Bannister, directeur de la stratégie chez CafeMedia.

“Je pense que c’est formidable que Google continue d’aller de l’avant pour répondre aux exigences de la spécification sellers.json – c’est un effort énorme pour eux en raison de la taille de leur réseau, principalement AdSense, mais même au-delà”, a déclaré Bannister.

Tu… ne me complète pas

Même ainsi, le fichier sellers.json de Google présente toujours des lacunes. De nombreux éditeurs sont répertoriés comme confidentiels ou n’ont pas de domaine professionnel.

Mais regarder le nombre absolu d’éditeurs ne dit pas toute l’histoire, a déclaré Bjorke.

La plupart sinon tous les intermédiaires, les grands éditeurs et les partenaires de distribution certifiés par Google répertoriés dans le fichier ne sont pas confidentiels, et ces entités représentent «bien au nord» de 90% des revenus qui transitent par le système de Google, a-t-il déclaré.

“Si vous regardez le nombre d’éditeurs et non les revenus, cela n’a pas l’air bien, il est donc facile de donner une perspective négative, mais avec quelque chose comme ça, l’important est de regarder son objectif”, a déclaré Bjorke. «Et le but de sellers.json est d’apporter de la transparence aux intermédiaires. Nous avons couvert la grande majorité des intermédiaires dès le premier jour. »

La bêta demeure

De la même manière, sellers.json n’est qu’un outil pour contribuer à la transparence de l’écosystème publicitaire. Ce n’est pas une solution miracle et il ne devrait pas être utilisé seul.

Bjorke a souligné que Google considère que son fichier sellers.json est une version bêta et que les acheteurs doivent se garder de prendre des décisions d’achat basées uniquement sur le fait qu’un éditeur est répertorié comme confidentiel ou sans domaine commercial.

Ni l’un ni l’autre n’est nécessairement un signe de fraude ou qu’un éditeur fait quelque chose de mal, a déclaré Bjorke, et les acheteurs qui ont pour règle de ne pas acheter à des éditeurs répertoriés comme confidentiels manquent probablement une occasion d’enchérir sur un inventaire valide.

«C’est pourquoi nous recommandons aux acheteurs d’utiliser sellers.json comme l’une des nombreuses entrées lorsqu’ils examinent le potentiel de trafic invalide et d’autres facteurs de risque», a-t-il déclaré. «Ce n’est pas en noir et blanc.»



Leave a Reply