Les bénéfices du Crédit Agricole ont bondi au quatrième trimestre après avoir obtenu une issue favorable à un litige fiscal sur un investissement calamiteux en Grèce.

La banque a dégagé un bénéfice net de 1,66 milliard d’euros au cours des trois mois se terminant fin décembre, soit une augmentation de 65% par rapport à la même période en 2018, a indiqué vendredi le prêteur.

Cependant, sa performance a été flattée par un gain de 1 Md € comptabilisé à la suite d’une décision fiscale sur la vente d’une banque grecque qu’elle avait achetée avant la crise financière.

Le Crédit Agricole a déclaré qu’il y avait «une forte activité commerciale» dans tous les domaines. Ses activités vont de la banque de détail et de l’assurance à la gestion d’actifs, en passant par la finance spécialisée et la banque d’investissement.

Amundi, le gestionnaire d’actifs dont le groupe français est le premier actionnaire, a enregistré une collecte nette record. Le chiffre d’affaires trimestriel a augmenté de 5,5% sur un an à 5,12 milliards d’euros.

«Tous les métiers ont contribué à cette croissance annuelle, grâce à une activité commerciale dynamique, qui s’est traduite cette année par un gain net de 370 000 clients particuliers et entrepreneurs en France et en Italie», a déclaré le directeur général Philippe Brassac. Sur une base annuelle, le bénéfice net de 2019 a bondi de 10%.

Les revenus sous-jacents de la banque d’investissement ont bondi de 55% au cours du trimestre. Il y a eu des contributions de ses opérations de financement structuré et de gestion d’actifs, bien que la banque commerciale ait chuté en raison d’un repli des prêts syndiqués dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Les analystes de Barclays ont déclaré que les résultats étaient meilleurs que prévu, tirés par la division de la banque de financement et d’investissement et de l’assurance. «Étant donné que les deux ont été aidés par les marchés financiers, nous pensons que la performance du cours de l’action pourrait être modérée compte tenu de la solide performance [in 2019] et dépendra des orientations de 2020 », ont-ils ajouté.

La banque d’investissement du Crédit Agricole a réalisé de solides performances ces dernières années, dépassant de nombreux concurrents européens de premier plan. Il a attribué ce succès à une sortie précoce après la crise d’une activité de négociation sur les marchés financiers volatils et à sa décision de se concentrer sur les services des marchés de capitaux pour les entreprises, avec de solides positions dans le financement de l’aviation, du transport maritime, des exportations et des infrastructures.

Après une longue procédure judiciaire liée à l’investissement du Crédit Agricole dans Emporiki, une banque grecque déficitaire qu’il détenait pendant six ans avant de la céder pour 1 € en 2012, une décision finale favorable des autorités françaises s’est traduite par un gain ponctuel de 1 milliard d’euros.

Cela a renforcé le ratio core equity tier 1 de la banque française – une mesure clé de la solidité du bilan – à 12,1% à fin décembre, soit une augmentation de 0,4 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent.

Cependant, la décision fiscale a été partiellement compensée par une dépréciation du goodwill de 611 M € sur son pôle crédits immobiliers et PME, LCL, ainsi que d’autres pertes et charges exceptionnelles.

Les rivaux français du prêteur – Natixis, Société Générale et BNP Paribas – ont tous fait état de performances similaires dans la banque d’investissement, contribuant à alléger la pression sur les bénéfices à un moment où les opérations de détail de nombreuses banques européennes souffrent de taux d’intérêt négatifs.

Cependant, certaines des principales banques du continent ont revu à la baisse ou raté leurs objectifs de rentabilité en raison de la faiblesse des taux.

Malgré une forte hausse du résultat net au quatrième trimestre, BNP Paribas a réduit son objectif clé de rendement des capitaux propres la semaine dernière, tandis que SocGen a déclaré qu’elle n’atteindrait son propre objectif de rentabilité qu’à «moyen terme» en construisant son coussin de fonds propres et en restructurant sa banque d’investissement.

Tag: Crédit mutuel de bretagne, Crédit mutuel, Crédit mutuel compte, Crédit mutuel mobile, Crédit mutuel ocean, Crédit mutuel sud ouest, Crédit mutuel nord europe, Crédit Agricole, Crédit agricole centre est, Crédit agricole aquitaine, Crédit agricole normandie, Crédit agricole centre france, Crédit agricole nord de france, Crédit agricole idf, Crédit agricole nord est, Crédit agricole normandie seine

Leave a Reply