Wave, écoute-moi! est une série de mangaka Hiroaki Samura (Lame de l’immortel) qui se concentre sur Minare, une femme de presque 30 ans aux prises avec ses problèmes personnels et ses frustrations, qui survient dans des circonstances qui l’ont amenée à devenir une personnalité de la radio populaire.

La série a été adaptée en anime en 2020 à une réception positive, et ce deuxième volume se concentre sur Minare continuant à se forger une carrière à la radio qui est interrompue par des retrouvailles inattendues.

Là où nous avons laissé l’histoire pour la dernière fois, Minare avait accepté un poste du producteur Kanetsugu pour animer sa propre émission de radio, lui permettant de présenter son style de narration excentrique et souvent erratique.

Alors que l’anniversaire de Mizuho est célébré, Kanetsugu révèle son intention de se débarrasser de la structure de segment de l’émission et d’utiliser à la place la spontanéité de Minare en organisant l’émission à venir. Fiction en temps réel.

Un exemple notable de ce que le manga fait référence est l’infâme d’Orson Welles La guerre des mondes – une forme de drame radiophonique qui consiste à prendre un événement fictif et à le diffuser tel qu’il se passe en temps réel.

Avec un peu de conviction et d’éloges, Minare rugit dans l’action, tissant une histoire sur son ex, Mitsuo, ne revenant dans sa vie que pour que cela se termine par une tragédie alors qu’elle le poignarde dans un moment de rage.

Dans une ironie intéressante, le manga croise cette narration avec des coupes à une situation réelle dans laquelle un événement domestique met apparemment en valeur une femme se préparant à tuer un homme qui est ligoté et bâillonné. Tout cela est mis en scène dans l’obscurité – un contraste frappant avec le studio d’enregistrement de la station de radio bien éclairé, et le lecteur est laissé (littéralement) dans le noir sur ce qui se passe exactement.

L’émission de Minare est, une fois de plus, un succès et on voit le buzz internet que suscite l’émission, avec Voyageur (le restaurant Minare travaille pour) reconnaître sa voix et complimenter l’efficacité de la narration. C’est l’un des premiers goûts de reconnaissance du monde réel qu’elle reçoit et Minare s’efforce de devenir le DJ numéro un à Hokkaido.

C’est là que le volume prend un chemin différent alors que Minare reçoit un texte inattendu de son ex, Mitsuo, demandant à se retrouver quelque temps après leur rupture. Au début, Minare hésite à le rencontrer, mais s’habille également et réfléchit même à porter le rouge à lèvres qu’il aime.

Alors qu’ils se réunissent, elle note en interne à quel point il a peu changé – Mitsuo apparaît rapidement comme un peu un scrounger insouciant et garde Minare à l’affût pendant une grande partie de leur rendez-vous, mais il se fraye lentement un chemin dans ses bons livres alors qu’il a apparemment changé ses habitudes. , remboursant la plupart de l’argent qu’il devait et parlant gentiment à Minare pendant le dîner.

Ils se retrouvent à son appartement et juste au moment où il semble avoir trompé Minare, il devient vite évident qu’il y a une supercherie en cours. Je ne vais pas gâcher exactement ce qui se passe, mais c’est parfaitement dans le caractère du Minare que nous avons connu jusqu’à présent et c’est une fin rassurante pour qu’elle puisse potentiellement retourner dans une relation problématique.

Bien sûr, c’est Wave, écoute-moi! le volume ne pourrait donc pas se terminer sans quelques singeries liées aux émissions de radio. Tout d’abord, nous avons une apparition de Makie, un collègue de Voyageur qui séjourne actuellement avec Nakahara et a une relation apparemment troublée avec son frère.

Elle confronte brièvement Minare à propos de sa désinvolture à propos de sa récente rencontre avec Mitsuo, mais Minare, aussi aiguisée que jamais, rapporte rapidement leurs conditions de vie. C’est un développement que j’espère que le manga approfondira davantage dans les prochains volumes car Makie est actuellement un peu énigmatique du point de vue du personnage.

Le volume se termine par une nouvelle émission de radio bizarre impliquant deux concepteurs sonores acclamés, Pigsy et Chimpy, qui s’impliquent pour donner à l’émission un nouveau paysage sonore, tissant l’intrigue d’une femme enterrant le corps de son amant séparé mort. Le dernier chapitre se termine sur un cliffhanger dans un cliffhanger qui vous laisse avec humour envie de voir comment la série progressera.

Ce deuxième volume continue de s’appuyer sur le développement de Minare alors qu’elle surmonte des problèmes à la fois dans sa vie personnelle et professionnelle. L’histoire commence également à mettre en lumière le casting de soutien, Makie étant en particulier un personnage à surveiller dans les prochains volumes.

Mangaka Hiroaki Samura continue d’accentuer l’histoire avec des dessins de personnages distincts et souvent merveilleusement détaillés, en particulier pour Minare qui reste aussi expressif que jamais, faisant face à des enjeux émotionnels plus personnels cette fois-ci. D’autres personnages comme le duo de conception sonore acclamé Pigsy et Chimpy sont des caricatures appropriées et des choix artistiques comme l’éclairage mentionné plus tôt étaient également de belles touches.

Ce deuxième volume a été traduit une fois de plus par Adam Hirsch et Jiajing Sun. Nous obtenons à nouveau plusieurs pages de notes de traduction qui sont un merveilleux ajout pour fournir au lecteur une meilleure compréhension des diverses références dans le volume que les lecteurs occidentaux peuvent ne pas comprendre immédiatement.

En résumé, Wave, écoute-moi! Le volume 2 est une excellente continuation qui continue de se concentrer sur les développements personnels de Minare tout en mettant également en lumière ce qui se passe pour certains des personnages de soutien et leurs situations qui, je l’espère, verront plus de développements bientôt!

Leave a Reply