La mage contrôlant le corbeau Ashaf et la femme / bête Guideau ont été appelées pour se débarrasser d’une sorcière malveillante faisant des ravages à Louisblanc – mais leurs enquêtes révèlent que la sorcière n’est pas du tout ce qu’elle semblait être. Après un dénouement choquant, ils sont prêts à passer à autre chose – bien que Guideau soit plus agité que jamais, poussé à traquer la sorcière qui l’a maudite avant que la malédiction n’agisse enfin sa magie malveillante.

Mais une rencontre inattendue avec un «mort-vivant» conduit Ashaf à faire appel à deux experts dans le domaine de la nécromancie de l’Ordre de la Résonance Magique. La très belle Phanora Kristoffel et son assistant Johan arrivent et enquêtent sur la présence de «errants», morts-vivants qui ont été illégalement ressuscités par un lanceur de sorts. Phanora en déduit que ces morts-vivants ont été ressuscités pour être des familiers, pour réaliser les souhaits du pratiquant inconnu. Mais exactement ce que ces souhaits pourraient être… et qui manipule les morts-vivants reste à découvrir. Et avec des animaux errants incontrôlés qui parcourent la terre, le mystère doit être résolu rapidement avant que les choses ne deviennent incontrôlables.

Le deuxième volume de La sorcière et la bête est une meilleure lecture que la première, après s’être installée dans ce qui semble être son modus operandi, fictivement parlant: une série de mystères surnaturels sur le thème de l’horreur à résoudre qui nous plongent plus profondément dans le cœur sombre de l’Ordre de la résonance magique.

La relation entre Guideau et Ashaf est encore loin d’être claire: ils travaillent en équipe mais Guideau gronde constamment sa haine et son mépris de la tête froide et suave Ashaf, bien qu’en même temps, elle semble remarquablement dépendante de lui. Ils sont absents du principal mystère de ce volume, Beauté et mort, qui est, au fond, un conte de zombies mais très élégamment raconté avec un art gothique qui convient bien à ce conte de fées tordu et cauchemardesque. Cela soulève des questions convenablement troublantes sur la nature de l’amour, de la mort et de la résurrection contre nature. Et en démontrant le partenariat solide entre Phanora et son assistant Johannes, cela pose une comparaison intrigante avec Guideau et Ashaf.

Le dernier chapitre nous ramène à Guideau et Ashaf, avec la menace de nouveaux adversaires – le Paladin Corps – alors que la paire disparate se lance dans une nouvelle mission: La sorcière et l’épée démoniaque.

La traduction de Kevin Gifford pour Kodansha Comics coule bien, démêlant les passages arcaniques et la terminologie de manière convaincante aux côtés des échanges de couple plus banals entre Ashaf et Guideau. Il n’y a pas de pages en couleur cette fois – c’est dommage car la palette de couleurs bleu crépusculaire utilisée sur l’image de couverture frappante est si atmosphérique. Les conceptions des personnages sont également plus cohérentes et le style graphique général offre un mélange troublant de beauté (à la manière de l’Art nouveau) et de terriblement horrible, qui correspond bien au matériau de l’histoire.

La sorcière et la bête n’est pas une lecture confortable – mais le dire, c’est complimenter mangaka Kousuke Satake pour les frissons authentiques que leur histoire génère chez le lecteur. Cette fois, il y a un vrai sens de «l’altérité» du monde à travers lequel se déplacent Ashaf et Guideau. La magie et la nécromancie sont une combinaison puissante et convaincante entre les mains du bon conteur et les questions soulevées: quand l’amour se transforme-t-il en obsession? Qu’implique vraiment la nécromancie? sont explorées de manière inattendue qui restera dans l’esprit du lecteur longtemps après avoir atteint la fin du livre.

Leave a Reply