L’un des anime les plus populaires diffusés l’année dernière était sans aucun doute l’adaptation de Silver Link de Ma prochaine vie de méchante: tous les chemins mènent à Doom! La série a vu son protagoniste se réincarner dans un jeu otome, une intrigue qui devient un sous-genre très populaire d’isekai au Japon. Aujourd’hui, je suis ici pour jeter un œil au volume 1 de La sombre histoire de la méchante réincarnée, une nouvelle version de Yen Press de cette section populaire du monde des mangas.

L’histoire suit la protagoniste Konoha Satou qui, en tant qu’élève du collège, a écrit tout un roman sur le monde dans lequel elle souhaitait se réincarner, si elle mourait. Maintenant, elle est une adulte qui travaille et ne pense plus à de telles choses – jusqu’à ce qu’elle soit soudainement heurtée par un camion et meure!

Konoha se réveille pour se retrouver dans le monde qu’elle a créé – mais il n’y a qu’un problème. Au lieu de se réincarner en héroïne, elle se retrouve comme la petite sœur de l’héroïne, Iana! Pour aggraver les choses, Iana est la méchante de cette histoire qui ne rêve que de tuer sa sœur aînée. Maintenant, bien sûr, Konoha (ou Iana comme nous l’appellerons d’ici) veut vivre une vie tranquille dans le monde qu’elle a créé et fait de son mieux pour ne faire trébucher aucun de ces drapeaux de la mort embêtants qui la mèneront à un mauvais finir.

Le gros problème pour Iana est qu’elle se réincarne dans son histoire au moment où tout le monde autour d’elle la soupçonne déjà de vouloir tuer sa sœur Konoha (oui, elle a nommé le protagoniste après elle-même!). Pour aggraver encore les choses, l’homme qui tue Iana dans l’histoire de Konoha, Sol Nemophyra, est désigné comme l’un de ses serviteurs. Maintenant, Iana ne peut vraiment pas se tromper ou elle finira presque certainement par mourir.

Je dois avouer que même si j’aime la prémisse de cette histoire, je la trouve confuse. L’auteur Akiharu Touka (qui a un autre titre en japonais, mais c’est leur premier en anglais) essaie d’entasser beaucoup de choses dans le livre et cela va le plus souvent contre. Non seulement c’est une histoire de réincarnation, mais c’est aussi une série de shojo d’où viennent la plupart de ses problèmes.

Le ton des moments de romance scintillants (dont il y en a quelques-uns entre Iana et Sol) est complètement en contradiction avec le courant sous-jacent sombre d’Iana potentiellement tuée. Cela n’est pas aidé par le fait que des trois chapitres de ce livre, Konoha ou Iana se trouvent en danger de mort dans chacun d’eux. Dans ce cas, les moments de shojo distraient du récit autrement plus sombre.

Cela dit, je pense qu’il y a place pour la croissance ici. Si Touka peut surmonter chaque chapitre hébergeant une situation de vie ou de mort, alors la romance ira mieux. Bien que je confesse plutôt que l’histoire, ce qui m’a gardé engagé, c’est Iana en tant que personnage. Le manga bascule fréquemment entre les moments énergiques d’Iana en tant que collégienne créant cette histoire et les réalités de sa situation actuelle. Elle a certainement beaucoup de regrets sur la façon dont elle a écrit certains de ces personnages, c’est sûr!

Alors que Sol, Konoha et son fiancé Ginoford Dandelion sont plus génériques en termes de personnalités, ce ne sont pas non plus de mauvais personnages. Sol en particulier est intéressant à regarder se développer car il est pris entre le fait de croire qu’Iana est méchante et de reconnaître qu’elle n’est peut-être pas la mauvaise femme que tout le monde la croit. Alors qu’il commence à développer des sentiments pour Iana, je pense que cela va conduire à des débats moraux intéressants pour lui à l’avenir.

En ce qui concerne l’œuvre d’art, Touka a un style très distinctement shojo. Les personnages sont très attirants et les filles rougissent le plus souvent autour d’elles. Les panneaux sont souvent assez vides, sauf pour se concentrer sur l’expression d’un personnage, mais cela fonctionne bien, compte tenu du genre. Il y a de très belles feuilles de deux pages dans le livre qui compensent largement le manque de détails ailleurs. Le plus gros problème avec l’art est qu’il ne dégage tout simplement pas le sentiment sombre que l’histoire exige souvent, ce qui est dommage.

Comme mentionné précédemment La sombre histoire de la méchante réincarnée Le volume 1 arrive en Occident grâce à Yen Press et a été traduit par Lisa Coffman. La traduction se lit bien, mais j’ai trouvé que le lettrage (géré par Kimberly Pham) était un peu difficile à distinguer plus tôt dans le livre. En effet, lorsque Iana explique l’histoire au lecteur, la police utilisée ressemble beaucoup à un conte de fées, ce qui est une bonne idée, mais j’ai eu du mal à comprendre ce qu’étaient certaines des lettres – en particulier en ce qui concerne les noms. Heureusement, cela s’améliore au fur et à mesure que le livre avance.

Le volume 1 contient également un one-shot intitulé Cape noire du nécromancien du lycée, qui est une autre histoire centrée sur la fantaisie. À bien des égards, j’ai préféré cela à l’histoire principale et j’aimerais voir l’auteur continuer un jour. La sombre histoire de la méchante réincarnée est en cours au Japon à 5 volumes et Yen Press a actuellement le volume 2 prévu pour la sortie en avril.

Dans l’ensemble, volume 1 de La sombre histoire de la méchante réincarnée est quelque peu décevant. Si vous êtes particulièrement investi dans le genre du “ personnage réincarné en méchante ”, vous apprécierez certainement ce que propose ce manga, mais de nombreux lecteurs seront rebutés par le contraste gênant entre l’histoire et les éléments shojo. Espérons que cela se développera à partir de ces problèmes à l’avenir, car il existe une bonne base de travail!

Leave a Reply