Trèfle noir est encore bien trop sous-estimée pour une série shonen qui a duré si longtemps. Bien sûr, de nombreux aspects fondamentaux de Trèfle noir porter des similitudes avec d’autres shonen comme Fairy Tail, Naruto, ou alors My Hero Academia. Mais ce n’est pas exactement un événement unique à shonen, et personne ne peut contester sa qualité, en fin de compte.

CONNEXES: 10 émissions à regarder si vous avez apprécié la priorité aux œufs Wonder

Maintenant, lorsque vous utilisez le mot «qualité», c’est en ce qui concerne le manga original et l’adaptation animée du Studio Pierrot, chacun excellant sous des aspects différents. Mais quels sont exactement ces aspects? Et quel format règne en maître? Comparer les deux est une pratique assez courante pour les fans du genre, alors recommençons avec Trèfle noir.

dix Toutes les différences évidentes entre un anime et un manga

D’abord et avant tout, évidemment, l’anime et le manga sont différents de toutes les manières habituelles auxquelles on peut s’attendre, comme être bien … animé par rapport aux images fixes. Mais, plus que cela, l’anime est capable de donner aux personnages leur propre voix, a des blagues uniques et bien plus encore.

Ce sont deux expériences très différentes, même si les deux sont construites sur le même contenu. Encore une fois, tout cela relève du bon sens, mais il faut le dire lors de la comparaison des deux médiums.

9 La différence de rythme

Ensuite, il y a le rythme de l’adaptation anime. Habituellement, un épisode d’anime est adapté de 2 à 4 chapitres d’un manga, il est assez rare de voir un épisode adapter un seul chapitre. Mais pour Trèfle noir, le tout premier arc, connu sous le nom d’examen d’entrée des chevaliers magiques, prend plus d’épisodes à raconter animés que dans le manga!

Ceci, ainsi que quelques autres facteurs, a joué un grand rôle dans le fait que tant de gens tombent de la Trèfle noir anime au début. Heureusement, ils l’ont rapidement corrigé pour les futurs arcs, mais jamais complètement, car il y a encore des événements ou des combats spécifiques qui prennent beaucoup plus de temps qu’ils n’en ont le droit.

8 Le langage visuel et le flux

Certains mangaka ont une telle maîtrise de leur métier qu’ils peuvent facilement représenter un combat complexe sur papier en utilisant un langage visuel. En particulier, Naruto Masashi Kishimoto et My Hero Academia Kohei Hoshikori est très habile à utiliser le langage visuel à son avantage, en particulier pendant les combats.

Mais, Yuki Tabata, le mangaka pour Trèfle noir, mérite aussi plus de crédit, car beaucoup de compositions pour les batailles dans le manga sont carrément belles et faciles à comprendre. L’anime fait un travail assez décent pour correspondre à cela lors de grands combats, mais pour la qualité d’un instant à l’autre, le flux visuel du manga est bien meilleur que celui de l’anime.

7 L’anime a plus de moments de caractérisation spécifique

Bien que l’anime passe un peu plus de temps sur les événements, ce n’est pas toujours une mauvaise chose. Les amateurs d’anime se méfient toujours du contenu redouté de «remplissage», mais lorsqu’il se développe davantage sur des personnages qui étaient auparavant sous-utilisés, le remplissage peut en fait être une chose utile, tant qu’il est fait correctement.

CONNEXES: Attack On Titan: Les 10 personnages qui ont le plus changé tout au long de l’anime

Et, Trèfle noir n’a en fait pas beaucoup de remplissage, surtout par rapport à quelque chose comme Naruto. Au contraire, cela saupoudre juste quelques scènes supplémentaires ici ou là qui donnent à des personnages comme Gordon ou Sekke plus de caractérisation plus tôt dans l’histoire.

6 La qualité artistique de l’anime n’est pas aussi cohérente

Une grosse plainte de l’adaptation d’anime pour Trèfle noir est la cohérence. Certains anime sont connus pour leurs visuels uniques, mais les séries shonen n’ont pas tendance à tomber dans cette catégorie. Certains combats, comme Yami vs Licht, sont si incroyablement bien animés et dynamiques que certains diraient, comme DBZ, ils sont meilleurs dans l’anime que dans le manga. Mais, en moyenne, la qualité des illustrations dans les hauts et les bas de l’anime.

Parfois, Asta est tellement hors modèle qu’il ressemble à un personnage complètement différent, et d’autres fois, il s’agit d’une traduction 1 à 1 d’un panneau de manga à une image fixe animée. C’est bien que Studio Pierrot s’assure de faire le travail pendant les moments importants, mais il est clair que la qualité de Trèfle noir est moins que stellaire en moyenne. Qui sait, cela pourrait facilement être dû à tout ce que ce studio d’animation a dans son assiette. Rappelez-vous, c’est le même studio qui a animé Naruto, Bleach, Tokyo Ghoul, et bien d’autres émissions, après tout.

5 Le cri emblématique d’Asta

C’était une première plainte contre l’anime qui est rapidement devenue un moyen de savoir si quelqu’un avait donné Trèfle noir le traitement des «trois épisodes». Une fois que l’adaptation de l’anime a commencé, les gens ont presque immédiatement remarqué à quelle fréquence Asta, le personnage principal, criait vers le ciel ou criait simplement son dialogue au lieu de le dire.

Et, comme les premiers épisodes sont hyper-focalisés sur Asta, ce problème était encore plus criard qu’il n’aurait dû l’être. Heureusement, Studio Perriot a évidemment reçu le message de la base de fans que c’était un problème et l’a rapidement résolu. Mais, il n’est jamais complètement parti, Asta est indéniablement plus irritant en tant que personnage qu’il ne l’est dans le matériau source, bien que beaucoup moins qu’il ne l’était auparavant.

4 Certains contenus exclusifs uniquement animés

La peur constante de toute adaptation d’anime est de rattraper le matériel source. C’est pourquoi il y a tant de séries qui ne sont adaptées qu’une fois qu’elles ont passé quelques centaines de chapitres. Même dans ce cas, dans beaucoup de ces cas, l’anime parvient toujours à rattraper le manga, simplement parce qu’il est également hebdomadaire mais qu’il parcourt le matériel 2 à 3 fois plus rapidement.

Penser à Alchimiste Fullmetal (ne pas fraternité), ou alors Naruto remplissage constant pour donner au manga le temps de se rattraper. Eh bien, c’est arrivé à Trèfle noir aussi avec elle créant son propre arc «anime-canon» autour de la marque 130. Alors, soyez juste prêt pour que certaines des dernières parties de l’histoire ne correspondent pas nécessairement au manga à 100%. De plus, bien que la fin de l’anime joue dans l’histoire du manga, ce n’est pas une situation de 1 à 1.

3 Visualiser les différents types de magie

Créer un langage visuel que les gens reprennent instinctivement pour quelque chose d’aussi fantastique que la magie est difficile. D’une part, l’artiste doit donner à chaque sort un impact sans les faire paraître trop sous-alimentés ou maîtrisés. Deuxièmement, si possible, les sorts devraient avoir l’air un peu «déplacés» comme s’ils n’appartenaient pas à cette réalité. Série comme Jujutsu Kaisen, Mushi-shi, ou alors Tueur de démons, ont tendance à très bien faire cela. Heureusement, le Trèfle noir les mangas et les animes réussissent aussi, mais de différentes manières. Dans le manga, Tabata a une certaine façon de dessiner chaque type de style magique. La magie anti-magie ou de l’obscurité comme celle d’Asta ou de Yami est complètement noire et fumée. Ensuite, la magie de la nature comme Roselei ou Mimosa a beaucoup de lignes individuelles.

CONNEXES: 10 anime à regarder si vous avez aimé Rent-A-Girlfriend

Enfin, la magie de l’eau, comme celle de Noelle, est remplie de gris avec des lignes de vitesse pour montrer le mouvement de l’eau. Et ce n’est que pour n’en nommer que quelques-uns. L’anime utilise également tout ce langage visuel dans les différents sorts, mais ils ont également des mouvements et des sons avec lesquels ils peuvent également jouer. De plus, Studio Pierrot s’appuie sur CGI pour certains sorts, ce qui lui donne cette ambiance supplémentaire «hors de propos».

2 Le mouvement de la caméra et les compositions

L’un des plus grands avantages pour un mangaka par rapport à une équipe d’anime est le manque de considération nécessaire pour la transition. Si un mangaka dessine ce beau panneau d’action de deux personnages qui se battent, ils doivent juste s’inquiéter de savoir comment dessiner la prochaine «étape» du combat, comme aller du point A au point B. ) doit généralement inclure tous les mouvements dont les personnages auraient besoin pour passer du panneau A au panneau B.

Évidemment, si le studio d’animation ne veut pas être enterré dans des montagnes de travail supplémentaire, il trouve des raccourcis inoffensifs à utiliser. Celui qui Trèfle noir s’appuie sur un «zoom avant» sur l’action beaucoup plus pour réduire sa charge de travail en termes d’illustration de personnage, de mouvement et d’arrière-plan tout en restant principalement fidèle au matériel source.

1 Le temps qu’il faudrait investir

Enfin, parlons de l’investissement en temps nécessaire pour un anime et pour un manga. Pour être franc, il est presque toujours plus court de lire quelque chose que de le regarder, mais cette différence de temps diffère d’une émission à l’autre. Par exemple, dans Menace de mort, il y a tellement de mots sur chaque page (d’accord, ces mots sont nécessaires) qu’il faut presque autant de temps pour lire un chapitre que pour regarder un épisode (dans une situation d’adaptation manga 1-à-1 à anime).

Mais, Trèfle noir est un manga shonen, ce qui signifie qu’il se concentre principalement sur l’action et comporte de nombreux épisodes. Par conséquent, un chapitre d’un combat entre le roi sorcier et Licht qui prend 10 minutes maximum à lire se traduit par un épisode et demi, soit environ 3 fois la durée. Pour ceux qui n’ont pas le temps excessif d’investir dans un anime de plus de 150 épisodes, essayez plutôt de lire le manga, cela gagnera vraiment beaucoup de temps. Ou, à tout le moins, choisissez une série un peu plus frénétique.

SUIVANT: Pokemon: 10 choses que le manga fait mieux que l’anime


Suivant
Darling in the Franxx: 10 choses que vous ne saviez pas sur Zero Two




Leave a Reply