- Publicité -


Quelqu’un d’autre a toujours été aux commandes. Merde, c’est lui. Oui, c’est Mark Zuckerberg en sous-vêtements avec son casque de joueur. Et rien n’est réel.

« Quand nous sommes tous dans le métaverse »… c’est une déclaration que j’ai beaucoup entendue ces derniers temps. Honnêtement, je ne sais pas vraiment ce que cela signifie. Les gens le disent comme s’ils le savaient, mais je ne pense pas qu’ils le fassent. Je ne pense pas que quiconque le fasse vraiment. Sauf Zuckerberg. Certainement Microsoft. Google est à fond. Les agriculteurs de données affinent les machines à traire virtuelles en ce moment même. Et ne pensez pas que vous n’avez pas déjà un orteil hologramme dans l’eau. Nous nous sommes inscrits il y a des années. Le changement de marque effrayant de “Facebook” à “Meta” a signalé le jeu. J’ai pensé “c’est un nom de merde pour une manière conviviale de se connecter avec des amis”. Sauf que ce n’est pas le but; c’est simplement le leurre.

- Publicité -

Metaverse, cet endroit apparemment mythique, n’est pas si mythique, et il arrive bientôt. Apparemment dans les cinq prochaines années. Cette frontière numérique où ce n’est pas le bois ou le verre qui est la porte d’entrée, mais l’humble iPhone. Je ne suis pas convaincu de vouloir y aller. Je paie toujours mon hypothèque dans le verset actuel. J’ai même adhéré à un parti politique pour tenter de le sauver. Mais nos futurs enfants, ils partent. Ils vont quelque part où les vieux n’osent pas marcher. Je veux dire, pouvez-vous imaginer grand-mère dans le métaverse ? « Où est le bouton de la cuisine ? » “Ces biscuits sont nuls.” Soudain, grand-mère est partie. Non, elle n’a pas été euthanasiée, elle a été supprimée.

Certains parlent du métavers comme d’un nirvana égalitaire. Un lieu qui comble le gouffre financier qui existe entre riches et pauvres. Où il n’y a pas de handicap. Pas de clivage racial. Pas de sexe. Juste des gens bleus valides qui traversent l’espace et le temps. Il s’agit de la plate-forme informatique spatiale où les expériences numériques sont créées comme une réplique du monde réel. Mais ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas un monde libre. Les géants de l’entreprise sont occupés à trouver comment le posséder afin que nous puissions avoir tous les aspects civilisateurs qui nous détruisent et nous blessent ici. Des choses comme la monnaie, le commerce, l’économie et la propriété foncière. Oui, très bientôt, vous pourrez acheter des tas de rien. Si vous avez beaucoup de succès, vous pourrez posséder plus rien que n’importe qui d’autre.

Allons-nous vraiment tous à cet endroit où des créatures ressemblant à Pan – moitié chèvre, moitié Zuckerberg – mangent de l’herbe virtuelle et de la blockchain de merde ? Où les gens qui se sont assis dans des chambres à coucher au cours de la dernière décennie règnent-ils? Les mêmes personnes qui ont été obligées de consulter parce que leur mère craignait d’être le prochain tireur de l’école ? Inquiète des jeux vidéo violents et de leur manque de connexion avec le monde physique, elle n’a jamais réalisé qu’ils exploraient en fait un avion virtuel parallèle. Ils n’évitaient pas du tout. Ils ne ‘jouaient’ pas. Ils s’entraînaient pour l’avenir. Oh, et oui ce sont des psychopathes mais nous le sommes tous maintenant.

Parce que dans le métaverse, vous n’avez plus besoin d’être vous-même. Vous pouvez créer une toute nouvelle identité. Alors que se passe-t-il dans cet espace virtuel tridimensionnel ? Puis-je être virtuellement cambriolé ? Puis-je être cyber-violée ? Peut-on tuer des gens dans le métaverse ? Si nous nous fâchons, pouvons-nous découper leur avatar ? Pouvons-nous cyber-harcèlement? Peut-on être cyber-harcelé ? Qui appelle-t-on ? Un flic virtuel ? Appelons-nous un flic et ça finit par être un garçon de 14 ans à Cornwall ?

Je trouve l’idée d’un métaverse troublante. Il ne se sent pas en sécurité. Cela ressemble à une frontière plus dangereuse que l’espace. La vie sur Mars est moins risquée. Et il n’a même pas d’air. Le métavers est notre avenir de science-fiction, préparé pour nous par les nouveaux dieux : les programmeurs informatiques et les investisseurs. Pendant ce temps, en réalité, dans l’univers réel, celui dans lequel vivent nos vieux corps de chair et d’os stupides et non mis à jour, nous serons assis en sous-vêtements, dans la pauvreté, pendant que le monde réel brûle. Mais nous pourrons télécharger un avatar qui conquiert le monde virtuel. Dans ce métaverèse tant qu’il y a assez d’électricité et de silicium, il y a des ressources infinies. Contrairement à la Terre, où les ressources sont limitées et où la vie a un certain caractère aléatoire sain et incontrôlable.

Dans le métaverse, rien n’est aléatoire. Tout le monde est sous contrôle. Au moins, ils pensent qu’ils le sont. Parce que quelqu’un d’autre contrôle.

Quelqu’un d’autre a toujours été aux commandes. Merde, c’est lui. Oui, c’est Mark Zuckerberg en sous-vêtements avec son casque de joueur. Et rien n’est réel. Nous sommes tous des personnages dans la tentative virtuelle de Zuckerberg de dominer le monde. On frappe à la porte.

C’est sa maman. Elle est en colère. Il n’a pas fait ses devoirs. Jeu terminé.

Jusqu’à la prochaine fois.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici