- Publicité -


Le campus virtuel de Neoma
Les étudiants de Neoma sont représentés par des avatars 3D dans le monde en ligne © Neoma

Depuis un pupitre sous trois écrans géants, le professeur Alain Goudey donne des cours sur la transformation numérique à des étudiants du monde entier dans un amphi qui peut potentiellement accueillir des centaines de personnes. Tout cela, cependant, est dans le domaine virtuel – un domaine qui offre un aperçu d’un avenir potentiel pour l’éducation commerciale.

Son employeur, Néoma Business School en France, est l’une des nombreuses institutions européennes avant-gardistes qui se lancent dans le métaverse – un monde numérique immersif où les étudiants sont représentés par des avatars 3D. C’est en raison de son potentiel à rendre l’apprentissage plus interactif, mais aussi en raison des opportunités commerciales. Le cabinet de conseil en gestion McKinsey estime que le métaverse générera jusqu’à 5 milliards de dollars de valeur d’ici 2030.

- Publicité -

« Il est très important que les écoles de commerce soient à l’avant-garde de la formation des futurs managers au métaverse », déclare Goudey, professeur de marketing et doyen associé pour le numérique chez Neoma. “Il va façonner le monde de demain.”

Bien que le métaverse soit salué par certains comme la prochaine génération d’internet, les écoles de commerce ne s’accordent pas sur une définition exacte. Ils ne conviennent pas non plus comment – ​​ou même si – cela fonctionnera dans la pratique.

Chez Neoma, les étudiants vivent le métaverse comme des avatars dans un campus virtuel. L’école a également développé plusieurs études de cas de réalité virtuelle qui plongent les étudiants dans des dilemmes d’entreprise réels, leur permettant d’appliquer la théorie à la pratique. “L’immersion renforce la puissance du jeu de rôle et de la simulation”, déclare le professeur Goudey. “C’est incroyable de voir à quel point cela a un impact sur la pédagogie.”

Alain Goudey de Néoma

Professeur Alain Goudey de Neoma

Il dit que Neoma espère intégrer la réalité virtuelle dans le campus virtuel pour améliorer l’expérience d’apprentissage des participants à distance.

Le potentiel du métavers a été propulsé dans la psyché publique au cours de la dernière année par des entreprises technologiques telles que Meta (anciennement Facebook), qui se précipitent pour créer des mondes virtuels remplis d’avatars. Aujourd’hui, certains de ces géants de la technologie travaillent avec des écoles de commerce pour améliorer l’expérience éducative avec des technologies immersives.

Polimi Graduate School of Management à Milan a l’intention d’organiser des séminaires avec Microsoft au cours desquels les participants à l’International Flex Executive MBA découvriront les opportunités commerciales potentielles dans le métaverse.

De plus, Polimi prévoit que les participants à l’EMBA essaient des casques VR et expérimentent divers scénarios, activés par Fadpro, une start-up edtech détenue en partie par l’école. Celles-ci comprendront des voyages virtuels dans des entreprises, permettant aux étudiants d’acquérir une expérience professionnelle de première main sans avoir à se rendre physiquement sur place.

Pour l’avenir, le doyen de Polimi, Federico Frattini, pense que le métaverse pourrait bien fonctionner pour enseigner des «compétences non techniques» telles que le leadership et le travail d’équipe. En effet, cela peut permettre aux étudiants de capter les comportements non verbaux – gestes, posture – plus facilement que lors d’une visioconférence. “C’est un contexte dans lequel la reproduction d’un environnement physique grâce à la technologie peut améliorer les résultats d’apprentissage”, déclare Frattini.

L’investissement dans des outils sophistiqués d’apprentissage interactif a été accéléré par la pandémie de coronavirus, qui a poussé les écoles de commerce dans le domaine virtuel.

“Dans notre secteur, il y a eu une certaine hésitation à adopter une nouvelle technologie de peur qu’elle ne soit pas assez bonne”, explique Barbara Stöttinger, doyenne de Académie des cadres WU à Vienne. «Ce que la pandémie a fait, c’est ouvrir nos esprits. Cela nous a montré les possibilités et la rapidité avec laquelle nous pouvons innover.

Des étudiants en management assistent à une présentation sur l’amphithéâtre virtuel de Neoma Business School © Neoma

Cette année, WU s’est associé à Tomorrow’s Education, une start-up edtech, pour lancer son Master professionnel en durabilité, entrepreneuriat et technologie. Le programme est entièrement dispensé sur le campus virtuel de l’école, accessible via une application en ligne. “Nous devons penser à la prochaine génération qui grandira dans le métaverse”, déclare Stöttinger. « Finalement, il sera indispensable pour nous d’être là. Cet investissement nous rend pérennes.

Les établissements voient le métaverse comme un moyen pour les étudiants d’interagir de manière plus significative, mais aussi comme une plate-forme pour créer des opportunités commerciales.

À Ecole de Management Essca en France, les étudiants du programme MSc International Business 4.0 créent leur propre avatar dans Second Life, le monde en ligne 3D établi de longue date, et passent du temps à observer le comportement des autres avatars. Chaque étudiant identifie ensuite une opportunité commerciale potentielle pour une marque de luxe dans le métaverse, comme la vente de biens numériques, et crée un prototype virtuel.

“Nous devons préparer nos étudiants à être prêts pour l’avenir”, déclare Orsolya Sadik-Rozsnyai, responsable du campus en ligne Essca, notant que les maisons de luxe explorent les opportunités commerciales autour des biens virtuels et des jetons non fongibles.

Pour les écoles de commerce, dit-elle, le défi consiste à éviter d’utiliser la technologie pour la technologie. “Le métaverse pourrait être la prochaine itération d’Internet mais, jusqu’à ce que nous trouvions les bons cas d’utilisation, cela restera un fantasme”, affirme-t-elle.

Malgré les possibilités passionnantes du métaverse, les écoles de commerce sont encore loin d’avoir réalisé tout son potentiel, déclare David Lefevre, professeur de pratique en innovation numérique à l’Université de Londres. École de commerce du Collège impérial. “C’est une idée fantastiquement séduisante d’un univers alternatif que nous habitons, mais le métavers pour le moment est plus une aspiration”, dit-il.

Les principaux défis consistent à assurer l’interopérabilité, ce qui permettrait aux étudiants de se déplacer librement entre différents mondes virtuels. La consommation d’énergie élevée est également une préoccupation. “Les ressources nécessaires pour faire fonctionner l’environnement virtuel, que ce soit dans le cloud ou localement, sont considérables”, déclare Tamim Elbasha, doyen associé de l’apprentissage et du développement de la qualité à l’Université de France. Ecole Supérieure de Commerce Audencia.

Le campus virtuel de Neoma

Le professeur Goudey et ses collègues se rencontrent sous forme d’avatar

Roselva Tunstall, directrice du laboratoire edtech de ESMT Berlin, soulève d’autres doutes. “L’accessibilité numérique est un défi”, dit-elle, soulignant que la réalité virtuelle peut être coûteuse et peut également provoquer le mal des transports. Les professeurs et le personnel auraient également besoin de formation pour dispenser des cours à l’aide de ces outils, ajoute-t-elle.

D’autres écoles citent les problèmes de confidentialité et de protection des données comme des obstacles à l’intégration de la formation commerciale dans le métaverse. Dans tous les cas, Tunstall dit qu’il est peu probable qu’il supplante les méthodes d’enseignement traditionnelles. “Le métaverse n’est pas destiné à remplacer, il est destiné à améliorer.”

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici