- Publicité -


Au fur et à mesure que la technologie s’améliore chaque jour, les frontières entre le monde réel et le métaverse risquent de s’estomper et les lois existantes ne suffisent pas à réglementer la vie dans le métaverse.

Alors que le Metaverse continue de gagner du terrain chaque jour parmi les internautes du monde entier, l’Inde doit revoir dans quelle mesure elle est à l’aise avec le fait que ses citoyens plongent leur vie dans cette plate-forme en ligne. Les ramifications sont larges et effrayantes pour le monde entier bien que le concept ait beaucoup de bonnes choses à offrir.
Le métaverse est la version de nouvelle génération d’Internet, rendue par la technologie de réalité virtuelle ou augmentée. Pour le dire simplement, le métaverse est un monde virtuel où les personnes/utilisateurs peuvent socialiser, travailler et, à mesure que la technologie progresse, faire à peu près n’importe quoi de similaire à ce qu’ils font dans le monde réel.
Le terme « métaverse » a été inventé pour la première fois dans le roman de science-fiction Snow Crash de Neal Stephenson en 1992, et le concept a été exploré plus en détail par Ernest Cline dans son roman Ready Player One. Mais maintenant, Facebook et de nombreuses autres entreprises technologiques veulent en faire une réalité.
Le métaverse semble sur le point d’émerger en tant que Terre 2.0 (une existence parallèle à celle que nous menons sur terre), permettant à ses utilisateurs de créer leurs Avatars et de s’immerger dans ce nouveau monde de réalité virtuelle. Cela pourrait potentiellement remplacer la vie sur terre – différente des plates-formes de jeu existantes, telles que “Second Life”, qui offrent une évasion de notre monde réel.
Divers géants de la technologie ont différentes plates-formes permettant aux utilisateurs d’accéder au métaverse. Par exemple, Facebook (maintenant connu sous le nom de « Meta ») a lancé Horizon Worlds, son monde de réalité virtuelle d’avatars. Les autres plateformes majeures sont « The Sandbox », « Decentraland », « Cryptovoxels » et « Somnium ».
Les lignes sont floues
En tant qu’avocat curieux qui vénère les nouvelles technologies, je suis dans une situation difficile avec ce développement car les complications juridiques sans fin qui sont susceptibles d’émerger m’effraient. Au fur et à mesure que la technologie s’améliore chaque jour, les frontières entre le monde réel et le métaverse risquent de s’estomper et les lois existantes ne suffisent pas à réglementer la vie dans le métaverse.
Un couple tamoul Dinesh SP, associé au projet IIT Madras, et Janaganandhini Ramaswamy se sont mariés le 6 février – et ont organisé leur réception sur le thème de Harry Potter sur le métaverse – la première en Asie. Jusqu’ici tout va bien.
Mais les incidents de viol et d’agression sexuelle d’un Avatar et d’autres crimes ont commencé à se produire dans le métaverse. Une femme britannique (43 ans) a affirmé avoir été harcelée verbalement et sexuellement dans le métaverse de Facebook. Elle a dit que dans les 60 secondes suivant son arrivée dans le monde virtuel, trois ou quatre hommes Avatars ont “pratiquement violé collectivement” son Avatar et ont pris des photos de celui-ci.
La plus grande inquiétude est qu’il n’y a pas de lois pour régir et juger de telles infractions de viol d’un Avatar, simplement parce qu’il n’y a pas de personnalité juridique attribuée à un Avatar. Il n’y a pas de cadre juridique définissant les droits et devoirs des Avatars.
Il n’est pas non plus correct de dire que les actions des Avatars dans le métaverse n’ont aucun effet sur la vie de l’utilisateur dans le monde physique. Les utilisateurs du métaverse peuvent porter des gilets haptiques ou d’autres outils technologiques qui leur permettraient en fait de ressentir des sensations s’ils étaient touchés ou pelotés.
Investissement dans le métaverse
Les utilisateurs du métaverse ont déjà commencé à “investir” dans l’immobilier numérique dans le métaverse. Les lois de quel pays s’appliqueront aux transactions d’un Avatar ? La juridiction sera le premier obstacle majeur que nous devrons franchir.
Le même problème se posera dans toutes les autres actions, civiles ou criminelles, qu’un Avatar entreprend. Prenons l’exemple d’un Indien opérant depuis l’Inde dont l’Avatar se fait violer par l’Avatar d’un autre utilisateur dans le Pays X et l’utilisateur de l’Avatar violeur opère physiquement depuis les États-Unis. Dans cette situation, les tribunaux de quel pays seront compétents ? Les lois de quel pays s’appliqueront ? De plus, si les Avatars ont été dotés d’une personnalité juridique, les tribunaux physiques seront-ils compétents ou faudra-t-il établir un autre pouvoir judiciaire dans le métaverse pour statuer sur les droits et devoirs des Avatars ?
Telles sont quelques-unes des questions que l’Inde et chaque gouvernement souverain devront examiner. Ce n’est tout simplement pas une plate-forme de jeu. Si les Avatars peuvent faire à peu près tout ce qu’ils peuvent faire dans le monde réel, il faudra qu’il y ait des lois en place. Mais qui rédigera ces lois ? Y aura-t-il un parlement du cyberespace ou un dictateur qui gouverne la vie de ces Avatars qui ont déjà commencé à fonctionner/travailler comme les gens le font dans le monde réel.
Peur des gouvernements alternatifs/parallèles dans le métaverse
Gouverner et exercer un contrôle sur les Avatars, à mon avis, équivaudra à avoir un contrôle indirect sur les utilisateurs dans le monde réel et cela constitue une menace sérieuse pour tout gouvernement dans le monde réel. Si, à l’avenir, il y a un leader/gouvernement distinct dans le métaverse gouvernant la vie des Avatars, la décision de ce leader/gouvernement défiera directement et indirectement l’autorité du ou des gouvernements dans le monde réel.
L’Inde, qui abrite la plus grande base d’utilisateurs de géants de la technologie comme Facebook (Now Meta), WhatsApp, Twitter et de nombreuses autres plateformes de médias sociaux, doit être prudente quant à la mesure dans laquelle elle souhaite que le Metaverse soit disponible pour ses citoyens.
Tout n’est pas mauvais avec le concept de métaverse
Mais ce qu’il est intéressant de noter ici, c’est qu’en tant que concept, le « métaverse » n’est pas entièrement mauvais. Entre de bonnes mains et avec la bonne approche, un concept comme le Metaverse peut être un excellent outil qui peut stimuler la productivité et l’administration dans le pays. En fait, ce serait formidable si l’Inde créait son propre métaverse. Cela donnerait un coup de fouet au secteur informatique indien et donnerait également aux start-ups technologiques indiennes un contrôle indépendant du nouveau monde sans y être acheminées via Google, Apple et Facebook qui sont devenus les principaux gardiens d’Internet.
Il y a eu de nombreux incidents spécifiques où l’Union européenne a jugé que Google abusait de sa position dominante et entravait de nombreuses entreprises nationales. À la suite de ces décisions, la Commission de la concurrence de l’Inde enquête sur des questions similaires concernant les pratiques anticoncurrentielles de Google.
Ayant son propre métaverse, l’Inde peut être son propre gardien de cette nouvelle forme de cyberespace et ne pas être affectée par l’influence des grands géants de la technologie.
En ce qui concerne l’administration, la technologie de réalité augmentée virtuelle peut être utilisée pour créer un écosystème de communication virtuelle pour tous les domaines de son administration municipale. Imaginez qu’un métaverse ait été créé par des Indiens et que les habitants de Delhi puissent accéder au métaverse en mettant leurs casques VR et rencontrer des responsables gouvernementaux/municipaux pour des réunions virtuelles. Cela permettrait d’économiser beaucoup de temps et d’argent et permettrait aux gens de s’asseoir à la maison et de faire les choses qu’ils ne peuvent faire que dans le monde réel.
Séoul, première ville à entrer dans le métaverse
Séoul, en Corée du Sud, a été la première ville à annoncer son entrée dans le Metaverse. Provisoirement appelé “Metaverse Seoul”, il entend créer un écosystème de communication virtuel pour tous les domaines de son administration municipale – liés à l’art, la culture, l’éducation, le tourisme, la science, etc.
Un exemple pratique du métaverse qui vient à l’esprit est celui de la justice indienne. Actuellement, le système judiciaire indien utilise une plate-forme étrangère comme CISCO Webex, qui ne sont que des plates-formes de vidéoconférence. Bien qu’une telle technologie ait été une aubaine pour notre pays pendant la pandémie, elle a ses limites dans des domaines tels que le contre-interrogatoire d’un témoin.
Une autre limitation est qu’elle réduit la peur des contrevenants à l’égard des juges puisque les juges ne sont vus qu’à l’écran. Un tribunal virtuel utilisant la technologie avancée Metaverse peut aider à surmonter ces lacunes puisque l’expérience serait similaire à celle du monde réel.
L’éducation est un autre domaine qui peut bénéficier du concept de métaverse. L’apprentissage à distance peut être redéfini dans le métaverse permettant aux étudiants d’interagir avec les professeurs et les autres étudiants dans le métaverse.
Sur une note plus légère, à travers cet article, je recommande et conseille fortement aux jeunes avocats indépendants de notre pays de profiter de leur familiarité avec la technologie et de travailler à l’acquisition d’un travail juridique dans cet espace. Le métaverse en est encore à ses balbutiements et, au rythme où vont les choses, des problèmes juridiques sans fin ne manqueront pas de surgir dans le métaverse.

- Publicité -

L’auteur Shaan Mohan est un avocat exerçant auprès des Hautes Cours de Delhi et des tribunaux de première instance. Il s’occupe activement des questions de bien-être social. Le DHC l’a nommé à plusieurs reprises Amicus Curie. Pour toute question, contactez l’auteur à shaanmohan01@gmail.com

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici