- Publicité -


Imaginez que vous vous téléportez dans un vaisseau spatial et que vous êtes accueilli par vos amis les plus proches : l’un apparaît comme un robot rouge vif, un autre flotte au-dessus du sol et les autres ressemblent à leur moi normal. Pour le reste de la soirée, votre vaisseau traverse l’espace pendant que vous jouez à un jeu de cartes et à un appel vidéo avec des amis qui ne peuvent pas être présents. Cela semble impossible, non ? Pas selon le PDG de Meta, Mark Zuckerberg. Il prédit un avenir où tout cela et plus est possible dans le métaverse.

Zuckerberg est tellement engagé dans la construction de la technologie métavers qu’il a même renommé la société mère de Facebook à Meta l’année dernière. Le changement de nom reflétait le désir de Zuckerberg que l’entreprise soit vu comme « une entreprise de métaverse » plutôt que comme une entreprise de médias sociaux. Bien que le engouement entourant la réalité virtuelle et le métaverse s’est développé rapidement depuis que Facebook est devenu Meta, l’entreprise a surtout n’a pas réussi à livrer sur les attentes des utilisateurs.

- Publicité -

Zuckerberg les attributs Les mauvaises performances de Meta au fait que la transition vers le métaverse prendra des années. En réalité, le Meta de Zuckerberg n’est tout simplement pas le métaverse que les gens veulent, et ce n’est pas le métaverse que la technologie dans un avenir prévisible peut activer. Sa tentative de monopoliser le métaverse échouera finalement, et l’avenir du métaverse sera bien plus démocratique que ce qu’il a à offrir.

La foule de problèmes de Meta commence par sa tentative de monopoliser le métaverse. Ils ont l’habitude d’employer cette tactique, ayant copié des fonctionnalités innovantes d’entreprises de médias sociaux moins connues pendant des années. En 2017, Méta a volé La fonction Histoires de Snapchat et l’a appliquée à Instagram. La popularité de la fonctionnalité a fait passer le nombre d’utilisateurs quotidiens d’Instagram de 100 millions à 250 millions en quelques mois, tandis que le nombre d’utilisateurs quotidiens de Snapchat a diminué. Plus récemment, Meta a reproduit la page “Pour vous” de TikTok avec sa propre fonctionnalité vidéo personnalisée, “Instagram Reels”. Selon VoixInstagram Reels est la clé de la stratégie de l’entreprise pour “dépasser TikTok en tant que destination n°1 pour les vidéos sociales courtes”.

Meta applique désormais ses ambitions monopolistiques au métaverse. Son changement de nom audacieux est comparable à un prédateur marquant son territoire ; les petites entreprises peuvent être intimidées de se développer sur le métaverse alors qu’un géant de la technologie comme Meta le fait déjà. Certaines de leurs stratégies ont été moins évidentes, comme son achat du fabricant de casques de réalité virtuelle (VR) Oculus en 2014. À l’époque, la plupart des consommateurs avaient peu de connaissances sur les projets futurs de Zuckerberg concernant l’implication de la société VR dans le métaverse.

Les tactiques de Meta sont très problématiques, dans la mesure où en septembre de cette année, la Federal Trade Commission (FTC) a déposé une plainte contre la société. Ils se sont opposés à l’acquisition prévue par Meta de l’application de fitness en réalité virtuelle, Within Unlimited, au motif qu’elle violerait la loi antitrust. Selon le FTCle rachat de Within Unlimited par Meta “réduirait considérablement la concurrence, ou tendrait à créer un monopole, sur le marché pertinent des applications de fitness dédiées à la réalité virtuelle et la marque pertinente plus large pour les applications de fitness en réalité virtuelle”.

Les pratiques monopolistiques ont bien fonctionné pour Meta auparavant. Cependant, ces tactiques ne sont pas réalisables pour le développement du métaverse, car le métaverse n’est pas simplement une autre application de médias sociaux – c’est une évolution technologique. Comme le dit Zuckerberg, le métaverse est « la prochaine version d’Internet ». Pourtant, Internet n’aurait pas pu devenir ce qu’il est aujourd’hui si une seule personne ou entreprise l’avait développé. Même à ses débuts, l’Internet a été créé à partir de l’effort collectif de milliers de créateurs d’horizons, de cultures et de perspectives différents.

Tom Boellstorff, professeur d’anthropologie à l’UC Irvine qui a publié de nombreux rechercher concernant les mondes virtuels, a renforcé l’importance d’un développement diversifié. “Nous ne voulons pas que ce soient uniquement les Mark Zuckerberg du monde qui décident avec [the metaverse]», a déclaré Boellstorff dans une interview avec New University.

“Nous voulons avoir plus de voix, plus d’espaces open source et à but non lucratif également, et que tout ne soit pas dirigé par les entreprises.”

Les paroles de Boellstorff sont un rappel important que les monopoles entraver l’innovationce qui explique pourquoi la technologie de Meta n’a pas respecté les normes qu’elle s’est fixées.

Dans le discours d’ouverture de Meta en 2021, Zuckerberg revendiqué que le métavers diffère des formes actuelles de communication virtuelle car il crée un « sentiment profond de présence ». Le reste de la keynote simulait cette « présence » en décrivant les utilisateurs poursuivant des activités telles que les jeux, aller à l’école et travailler dans le métaverse.

Bien qu’alléchantes, les prouesses technologiques présentées sont aussi crédibles qu’un épisode de Netflix Miroir noir. Zuckerberg a brièvement mentionné dans la vidéo que le métaverse “n’existe pas encore… [and Meta is simply showing] à quoi pourraient ressembler différents types d’expériences de métaverse », mais le discours d’une heure a suscité de grandes attentes pour Meta.

La réalité ne pourrait pas être plus différente que les expériences décrites par Zuckerberg – les critiques des casques VR et des plates-formes métavers de Meta sont médiocres. Brian Chen, écrivain pour le New York Times, a écrit à propos d’essayer le Quest Pro à 1500 $ de Meta.

“Après avoir retiré le casque et être revenu à la réalité-réalité, je ne pouvais qu’imaginer vouloir utiliser ces nouvelles fonctionnalités pour jouer à des jeux… Je doutais également de pouvoir travailler avec ce casque.”

Adi Robertson de The Verge a dit que l’utilisation du Quest Pro la faisait se sentir «constamment nauséeuse… grâce au choc visuel constant des mondes réel et virtuel».

Le principal jeu VR de Meta, Horizon Worlds, a fait encore pire. Les utilisateurs ont été surpris par sa décevante rendus de basele fait que les avatars du jeu manque de jambes et surtout, qu’il y a pas grand chose à faire encore dans le monde virtuel. Horizon Worlds a été si décevant que le vice-président du métaverse de Meta, Vishal Shah, a publié une déclaration que l’entreprise serait en “” verrouillage de qualité “pour le reste de l’année pour” s’assurer que [they could] corriger… les lacunes de qualité et les problèmes de performances avant [they opened] jusqu’à Horizon à plus d’utilisateurs.’”

Entrelacé avec les luttes technologiques de Meta, il y a le manque de compréhension de l’entreprise de ce que les utilisateurs veulent gagner du métaverse. Bien qu’il n’y ait que 200 000 utilisateurs actifs mensuels (MAU) utilisant Horizon Worlds, des métaverses comme Roblox, Fortnite et bac à sable attirer plus de 200 millions de MAU collectivement.

Ces entreprises ont beaucoup moins de ressources par rapport à Meta. Cependant, ce sont des métavers plus réussis car ils ont des prémisses simples et une cible claire : la communauté des joueurs. À l’inverse, les appareils Horizon Worlds et Quest Pro de Meta tentent de plaire à tous les groupes démographiques, des étudiants aux professionnels en passant par les joueurs, sans devenir suffisamment utiles ou agréables à utiliser pour aucun d’entre eux.

L’approche monopolistique de Meta jusqu’à présent a entraîné des luttes technologiques et un manque de clarté qui ont eu un impact négatif sur leur valeur économique. Les actions de la société ont déchu de 67 % depuis l’année dernière, ce qui se traduit par une perte d’environ 700 milliards de dollars. Même la richesse de Zuckerberg a été touchée. Au cours des 12 derniers mois, il a perdu 88 milliards de dollars.

L’échec de Meta à produire la technologie promise est une mauvaise et une bonne nouvelle pour les étudiants comme nous à l’UCI. Du côté négatif, cela signifie que les étudiants actuels ne pourront pas profiter des avantages éducatifs fantastiques que Meta a prédits dans le métaverse. Par exemple, étudier le système solaire en zoomant sur des planètes 3D ou téléportation aux civilisations anciennes virtuellement pour “avoir une idée du rythme de la vie il y a plus de 2 000 ans”.

Cela étant dit, l’échec de Meta à monopoliser avec succès le métaverse est également encourageant. Cela signifie que notre génération aura l’agence pour avoir un impact sur l’apparence du métaverse et ses capacités. Au lieu d’utiliser la technologie simplement transmise par un géant de la technologie tout-puissant, nous pouvons façonner le métaverse soit en devenant un ingénieur qui le construit, soit en soutenant des métavers moins axés sur l’entreprise, tels que Seconde vie, Décentralisé ou même Traversée d’animaux. Tant que l’avenir du métaverse est démocratique, il servira bien les utilisateurs pour les générations à venir.

Le pari de Meta sur le métaverse ne se déroulera pas comme Zuckerberg l’avait espéré. Bien qu’il soit positif que l’entreprise contribue à la prochaine évolution technologique mondiale, Meta essaie d’accomplir plus qu’une seule entreprise – quelle que soit sa richesse – peut gérer. Pour tenir les promesses fantastiques que Zuckerberg a faites à propos du métaverse, d’innombrables autres entreprises et développeurs devront travailler pour se diversifier et se faire concurrence pour créer les meilleurs métaverses. Sinon, la technologie métaverse ne réalisera jamais son incroyable potentiel.

Chaya Sandhu est stagiaire d’opinion pour le trimestre d’automne 2022. Elle est joignable au clsandhu@uci.edu.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici