- Publicité -


Le monde virtuel reflétant de plus en plus les interactions dans le monde réel, il y aura forcément des problèmes juridiques concernant la sécurité et la confidentialité des données, les droits de propriété intellectuelle, les lois sur la responsabilité délictuelle et la monnaie numérique. Sans une protection adéquate de ces informations, les entreprises peuvent les utiliser librement, au détriment des utilisateurs, ainsi que de la loi et de l’ordre.

Nous examinons ici les lois et réglementations en Inde qui peuvent avoir une interaction avec le métaverse.

Protection des données

La confidentialité et la protection des données deviennent cruciales puisque toutes les interactions dans le métaverse ont lieu dans un environnement détenu et contrôlé par des entités qui contrôlent également la création, le flux et le stockage de toutes les données dans le métaverse.

- Publicité -

Les règles de 2011 sur les technologies de l’information (pratiques et procédures de sécurité raisonnables et données ou informations personnelles sensibles), qui régissent le régime indien de protection des données, exigent que les entreprises aient mis en place des mécanismes de conformité.

Les instructions émises par l’équipe indienne d’intervention d’urgence informatique (CERT-In) du ministère de l’informatique le 28 avril 2022 peuvent être utilisées pour protéger les données de base et les droits à la vie privée des utilisateurs, tout en maintenant la cybersécurité dans le secteur des paiements et des marchés financiers grâce à la préservation de ‘KYC’ (connaître votre client) et des données de transactions financières.

Régime des DPI

La protection de la propriété intellectuelle est essentielle à la mission dans un cadre comme le métaverse, où le contenu est continuellement créé par les utilisateurs tout en interagissant avec l’environnement. Par conséquent, des questions se posent sur la propriété. Cela pourrait être résolu par une documentation solide et les concepts classiques d’« utilisation équitable » et « d’utilisation équitable » dans le cas du droit d’auteur ; les questions de contrefaçon de marque impliquant des répliques numériques ont déjà été traitées et tranchées en faveur des plaignants devant les tribunaux américains.

Lois sur la responsabilité délictuelle

Le droit de la responsabilité civile traite généralement des dommages matériels et corporels dans le monde réel. Il pourrait également régir toute blessure – à la propriété ou au préjudice psychologique – d’un utilisateur à un autre dans le métaverse.

Monnaie numérique

La monnaie numérique et les jetons non fongibles (NFT) ont généralement été utilisés pour établir la propriété, évaluer les actifs numériques et exécuter des transactions dans le métaverse, et ceux-ci sont distribués via la technologie blockchain et des contrats intelligents, garantissant ainsi la sécurité. Bien qu’ils aient été définis comme des « actifs numériques virtuels » en vertu de la loi de finances de 2022, des réglementations claires renforceraient la confiance et la clarté.

Aller de l’avant

Bien que le métaverse et ses applications soient encore à un stade naissant, compte tenu de sa trajectoire de croissance, les régulateurs indiens doivent y prêter une attention adéquate.

La «Digital India Act» (DI Act) proposée, un cadre général destiné à remplacer l’actuelle loi sur les technologies de l’information, couvrirait les crimes commis sur les réseaux sociaux, y compris le métaverse, et ferait le lien avec le code pénal indien.

Les technologies perturbatrices ont un énorme potentiel, mais leur interaction avec les systèmes juridiques contemporains ne doit pas être ignorée.

(L’auteur est associé chez King Stubbs and Kasiva, un cabinet d’avocats)



Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici