- Publicité -


Uterageri, Suisse, 05 mars 2022 (GLOBE NEWSWIRE) — ArtMeta annonce la construction d’un métavers dédié aux beaux-arts dans le but d’unir le monde de l’art traditionnel à l’espace d’art crypto NFT. Le métaverse ArtMeta sera un monde 3D photoréaliste entièrement réalisé où les artistes, les amateurs d’art et les collectionneurs pourront se réunir pour explorer des galeries virtuelles et participer à des enchères et des ventes. Il inclura la participation de galeries d’art bien connues du monde entier, ainsi que de maisons de vente aux enchères haut de gamme et d’artistes individuels.

L’idée derrière ArtMeta est d’aider les artistes et les galeries à prendre pied dans l’espace NFT en les connectant à leurs clients dans un monde virtuel spécialement conçu. Le monde lui-même est une ville insulaire imaginée par un peintre Jonathan Delachaux, et réalisée en collaboration avec un artiste en effets visuels et numériques et spécialiste DI, Romain Donnot. Le projet est dirigé par le PDG Roger Haas, le fondateur d’une galerie de classe mondiale, qui a également dirigé une fondation de musée en Suisse. Haas est une voix de premier plan dans le monde de l’art contemporain, dont le soutien et le leadership se sont avérés inestimables pour ArtMeta. Son design s’inspire de l’aspect et de l’ambiance d’expositions d’art célèbres à travers le monde, notamment Documenta, la Biennale de Venise, Soho et Art Basel.

- Publicité -

À l’intérieur du métaverse d’ArtMeta, les visiteurs auront la possibilité de se déplacer librement dans la ville, en l’explorant comme ils le souhaitent. Il n’y aura aucune porte verrouillée nulle part et rien ne sera interdit. Au cours de leur voyage, les visiteurs peuvent rencontrer des événements artistiques éphémères et visiter les installations virtuelles d’innombrables musées du monde réel. Et parce que les espaces intérieurs du métaverse ArtMeta sont numériques, il y a toujours une surprise qui attend derrière chaque porte.

En effet, les bâtiments du métaverse d’ArtMeta tireront parti de la nature non euclidienne du monde numérique. Cela signifie qu’un visiteur peut entrer dans ce qui semble être un petit bâtiment sans prétention pour découvrir une galerie qui fait paraître le Louvre à Paris minuscule en comparaison. À l’inverse, ils pourraient entrer dans un somptueux bâtiment palatial et trouver une pièce d’un blanc éclatant avec la peinture d’un seul artiste.

Ce qu’ils trouveront dépendra des galeries et des artistes qui louent des espaces dans le métaverse. Ils seront libres de contrôler leur espace d’exposition et de l’utiliser comme une expression de leurs styles de conception préférés. Et à l’intérieur, ils peuvent afficher des versions symboliques de leur art du monde réel. Les visiteurs pourront acheter les versions NFT de cet art s’ils le souhaitent via le marché ArtMeta ou via les services des maisons de vente aux enchères participantes.

Le but de tout cela, au-delà d’apporter les beaux-arts au public le plus large possible, est de résoudre un certain nombre de problèmes qui existent maintenant sur le marché de l’art numérique. La première est que les artistes n’ont pas les compétences techniques pour créer des NFT, ce qui limite leur capacité à participer au nouveau média. ArtMeta remédie à cela en donnant aux artistes l’accès à un studio NFT haut de gamme qui les aidera à traduire leur travail sous forme NFT.

Et pour les galeries, ArtMeta sert de pont qui les relie à un marché de l’art numérique qui, selon la plupart des estimations, atteindra 13,5 milliards de dollars d’ici le début de 2022. Au sein de celui-ci, les galeries obtiennent l’espace dont elles ont besoin pour montrer leurs collections, ainsi que les conseils dont ils ont besoin pour naviguer sur le nouveau marché et y prospérer.

Ce qui fait d’ArtMeta une proposition de valeur si unique, c’est qu’il servira également d’aimant pour les amateurs d’art et les collectionneurs du monde entier. En rassemblant un public large et diversifié dans un seul espace numérique, les artistes et les galeries peuvent transformer leur participation au métaverse en un flux de revenus fiable et reproductible. Ils peuvent utiliser cet argent pour soutenir leur travail hors ligne, étendre leur empreinte métaverse, ou les deux.

Pour lancer leur nouveau métaverse ambitieux, ArtMeta a travaillé avec la plate-forme de lancement cryptographique très appréciée TrustSwap. Lors du lancement, le projet espérait récolter 750 000 $. Cependant, en raison d’un intérêt considérable, l’IDO a été sursouscrit de 1 045 %. Il a fini par lever rapidement 750 000 dollars, mais la demande globale était de 7,8 millions de dollars. Le 27 janvier, le projet a organisé un Polkastarter IDO, qui a également abouti à une autre démonstration de la demande du marché, entraînant plus de 15 000 inscriptions à la liste blanche. Le projet avait initialement prévu de récolter 500 000 $ lors de cette IDO, mais il a une fois de plus atteint cette note en un clin d’œil, et l’a dépassée.

Ils prévoient désormais de consacrer une partie des fonds au recrutement de leurs premiers partenaires galeries et maisons de vente aux enchères. L’objectif est d’avoir pas moins de 50 galeries participantes d’ici le lancement public du métaverse lui-même.

Et en plus de ses activités de recrutement, ArtMeta achètera également une collection d’art provenant de galeries du monde entier. Cette collection deviendra la base d’un programme de gamification pour encourager la participation des premiers contributeurs de la plateforme.

Site Web : https://artmeta.io/

ArtMeta
        
Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici