- Publicité -

Image de profil

Par Bloomberg (en anglais seulement IST (Publié)

Mini

Les dirigeants ont discuté du plan d’exclusion de Renault et de la refonte de l’alliance vieille de deux décennies de la paire depuis février lors de réunions en France et au Japon. Les négociations s’intensifient, le constructeur automobile Français prévoyant d’annoncer les détails début novembre.

Renault SA est ouverte à la réduction de sa participation dans Nissan Motor Co. en tant que transaction des partenaires sur le plan du constructeur automobile Français de diviser ses actifs de voitures électriques et de véhicules à moteur à combustion, selon des personnes familières avec les discussions.

Les dirigeants ont discuté du plan d’exclusion de Renault et de la refonte de l’alliance vieille de deux décennies de la paire depuis février lors de réunions en France et au Japon. Les négociations s’intensifient, le constructeur automobile Français prévoyant d’annoncer les détails début novembre. Le directeur général de Renault, Luca de Meo, doit assister à la course de Formule 1 à Suzuka, dans le centre du Japon, dimanche, ce qui lui donnera l’occasion de s’entretenir avec le PDG de Nissan, Makoto Uchida.

- Publicité -

Les liens financiers déséquilibrés des parties ont longtemps été une question litigieuse pour Nissan. La société japonaise fait pression sur Renault pour réduire sa participation de 43% à 15% afin de se rapprocher de la part de Nissan dans Renault, ont déclaré les personnes, refusant d’être nommées car les détails sont privés. Nissan pourrait envisager de lever des fonds pour racheter des actions du partenaire qui l’a sauvé à la fin des années 1990, a rapporté Reuters séparément, citant une personne qu’il n’a pas identifiée.

Bien qu’il soit peu probable que les discussions du week-end donnent des résultats concrets, tout mouvement dépendra des concessions de Nissan et inclura probablement des niveaux de prix convenus ou des jalons de projet spécifiques qui déclencheront des ventes d’actions, ont déclaré les personnes qui ont parlé à Bloomberg News. L’État Français, qui détient une participation de 15% dans Renault, doit également approuver tout plan, ont-ils déclaré.

Refonte transformationnelle

La refonte potentiellement transformationnelle, qui pourrait prendre effet dès l’année prochaine, intervient alors que Renault cherche à assurer son avenir sur le marché automobile européen en mutation, le pilier de l’entreprise.

Selon les plans, une entité dédiée aux véhicules électriques et aux logiciels serait basée en France et emploierait environ 10 000 personnes d’ici 2023, tandis qu’une deuxième entité se concentrerait sur les groupes motopropulseurs à combustion interne et hybrides, et serait basée hors de France, également avec un effectif d’environ 10 000 personnes.

Les représentants de Renault et Nissan ont refusé de commenter lorsqu’ils ont été contactés par Bloomberg. Le Wall Street Journal et le Financial Times ont rapporté plus tôt certains des détails des pourparlers.

De Meo, qui présentera une mise à jour de sa stratégie pour Renault le 8 novembre, doit donner des détails sur les carve-outs prévus dont les noms de code sont « Horse » et « Ampere ». Bien qu’aucune décision n’ait encore été prise, il est possible que les pourparlers aboutissent à un accord avant cette date, ont déclaré les personnes. Compte tenu des liens étroits des constructeurs automobiles, Nissan doit approuver les plans d’exclusion, ont déclaré les personnes.

Renault cherche à obtenir la participation de Nissan dans son activité EV tout en conservant une participation de 51%, ont déclaré les personnes. Pour les actifs de moteurs à combustion, la société prévoit une nouvelle entité avec Aurobay, une coentreprise entre Volvo Car AB et le groupe chinois Zhejiang Geely Holding, ainsi que d’autres investisseurs.

Les discussions portent sur le maintien par Renault d’une participation minoritaire dans l’activité historique et éventuellement sur une introduction en bourse, ont déclaré les personnes. Nissan résiste à cette décision en raison de préoccupations concernant l’accès d’une entreprise chinoise à la technologie, ont-ils déclaré.

L’action Renault a clôturé en hausse de 4,9% vendredi, effaçant les pertes depuis le début de l’année.

« Ce qui pourrait en découler, c’est un accord pour une vente planifiée de la participation et je pense que cela serait très bien pris par le marché », a déclaré Philippe Houchois, analyste chez Jefferies. « Cela n’a pas besoin d’être fait aujourd’hui, cela pourrait être sur plusieurs années », Renault acceptant de vendre la participation de Nissan « par tranches, à certains prix », et la société japonaise ayant la priorité sur ces ventes, a-t-il déclaré.

« Tout ce qui débloque une situation qui est devenue gelée est positif », a déclaré Houchois.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici