Domicile > Anti-piratage >

Le Comité de la Douma d’État sur la politique de l’information a soumis un nouveau projet de loi anti-piratage qui vise à supprimer automatiquement le contenu piraté des résultats de recherche en Russie. Après avoir établi un lien vers une base de données centralisée peuplée de titulaires de droits d’auteur, les moteurs de recherche devront supprimer le contenu correspondant dans les six heures. Le projet de loi vise à formaliser et à étendre un système volontaire existant.

effacerEn 2018, les principales sociétés de médias et distributeurs ainsi que Yandex, Rambler Group, Mail.Ru Group, vKontakte et RuTube ont signé un mémorandum anti-piratage historique en Russie.

Étant donné que les moteurs de recherche sont souvent accusés d’envoyer des personnes vers des sites pirates en réponse à des recherches de contenu, l’accord a touché le cœur du problème en supprimant les liens vers le contenu piraté des index avant qu’ils ne puissent être largement diffusés.

Ceci a été réalisé grâce à la création d’une base de données centralisée des contenus prétendument contrefaits qui sont désormais régulièrement interrogés par les plateformes Internet afin que les radiations puissent s’effectuer automatiquement. En mars 2020, les titulaires de droits participants se sont déclarés satisfaits de la progression du système de suppression. D’autres titulaires de droits ont cependant affirmé qu’ils n’avaient pas les mêmes possibilités de lutter contre le piratage.

L’industrie de l’édition a été particulièrement bruyante, mais des changements se profilent à l’horizon qui pourraient placer d’autres titulaires de droits d’auteur sur un pied d’égalité.

Projet de loi soumis au Parlement russe

Cette semaine, un nouveau projet de loi rédigé par Sergei Boyarsky, vice-président du Comité de la Douma d’État sur la politique de l’information, les technologies de l’information et les communications, a été soumis à la Douma d’État. Il vise à étendre et à inscrire dans la loi le système anti-piratage existant, afin qu’un plus large éventail de titulaires de droits puisse être inclus.

« La mise en œuvre des dispositions prévues par le projet de loi fédérale nous permettra, compte tenu de l’expérience accumulée, de consolider un nouveau mécanisme de protection du droit d’auteur et des droits voisins, de le rendre accessible à un cercle plus large de titulaires de droits, de leur fournir avec des conditions égales d’accès à la protection de leurs droits, ainsi que d’étendre l’obligation de cesser d’émettre des liens vers des œuvres publiées illégalement sur Internet dans les moteurs de recherche russes », lit-on dans le projet de loi de Boyarsky.

L’objectif est d’élargir la portée et l’utilisation de la base de données existante et de continuer à exiger que les moteurs de recherche s’interfacent avec elle, conformément au système volontaire. La base de données comprendra des informations sur le contenu protégé par le droit d’auteur, fournies par un plus large éventail de titulaires de droits, qui permettront aux moteurs de recherche d’identifier rapidement le contenu prétendument contrefait.

« Les opérateurs de moteurs de recherche doivent cesser de répertorier dans les résultats de recherche les index des pages contenues dans le système d’information au plus tard six heures à partir du moment où les informations sur les pointeurs sont incluses dans ses pages », note Boyarsky.

“Cette période de prise de mesures a été testée dans la pratique et est due au fait que les propriétaires de ressources Internet illégales tentent de suivre les liens bloqués et de générer automatiquement des index de pages en double pour leur inclusion dans les résultats de recherche.”

Mesures pour atténuer la suppression injustifiée

À l’instar de tous les systèmes dans le monde visant à supprimer les contenus prétendument contrefaits, des erreurs sont également susceptibles d’être commises dans le système russe. La loi proposée ne cherche pas à empêcher directement que cela se produise, mais fournit un mécanisme permettant aux propriétaires de sites de se plaindre si leurs pages sont supprimées à tort des résultats de recherche.

En cas d’erreur, les propriétaires du site auront le droit d’adresser une réclamation aux personnes exploitant la base de données de retrait. Après avoir fourni la preuve que leur site est autorisé à diffuser le contenu en question, celui-ci sera supprimé de la base de données et les moteurs de recherche seront tenus de réintégrer les pages dans leurs résultats de recherche, toujours dans les six heures.

Sur la question de la responsabilité en cas de problème, le projet de loi stipule que les moteurs de recherche ne seront pas responsables envers les titulaires de droits d’auteur ou les utilisateurs si l’accès aux informations juridiques est restreint.

S’il est adopté, le nouvelle loi entrera en vigueur le 1er décembre 2021.

Leave a Reply