Rate this post


“Le chant des papillons” – réalisé par Núria Frigola Torrent

Une scène de

Une scène de “Le chant des papillons”, réalisé par Núria Frigola Torrent.

Née dans la région de Catalogne en Espagne, Núria Frigola Torrent est titulaire d’un diplôme en communication audiovisuelle et d’une maîtrise en développement humain. Après plusieurs années de travail à Amnesty International, elle s’est tournée vers le cinéma et a produit en 2015 le documentaire « Daughter Of The Lake » et a réalisé un court métrage intitulé « Cebiche & pa amb tomata ». Son premier long métrage en tant que réalisatrice, “The Song Of The Butterflies”, a été présenté dans des festivals du monde entier, notamment le Guadalajara International Film Festival, Hot Docs, Havana Film Festival et Seattle International Film Festival.

“The Song Of The Butterflies” suit Rember Yahuarcani, un artiste indigène du Pérou, alors qu’il retrace ses racines au sein de la nation Uitoto. Le film suit Rember depuis son domicile à Lima où il travaille en tant qu’artiste et militant auprès de la communauté amazonienne de Pebas pour rendre visite à son père, peintre, et à sa mère, sculpteur. Alors que le documentaire aborde des aspects du boom du caoutchouc et des atrocités qu’il a causées aux peuples ingénieux, il ne se concentre pas sur les colons. Mais plutôt, cela met le travail de Rember et son lien avec son peuple au premier plan.

“Le chant des papillons” est streaming gratuit sur pov.org jusqu’au 29 octobre 2021

Le chant des papillons

Núria Frigola Torrent nous a parlé de la réalisation du film.

Moviefone : Comment vous êtes-vous impliqué dans ce projet ?

Torrent de Núria Frigola : J’ai toujours eu cette obsession de l’identité, des racines et des origines. Je suis un immigré. Je viens d’un petit village de la région de Catalogne en Espagne et j’ai immigré au Pérou. Cela m’a donc intéressé dans tous mes travaux. En 2014, je terminais la production de mon premier long métrage en tant que productrice, « Fille du lac ». C’est une histoire de conflit environnemental. Le réalisateur de ce film, Ernesto Cabellos, qui a été un mentor pour moi, m’a vraiment poussé à faire mon premier film. En travaillant avec lui toutes ces années sur le documentaire, j’ai réalisé un court métrage. J’étais vraiment encouragé par lui. Je m’intéressais aux identités, mais quand j’ai commencé le projet, je n’avais pas l’histoire. Je savais juste que je voulais travailler sur l’identité et la diversité des différentes nations du Pérou. J’ai commencé à chercher des personnages. Dans le documentaire, du moins dans ma méthodologie, c’est une sorte de casting et de dire aux gens que je cherchais des gens qui se considèrent comme indigènes vivant à Lima.

C’est à ce moment-là que j’ai rencontré Rember, mais l’histoire de sa découverte était en quelque sorte un cadeau. Tout ce que je découvrais sur lui et sa famille était plus puissant. Je l’ai approché parce qu’il était indigène à Lima. Il aurait pu exercer n’importe quelle profession au monde, mais c’était un artiste. C’est plus intéressant que d’être comptable. Toute sa famille était des artistes. Puis j’ai découvert que sa grand-mère avait dû fuir l’horreur du boom du caoutchouc. Puis j’ai découvert que son père faisait des peintures à ce sujet. Donc tout était de plus en plus intéressant. Et c’était intéressant qu’il ne veuille pas peindre sur l’horreur, mais son père l’a fait. C’était un cadeau qui avait été offert pour pouvoir raconter cette histoire avec Rember en se basant sur la vérité de leur famille.

MF : Pouvez-vous parler de l’art de Rember Yahuarcani et comment il reflète les thèmes du film ?

Torrent: Rember et sa famille, à la fois son père et sa mère, ce sont tous des artistes. Être un artiste indigène au Pérou est intéressant car cela n’a pas grand-chose à voir avec le fait d’être un artiste à New York, ou même à Lima. Ce sont des artistes, mais ce sont aussi des chasseurs et des agriculteurs. Ils sont autodidactes. La famille a commencé à faire de l’art, mais ce n’était pas quelque chose de traditionnel au sein de leur nation. La peinture est traditionnelle, mais pas comme ils le font. Ils ont développé leur propre style. Ses œuvres dépeignent une vision cosmique de la nation. Il peint les histoires que lui racontait sa grand-mère ; légendes et personnages et histoires magiques de la jungle. Il met en couleurs et en formes des personnages et des mythes très intéressants de la culture Uitoto qu’il a reçus de sa grand-mère.

MF : Comment avez-vous obtenu la voix off de sa grand-mère Martha ?

Torrent: Les enregistrements audio provenaient de différentes sources. Nous avons commencé à travailler sur le film en 2014, et j’ai trouvé les premières images de Martha en 2017. J’ai trouvé des images personnelles de sa famille qui ont été utilisées dans un autre travail, et j’ai vu cette image de Rember béni par Martha. Lorsque j’avais commencé à travailler avec lui, elle était déjà morte et lui avait demandé de transmettre son message au monde. C’était déjà la mission du film, mais quand j’ai vu cette séquence, j’ai réalisé que c’était littéral – sa grand-mère lui avait demandé. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à demander des images à d’autres cinéastes qui avaient déjà travaillé avec sa famille, et aussi Rember et Santiago avaient eux-mêmes enregistré Grand-mère Martha. L’idée est que Martha est comme la grande narratrice du film, non seulement pour Rember, mais elle guide également le public à travers ce voyage.

MF : Comment s’est déroulé le processus de recherche de photos d’archives ?

Torrent: Il y avait deux sources. La plupart d’entre eux sont en fait des esclavagistes. Pendant le boom du caoutchouc, les responsables de bon nombre de ces atrocités étaient une entreprise dirigée par des Péruviens, avec des capitaux britanniques. Elle était connue sous le nom de Casa Arana. Il y avait un Irlandais (Roger Casement) qui a commencé la dénonciation internationale des abus dans les compagnies de caoutchouc. Les droits de l’homme tels que nous les voyons maintenant n’existaient pas vraiment sous ce nom, mais il a fait une sorte de voyage de recherche sur les droits de l’homme. La plupart des photos proviennent de l’entreprise elle-même, qui a demandé à un photographe de prendre des photos, pensant que les photos montraient qu’ils faisaient du bon travail. Qu’ils n’étaient pas des esclaves, mais qu’ils enseignaient à la population locale. Mais en réalité, les images sont tellement coloniales que ce qu’elles reflètent avec nos yeux aujourd’hui est très choquant. Mais c’étaient des images que l’entreprise essayait d’utiliser pour nettoyer leur image ! Il y a aussi une image, dans la scène avec les masques, qui a été faite par Roger Casement lui-même.

MF : Y a-t-il eu des défis de tournage en Amazonie ?

Torrent: J’ai eu toutes sortes de défis tout au long du processus. Des crises créatives à la recherche d’argent. J’ai eu toutes sortes de problèmes qui sont fréquents dans les films pour la première fois, mais ensuite tourner en Amazonie est fascinant, mais aussi très dur. Une chose pratique, c’est que c’est très dur en termes de son car ce qui se passe, c’est que dans les communautés où nous avons tourné en Colombie et au Pérou, l’électricité n’est pas présente tout le temps. Ainsi, de six à vingt heures, les générateurs d’électricité sont allumés et le son devient impossible. Tout le monde allume la musique, les églises locales commencent les sermons. Nous avons tourné des séquences sur quatre ou cinq voyages différents, et la première fois, j’ai découvert que si nous étions là-bas pendant dix jours, nous n’avions pas dix jours. Pendant les week-ends, le courant était allumé et il était impossible de tirer. Ensuite, par exemple, de midi à 13h, il y avait toujours de la musique. Les horaires de tournage étaient donc limités.

MF : Pensez-vous que le cinéma est un moyen important de préserver les histoires orales ?

Torrent: Pour moi, mon film est un outil de mémoire collective. Nous devons décider comment nous utilisons le film. C’est très important que je sois un étranger qui donne mon métier, le cinéma, à une histoire qui ne m’appartient pas. Le genre d’histoire que nous donnions à l’histoire était très important. C’était quelque chose que nous avons négocié avec Rember, mais aussi avec la communauté de La Chorrera. Lorsque nous avons obtenu l’autorisation de tourner là-bas, ce n’était pas quelque chose de formel avec du papier. C’étaient les vieux sages qui me disaient : « Oui, vous pouvez tirer avec notre peuple. » Le chef m’a dit qu’ils ne voulaient pas mettre le désastre du boom du caoutchouc au premier plan. Ils sont très poétiques, comme vous pouvez le voir avec les paroles de Martha, alors il m’a dit : « Nous avons déjà enterré la fève du chagrin. Maintenant, nous voulons remplir le grain de l’abondance. Donc, d’une certaine manière en Colombie, ils avaient vécu il y a 100 ans le désastre du boom du caoutchouc, mais après ils ont eu d’autres vies. Ils ne veulent pas tout le temps regarder le passé avec chagrin. Ils veulent avancer. Le père de Rember aime beaucoup transmettre l’histoire à travers l’art, même à ses petits-enfants, mais Rember dit: “Je ne veux pas peindre, et je ne peux pas peindre, des choses tristes.” Je pense qu’en tant qu’étranger moi-même, j’étais très désireux de parler de l’histoire de cette injustice, mais je voulais plus que cela respecter le point de vue de la communauté à qui je donnais l’histoire. C’est que c’est arrivé, mais ils ne sont pas que ça. Ils vivent. Ce sont des créateurs. D’une certaine manière, cette histoire est la façon dont ils sont encore en vie et c’est le message principal.

MF : Qu’espérez-vous que les gens retiennent en regardant ce documentaire ?

Torrent: C’est une invitation à réfléchir sur sa propre origine. J’espère que cela fonctionnera à la fois pour quelqu’un qui regardera le film là où il a été tourné, mais aussi pour une personne indigène en Arizona, ou pour quelqu’un qui vient de Los Angeles, mais qui n’est pas d’origine indigène. Le truc, c’est que tu penses à toi et d’où tu viens, ou que tu demandes à tes parents ce que tu sais de nos grands-parents ? Aussi, peut-être que les gens vont sur Google et recherchent le boom du caoutchouc et se demandent ce qui s’est passé. Principalement, c’est une invitation à se connecter avec qui nous sommes dans le monde. D’où venons-nous?

MF : Avez-vous un autre film réalisé par une femme que vous recommanderiez aux lecteurs ?

Torrent: J’ai été définitivement inspiré par les femmes. Je suis contente qu’il y ait maintenant un grand mouvement pour soutenir les femmes cinéastes et les femmes créatrices en général. C’est très inspirant pour moi de voir des collègues au Pérou et en Amérique latine faire des films et les faire à notre manière. Comme Melina León, une cinéaste de fiction péruvienne. Un jour, je l’ai interviewée, et elle a parlé de voir des images de cinéastes masculins et de se sentir comme si elle n’était pas identifiée comme réalisatrice parce que c’était une façon tellement masculine de réaliser, et elle ne pouvait pas se voir là-bas. C’est peut-être pour cela que beaucoup d’entre nous ne pensaient pas que nous étions de bons réalisateurs, car ce n’est pas ainsi que nous travaillons. Elle a dit qu’elle devait trouver sa propre voie. Quand j’ai entendu que je me sentais tellement identifiée parce que j’avais appris à faire un film en tant que femme, étant moi-même et pas comme quelqu’un d’autre, et croyant que ma façon, qui était peut-être plus douce dans le thème et la façon d’aborder les gens, était correcte . Ce n’était pas que je n’avais pas de leadership ou quelque chose comme ça. Je pense qu’il est important de trouver sa propre voie. Un autre mentor, Heddy Honigmann, qui est une cinéaste hollandaise-péruvienne qui a été mon maître dans les ateliers, et dont les films sont vraiment en herbe.


“Chanson sans nom” – réalisé par Melina León

Pamela Mendoza dans

Pamela Mendoza dans “Chanson sans nom”

La réalisatrice péruvienne Melina León a obtenu une maîtrise en beaux-arts de l’Université de Columbia. Son court métrage ‘El Paraíso de Lili (Le paradis de Lili)’ a été présenté au 47e Festival du film de New York. Son premier long métrage ‘Song without a Name (Canción sin Nombre)’ a été présenté en première à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en 2019 où il a été nominé pour le Caméra d’Or. Il est devenu l’entrée péruvienne pour le meilleur long métrage international, bien qu’il n’ait pas été nominé. Situé en 1988, il a été inspiré par un incident de traite d’êtres humains signalé pour la première fois par son père Ismael Leon.

Chanson sans nom

‘Fou’ – réalisé par Heddy Honigmann

Des soldats néerlandais de l'ONU partent pour le Kosovo en

Des soldats néerlandais de l’ONU partent pour le Kosovo en “Crazy”

Née à Lima, au Pérou, d’immigrants juifs polonais, Heddy Honigmann a ensuite immigré aux Pays-Bas. Elle a réalisé plus de 20 courts et longs métrages, oscillant entre fiction et cinéma documentaire. Le Museum of Modern Art de New York, le Festival international du film documentaire de Munich et le Centre Pompidou de Paris ont tous organisé des rétrospectives de ses films. Son documentaire de 1999 « Crazy » sur les effets traumatisants de la guerre sur les soldats des missions de maintien de la paix des Nations Unies a reçu de nombreux prix internationaux.

Fou
Fou

Pas encore évalué1 h 37 min

Les expériences obsédantes des soldats de la paix néerlandais de l’ONU sont tissées par la puissante influence que la musique a eue sur leur endurance, leur survie et leurs souvenirs de guerre…. Lire l’intrigue

Leave a Reply