- Publicité -


RUR Un torrent de lumière en répétition (Photo : Dahlia Katz)
RUR Un torrent de lumière en répétition (Photo : Dahlia Katz)

Tapestry Opera et l’Université OCAD, la plus grande université d’art, de médias et de design au Canada, se sont associés pour une expérience d’opéra innovante enrichie par une technologie intelligente. La première mondiale de RUR Un torrent de lumière sera présenté dans la Grande Salle de l’OCAD du 24 mai au 5 juin 2022.

La production mêlera danse, musique d’un orchestre de chambre de 100 musiciens, projections et autres éléments de conception multimédia, et bien sûr opéra, basé sur une pièce tchèque des années 1920.

- Publicité -

À propos du jeu

RUR signifie Rossumovi Univerzální Roboti ou alors Les robots universels de Rossum, une pièce de science-fiction de l’écrivain tchèque Karel Čapek. L’œuvre, publiée en 1920 et créée en 1921, est créditée d’avoir introduit le mot « robot » dans le lexique populaire.

Un énorme succès à son époque, la pièce a été traduite en 30 langues et est devenue extrêmement influente. Essentiellement, c’est une pièce sur des robots (ou des androïdes, comme nous appelons maintenant des gens artificiels), qui se soulèvent contre leurs maîtres humains.

RUR A Torrent of Light prend la prémisse et lui donne une lentille féministe. Il avance un peu vers un futur proche où l’IA est encore plus inextricablement liée à la vie moderne.

La nouvelle œuvre a été écrite par le lauréat du prix du Gouverneur général Nicolas Billonet composée par Nicole Lizée dans son premier long métrage d’opéra. Les performances sont dirigées par le directeur artistique et général primé de Tapestry Michael Hidetoshi Mori. La technologie portable conçue par le Social Body Lab de l’OCAD améliore l’histoire et l’expérience.

A propos du casting :

  • Mezzo-soprano Kristina Szabó étoiles comme Helena, un codeur et concepteur de niveau Steve Wozniak;
  • baryton terre-neuvien Pierre Barrette joue le rôle du mari et partenaire commercial d’Helena, Dom;
  • Contre-ténor Scott Belluz pièces [Alex]le prototype de robot d’assistance personnelle à forme humaine d’Helena et Dom ;
  • Soprano Danielle Buonaiutobaryton canado-américain Micah Schroederet mezzo-soprano canadienne Alex Hetherington sont présentés comme des robots activés par l’IA à forme humaine ;
  • Soprano Maëva Palmer et Anne-Marie Ramosmezzo-soprano Jennifer Routhieret artistes de la danse Sofi Gudiño, Katherine Semchuk, Emilie Spear et Brayden Jamil Cairns forment le chœur du robot.

L’équipe créative comprend un directeur musical et un chef d’orchestre nommés par Dora Grégory Oh en tant que directeur musical et chorégraphe primé Jaime Martino.

Le Dr Adam Tindale du Social Body Lab de l'Université OCAD, faisant la démonstration d'un archet de violoncelle qui produit des sons lorsqu'il glisse sur n'importe quelle surface (Photo : Martin Iskander)
Le Dr Adam Tindale du Social Body Lab de l’Université OCAD, faisant la démonstration d’un archet de violoncelle qui produit des sons lorsqu’il glisse sur n’importe quelle surface (Photo : Martin Iskander)

Qu’est-ce que la technologie portable ?

Tapestry Opera s’est rendu au Social Body Lab de l’Université OCAD pour développer une technologie que les chanteurs et les danseurs pourraient porter, qui serait également liée à la performance. Le Social Body’s Lab a pour mandat d’explorer la relation entre les humains et la technologie; cela semble être l’ajustement parfait.

Professeur associé Avenirs numériques Dr Adam Tindale, batteur titulaire d’une maîtrise en technologie musicale de l’Université McGill et d’un doctorat interdisciplinaire. en musique, en informatique et en génie électrique de l’Université de Victoria a travaillé sur le projet.

“Ils cherchaient des personnes inhabituelles pour collaborer avec eux”, note le Dr Tindale. “J’ai été invité à l’une des premières réunions.”

Ce qu’il a vu au début, c’était un peu de la musique et une esquisse de la scène, “et beaucoup d’enthousiasme”. C’était suffisant pour l’impliquer. Le score complet est venu plus tard dans le processus. « À l’origine, j’ai reçu une formation classique en percussions », note-t-il. “C’était mon premier cycle.”

Tindale et son équipe ont travaillé sur environ 30 pièces de technologie portable. “Il y a quelques technologies différentes que nous avons développées dans le Social Body Lab”, dit-il, notant que le développement est en cours depuis une bonne partie de l’année.

Quelle sera l’expérience du public ?

“Vous obtenez tous ces signaux d’éclairage qui proviennent d’un appareil d’éclairage au-dessus”, explique-t-il. “Ce avec quoi nous avons travaillé, avec Tapestry, c’est d’intégrer des lumières avec des artistes.” Cela comprendra à la fois l’éclairage et la couleur. “Au lieu que des lumières brillent sur les interprètes, des lumières émaneront des interprètes.”

Il y a quelques défis inhérents à l’espace dans la grande salle de l’OCAD, et beaucoup de préparation pour s’assurer qu’il fonctionne bien.

« Cela a été compliqué, mais très amusant », déclare le Dr Tindale. “Il y aura aussi des haut-parleurs intégrés dans certains des artistes”, dit-il. Cela inclut les danseurs. “Lorsqu’ils bougent, cela va animer le son.”

Le Dr Tindale dit que travailler avec Tapestry, y compris les discussions avec le directeur artistique et général Michael Mori sur la nature de l’opéra, a été une source d’inspiration. Il souligne que la nouvelle production ne fait que poursuivre la tradition de l’opéra d’être à la pointe de la scénographie et du spectacle.

“Nous n’introduisons aucune technologie nouvelle”, dit-il, “mais le fait de la mettre sur un danseur au milieu d’un opéra lui donne un ensemble d’attentes différent.”

Alors que l’histoire originale de Karel Čapek est en quelque sorte un récit édifiant (alerte spoiler : les humains perdent), la nouvelle production collaborative adopte la perspective du robot, renversant la morale. « C’est une belle histoire », dit-il.

Il est également impressionné par le score. “Vous aimerez peut-être Nicole Lizée”, ajoute-t-il. La partition est composée pour quatre percussionnistes, deux basses et deux violoncelles. « C’est un peu comme un double quatuor de rock jouant de l’opéra. Les interprètes sont tous des virtuoses », décrit-il. « Il y aura aussi des sons électroniques en direct. La conception de l’éclairage va être incroyable.

Le spectacle propose également de la danse moderne, et peut intéresser les passionnés de technologie rien que pour la magie de la scène. Livré en dehors de l’atmosphère habituelle des salles d’opéra, les créateurs espèrent que la production donnera une note globale innovante.

« Nous sommes vraiment ravis », déclare le Dr Tindale.

Les tickets sont en vente maintenant ici.

#LUDWIGVAN

Recevez les actualités artistiques quotidiennes directement dans votre boîte de réception.

Inscrivez-vous au Ludwig van Daily — musique classique et opéra en cinq minutes ou moins ICI.

LudwigVan head text looking right

7738bd8757c946ab6329f7b5d3747945?s=250&d=mm&r=g
Derniers articles par Anya Wassenberg (voir tout)
7738bd8757c946ab6329f7b5d3747945?s=250&d=mm&r=g
Derniers articles par Anya Wassenberg (voir tout)

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici