Se vante de voler vite sur deux gros nouveaux albums de rap américain. Polo G prétend gagner « deux mille à la minute » sur « Rapstar », son single numéro un du Billboard – un chiffre moins farfelu que les 150 000 $ par minute estimés par Jeff Bezos, certes, mais toujours suffisant pour que le rappeur de Chicago rapporte plus du double de la moyenne américaine. salaire annuel dans le temps qu’il faut pour écouter son troisième album.

temple de la renommée va tête à tête dans les charts avec Migos Culture III. Ce dernier chapitre de la franchise musicale du trio d’Atlanta sera “le plus grand album de cette année”, selon Quavo, l’un des trois rappeurs du groupe. Au cours de ses 75 minutes généreusement désignées, lui et ses compagnons de groupe Offset et Takeoff se déclarent «plus gros que Bill Gates». Les versets les décrivent comme des inventeurs portant des montres Patek, conduisant des Bentley et propriétaires de yachts d’un « plan pour secouer le monde entier ». Cette percée d’époque pourrait faire référence au dab, l’engouement pour la danse qu’ils prétendent avoir inventé, ou aux trois notes sur un rythme qu’ils utilisent pour rapper, le soi-disant « Migos flow ».

Couverture de l'album 'Hall of Fame' de Polo G

La vantardise plus grande que nature est traditionnelle dans le hip-hop. Mais temple de la renommée et Culture III illustrent un nouveau développement dans le talent du rap pour l’auto-glorification. Dans les deux albums, les voix des différents rappeurs et celles de leurs nombreux invités célèbres sont incessantes, un torrent constant de paroles sollicitant l’attention de l’auditeur. La suprématie verbale qui en résulte va au-delà d’être le centre de l’action. Il aspire à être la totalité de ce qui se passe dans les chansons.

Les mots sont bien sûr au cœur du rap, un terme d’argot pour parler. Mais si la base du genre était “Mostly Tha Voice”, comme le disait une vieille chanson de Gang Starr, alors maintenant tout tourne autour de la voix. Des albums emblématiques du passé tels que ceux de Jay-Z Le plan ou Snoop Dogg’s Levrette avait environ 160 mots par minute. Drake, le grand solipsiste du rap, est allé tranquillement à 140 mots par minute pour ses débuts, Remercie moi plus tard. En revanche, Polo G enregistre 190 mots par minute, tandis que Migos atteint un prolixe de 230 mots par minute.

L’augmentation n’est pas due au rap ultra-rapide dans le style d’Eminem. Au lieu de cela, cela résulte de la propagation égoïste de la voix dans chaque partie des chansons de rap. “J’ai toujours bougé à mon rythme”, dit Polo G dans “Broken Guitars”, un morceau dont le tempo et la mélodie sont dominés par ses vers rappés et ses crochets semi-chantés. Pendant ce temps, les chansons de Migos sont une tapisserie verbale complexe de voix liées, d’expostulations improvisées et de chants auto-réglés. “Nous avons notre chemin de trois manières”, annonce le trio sur Drake avec “Having Our Way”. La musique d’accompagnement ressemble à une bande originale de cinéma maussade, subordonnée aux rappeurs vedettes sous les projecteurs acoustiques.

Couverture de l'album 'Culture III' de Migos

Le chant hip-hop est bien plus expressif et sophistiqué qu’avant. Mais temple de la renommée et Culture III souffrent d’une diminution connexe du contenu musical. Ils ont des rythmes identiques et des structures de chansons plates. Tous deux sont confrontés au défi de remplir leurs vastes espaces linguistiques. Polo G fait mieux à cet égard, entremêlant un discours vaniteux sur le fait d’être «l’élu» avec une introspection et des compétences de narration impressionnantes. Les Migos sonnent plus nets qu’ils ne l’ont fait sur le très long, largement panoramique Culture II, mais ils ont peu à dire pour eux-mêmes en dehors des réitérations de routine de la richesse et des références de la rue. L’art verbal abondant est gaspillé dans de maigres messages.

temple de la renommée‘ est publié par Columbia
★★★ ☆☆

Culture III‘ est publié par Quality Control Music/Motown Records ★★ ☆☆☆

Leave a Reply