Access Now et treize autres organisations appellent le gouvernement indien à mettre fin à sa vague de censure numérique et d’intimidation, notamment en retirant immédiatement ses nouvelles règles de gouvernance des contenus et des communications en ligne. La coalition fait également pression sur les entreprises pour qu’elles s’opposent à l’intrusion illégale des autorités indiennes dans les droits des millions de personnes qui utilisent quotidiennement leurs services.

« Le gouvernement indien cherche à prendre le contrôle des espaces en ligne », a déclaré
Raman Jit Singh Chima, conseiller international principal et directeur des politiques Asie-Pacifique chez Access Now. « Il y a un manque total de transparence concernant les exigences actuelles de censure et de surveillance du gouvernement ; et les nouvelles règles émises par le pouvoir exécutif sont utilisées pour intimider les plateformes de médias sociaux et les services d’information en ligne afin qu’ils se conforment. Cette attaque contre les droits humains fondamentaux doit cesser.

Les Indiens sont aux prises à la fois avec la pandémie de COVID-19 et une épidémie de censure et d’autoritarisme numérique. Au milieu d’une grave pénurie de ressources vitales, les gens se sont tournés vers les plateformes de médias sociaux pour partager et rechercher des ressources et des informations critiques, seulement pour se heurter à la censure imposée par le gouvernement – y compris les ordres de retrait Twitter, Facebook et Instagram qui encouragent les plateformes à de manière proactive. contenu policier.

“Les stratégies de censure déployées à travers l’Inde font partie d’une tendance mondiale visant à limiter la liberté d’expression en ligne”, a déclaré Melody Patry, directrice du plaidoyer chez Access Now. “En tentant de réquisitionner le contenu en ligne et de contrôler le récit national, les gouvernements mettent souvent en lumière les voix qui leur sont essentielles, tout en montrant au monde leurs véritables couleurs teintées d’autoritarisme.”

Ce resserrement de l’emprise sur les médias sociaux intervient au milieu d’une vague de contrôle accru du gouvernement en Inde, sous l’impulsion de sans doute inconstitutionnel nouvelles règles intermédiaires notifiées en février 2021. Les règles imposent des obligations onéreuses aux intermédiaires Internet – tels que les plateformes de médias sociaux – qui mettent en danger la vie privée, la sécurité des utilisateurs et réduisent l’espace de liberté d’expression, et créent un cadre de censure excessive.

Grâce à un déclaration commune, la coalition de la société civile lance des appels spécifiques au changement qui contribueront à protéger et à étendre les droits des personnes en Inde, notamment :

Gouvernement:

  • Suspendre la mise en œuvre des règles relatives aux intermédiaires et s’engager à les revoir, notamment en entreprenant une consultation publique soutenue, significative et largement participative ;
  • Rendre toutes les commandes de blocage de sites Web disponibles dans le domaine public ; et
  • S’engager à ne pas restreindre les droits à la liberté d’expression et d’association, à l’accès à l’information et à la vie privée.

Entreprises technologiques et plateformes Internet :

  • Respecter les responsabilités en matière de droits humains, résister et prendre des mesures pour atténuer les mandats préjudiciables aux droits humains du gouvernement ;
  • Donner la priorité aux droits des utilisateurs et contester les demandes illégales et trop larges des autorités ;
  • Mettre en œuvre des mesures efficaces pour protéger la vie privée, la liberté d’expression et la sécurité, et repousser les demandes abusives et illégales ; et
  • Suivre la procédure prévue par les lois et les normes internationales des droits de l’homme lors de l’évaluation des demandes des agences gouvernementales.

© Scoop Média

.

Leave a Reply