Accueil > Poursuites judiciaires > Répéter Infringer >

Cox Communications demande une réduction des dommages-intérêts pour piratage accordés par un jury de Virginie l’an dernier en faveur d’un groupe de grandes sociétés de musique. Le FAI soutient que 2 438 œuvres en double ou qui se chevauchent devraient être supprimées, ce qui se traduit par des dommages massifs de 243 millions de dollars, soit environ un quart du total.

L’année dernière, le fournisseur d’accès Internet Cox Communications a perdu sa bataille juridique contre un groupe de grandes maisons de disques.

À l’issue d’un procès de deux semaines, un jury de Virginie a tenu Cox responsable de ses abonnés pirates, ordonnant à la société de payer 1 milliard de dollars de dommages et intérêts.

Très déçu par la décision, Cox a ensuite demandé au tribunal d’annuler le verdict du jury et de trancher la question directement. De plus, le FSI a soutenu que les dommages «excessivement excessifs» devraient être réduits. Si ce n’était pas une option, Cox voulait un nouvel essai.

Pas d’erreur judiciaire

En juin, le tribunal a rejeté la demande de Cox pour un nouveau procès et le montant des dommages-intérêts par œuvre n’était pas non plus considéré comme excessif. Le jury a fixé ce montant à 99 830 $ par œuvre. Cox a résumé une liste d’arguments expliquant pourquoi ce montant «historique» est «scandaleusement» excessif. Cependant, contrairement à Cox, le tribunal n’a constaté aucune «erreur judiciaire».

«En résumé, les demandeurs avaient tout à fait le droit de choisir à la fois un procès devant jury et des dommages-intérêts légaux. Après de longues délibérations, le jury a accordé 99 830,29 $ par œuvre, bien dans la fourchette statutaire de la Loi de 750 $ à 150 000 $ », a écrit le juge O’Grady.

Ces conclusions ont été une grande déception pour Cox, mais il y avait aussi une note positive. Le tribunal a convenu avec le FAI que des dommages-intérêts devraient être accordés par «œuvre» et non pour chaque «droit d’auteur», comme c’était le cas dans le verdict initial.

Les travaux qui se chevauchent ne devraient pas compter

Le montant de 1 milliard de dollars de dommages-intérêts est basé sur 10 017 droits d’auteur, multiplié par 99 3830 $ de dommages-intérêts. Cependant, le tribunal a déclaré que les contrevenants ne devraient pas être punis plusieurs fois pour une piste piratée simplement parce qu’il y a plus de droits d’auteur qui y sont liés. Après tout, certaines pistes peuvent facilement avoir 20 détenteurs de droits d’auteur différents.

Au cours des dernières semaines, le FAI a passé en revue toutes les œuvres répertoriées par les sociétés de musique. Selon son analyse, cela inclut des milliers de droits d’auteur qui se chevauchent.

Cet examen attentif des preuves n’a pas seulement révélé des pistes dérivées. En fait, la liste originale des morceaux comprenait également deux fois la composition musicale «Shine». Une petite erreur, mais qui a coûté près de 100 000 $.

Réduction de 243 millions de dollars

Après avoir passé en revue toutes les preuves fournies, Cox soutient que 2 438 œuvres devraient être supprimées. Cela représente une valeur totale des dommages-intérêts de 243 386,25 $.

«Le nombre total d’œuvres à retirer de l’octroi de dommages-intérêts en vertu de l’ordonnance de la Cour est donc de 2 438, laissant 7 579 œuvres en litige qui peuvent prétendre à des dommages-intérêts», écrit Cox.

«En appliquant la prime par œuvre de 99 830,29 $ aux 7 579 œuvres restantes en litige, les dommages-intérêts statutaires devraient être ramenés de 1 milliard de dollars à 756 613 767,91 $», ajoute le fournisseur Internet.

Bien qu’il s’agisse toujours d’une indemnité historiquement élevée, il est certainement important de rogner près d’un quart de milliard de la somme initiale. Cela dit, tout cela est basé sur les calculs de Cox et n’a pas encore été officiellement approuvé par le tribunal.

Une copie du mémoire de réponse post-procès de Cox, détaillant ses calculs, est disponible ici (pdf)

Leave a Reply