- Publicité -


biseLa réputation de l’UFC en tant que leader mondial de la promotion des arts martiaux mixtes est le résultat de près de trois décennies de travail acharné et d’un dévouement inébranlable aux sports de combat.

D’une manière ou d’une autre, à contrecœur ou non, chaque fan de MMA doit une dette de gratitude à l’UFC. Mais il y a un côté corporatif à l’UFC qui est beaucoup moins acceptable et, dans de nombreux cas, met en évidence la dépendance absolue de l’entreprise à l’exploitation des droits de propriété intellectuelle.

- Publicité -

La plupart des combattants professionnels du MMA veulent se battre à l’UFC, mais les plaintes concernant les mauvais salaires sont de plus en plus courantes. Les contrats qui interdisent aux combattants d’être parrainés de manière indépendante et visible aux moments les plus lucratifs sont un autre point de discorde. Ajoutez à cela les factures du camp d’entraînement et d’autres dépenses, certains combattants disent qu’ils atteignent à peine le seuil de rentabilité. L’UFC affirme que les combattants obtiennent toujours l’accord pour lequel ils ont signé, mais l’équilibre des forces est rarement égal.

Si les combattants sous-performent, ils sont éliminés, mais les contacts qu’ils signent accordent des droits d’image liés à l’entreprise à l’UFC jusqu’à la fin du monde – littéralement. Si les combattants réussissent bien sous contrat mais veulent partir ou gagner de l’argent dans un autre sport, les personnes qui ne s’appellent pas McGregor n’ont pas besoin de postuler. Quoi qu’il arrive, l’UFC peut mettre n’importe quel combattant dans un jeu vidéo dans 5 000 ans et avoir toujours la permission d’utiliser sa ressemblance, avec des tatouages ​​sous licence.

Le raisonnement derrière ces licences perpétuelles va au-delà du désir de l’UFC de récupérer la majeure partie de l’argent. L’UFC n’emploie aucun combattant, ce sont des entrepreneurs techniquement indépendants, donc en ce qui concerne la chair et le sang capables de se battre, l’UFC n’a aucun atout évident. L’UFC ne fabrique rien non plus, du moins pas au sens traditionnel.

Ce que l’UFC a, c’est beaucoup de cadres intelligents, une marque d’une valeur extraordinaire, des marques tout aussi lucratives et un vaste catalogue arrière protégé par le droit d’auteur qui documente l’histoire du MMA aux États-Unis et au-delà. La bibliothèque continue de s’agrandir chaque semaine avec de nouveaux contenus exclusifs, ce qui signifie qu’il y a toujours quelque chose de nouveau à diffuser ou à mettre à disposition sous licence.

En fin de compte, sans sa propriété intellectuelle, l’UFC ne s’appellerait même plus ainsi. C’est pourquoi une entreprise qui a utilisé des séquences UFC sans licence a déclenché une nouvelle poursuite pour atteinte aux droits d’auteur.

Bisping : l’histoire de Michael Bisping

Né à Manchester, en Angleterre, Michael Bisping est un ancien champion des poids moyens de l’UFC. Il a été intronisé à juste titre au Temple de la renommée de l’UFC en 2019 et, comme de nombreux combattants, a des histoires intéressantes à raconter. En ce moment même, le documentaire ‘Bisping: The Michael Bisping Story’ est disponible en streaming sur des dizaines de plateformes mais malgré la présence du patron de l’UFC, Dana White, le promoteur du MMA n’est pas un partisan.

Dans une plainte pour violation du droit d’auteur déposée auprès d’un tribunal de district de Californie cette semaine, Zuffa LLC (d/b/a UFC) nomme la société canadienne 2107697 Alberta Ltd (d/b/a Score G Productions), le Canadien Adam Scorgie, Electric Panda Entertainment et Fait de 1 à 10 en tant qu’accusés.

L’UFC affirme qu’elle compte 675 millions de fans qui profitent de 40 événements UFC chaque année. La programmation de l’UFC est diffusée dans 175 pays et territoires auprès de 1,1 milliard de foyers dans 40 langues, via Internet, le câble et le satellite. La plateforme VOD de l’UFC, UFC Fight Pass, propose des milliers de combats, d’événements et de contenus originaux dans le monde entier. Si les gens veulent accéder au contenu, l’UFC leur accordera une licence.

«Étant donné que les activités de l’UFC dépendent en grande partie de sa propriété intellectuelle et, plus précisément, des droits d’auteur qu’elle détient, il n’est pas surprenant que les licences de l’UFC combattent des clips – y compris, ce qui est particulièrement pertinent ici, les« combats se terminent », c’est-à-dire les derniers secondes avant le KO, le KO technique, la soumission, etc. », lit-on dans la plainte de l’UFC.

“Et, en effet, de nombreux clients, y compris d’autres cinéastes, ont obtenu une licence pour les clips de l’UFC via cette chaîne. Mais pas Score G. Incapable de faire une présentation convaincante sur Michael Bisping par lui-même, Score G a décidé d’exploiter la propriété intellectuelle de l’UFC sans autorisation ni obtention d’une licence pour son utilisation.

La plainte allègue que 19 minutes du documentaire de Bisping sont des séquences de combat de l’UFC, extraites de 24 œuvres différentes protégées par le droit d’auteur de l’UFC et affichées via 160 courts clips. L’UFC décrit l’étendue de l’utilisation sans licence comme “étonnante”.

Bisping a parlé à l’UFC du documentaire

Bisping commente toujours pour l’UFC, donc quand il a mentionné le documentaire à un producteur de l’UFC, l’ancien champion a été encouragé à demander à Score G de contacter l’UFC pour discuter des licences. Cela ne s’est pas produit.

“Score G n’a même jamais approché l’UFC pour faire savoir à l’UFC ce qu’il faisait. De toute évidence, Score G pense qu’il n’avait pas besoin d’une licence pour les émissions de l’UFC car le film est un documentaire », lit-on dans la plainte de l’UFC.

On ne sait pas si une conversation sur l’utilisation équitable a réellement eu lieu, mais l’UFC affirme que la stratégie ne fonctionnera pas ici. Les réalisateurs de documentaires autorisent régulièrement le contenu UFC, et l’UFC autorise également le contenu à utiliser dans ses propres émissions.

“[I]F Bisping est un usage loyal, alors n’importe quel réseau, studio ou producteur pourrait faire un documentaire sur l’UFC et consacrer la majeure partie du documentaire à simplement rediffuser des combats, des interviews, etc. de l’UFC, le tout sans l’autorisation de l’UFC », prévient la société.

Le documentaire est disponible numériquement à la location ou à l’achat sur Amazon, DirecTV, iTunes, Microsoft, Google Play, Redbox, Spectrum, Vudu/Fandango et YouTube. Il est également prévu de diffuser le documentaire à la télévision et de le distribuer via d’autres plateformes de streaming. L’UFC n’est pas ravie de cela compte tenu des circonstances.

L’UFC ne poursuit pas Bisping lui-même

La plainte nomme Michael Bisping comme producteur mais l’UFC ne l’accuse de rien. Quant aux autres accusés, ils sont tous accusés de contrefaçon ou de contrefaçon contributive, selon les parties qui ont créé le documentaire et/ou l’ont financé.

L’UFC répertorie près de deux douzaines d’événements UFC protégés par le droit d’auteur comme sources des clips du documentaire, décrivant la violation des accusés comme délibérée. Pour chaque travail, l’UFC exige des dommages-intérêts légaux maximum de 150 000 $.

L’UFC complète ces réclamations pour contrefaçon par des réclamations correspondantes pour violation des dispositions anti-contournement du DMCA. Les clips utilisés dans le documentaire seraient de haute qualité, on soupçonne donc que les réalisateurs du documentaire les ont extraits de Fight Pass ou d’une autre source. Étant donné que tout le contenu de l’UFC est protégé, l’UFC estime que les violations de 17 USC § 1201 doit avoir eu lieu.

L’UFC demande également une injonction pour empêcher de nouvelles infractions, mais toute suspension du documentaire pourrait également nuire à Bisping, un partenaire commercial fidèle à long terme.

En ce qui concerne les arguments pour et contre l’utilisation équitable, il est beaucoup trop tôt pour le dire, mais une perte pourrait potentiellement causer des dommages à l’activité plus large des licences UFC. La société ne risquerait jamais cela, elle est donc probablement convaincue qu’une victoire rapide par soumission est une fatalité.

La plainte de l’UFC peut être trouvée ici (pdf)

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici