Maison > Poursuites judiciaires > Applications et sites >

Après un rare moment d’accord, les demandes de Kim Dotcom et du gouvernement des États-Unis de renvoyer l’affaire d’extradition devant la Cour d’appel ont été approuvées par la Cour suprême. La décision marque une scission entre les accusés de Megaupload, après qu’une demande de Mathias Ortmann, Finn Batato et Bram van der Kolk de faire entendre l’affaire par une voie plus rapide a été rejetée.

Kim DotcomDepuis les raids de Megaupload en 2012, le gouvernement américain tente d’extrader le fondateur de Megaupload, Kim Dotcom, et ses anciens collègues Mathias Ortmann, Bram van der Kolk et Finn Batato pour faire face à une longue liste d’infractions étayées par des allégations de violation massive du droit d’auteur.

En vertu de la loi néo-zélandaise sur l’extradition de 1999, les États-Unis devaient montrer que les crimes allégués entraîneraient un procès en Nouvelle-Zélande si ces infractions y avaient été commises – c’est-à-dire qu’il s’agit d’infractions dans les deux pays. Plusieurs juridictions inférieures de Nouvelle-Zélande ont estimé que c’était le cas, mais l’affaire a finalement abouti à la Cour suprême.

La Cour suprême est d’accord – avec mises en garde

En novembre dernier, la Cour suprême a convenu avec les tribunaux inférieurs que le quatuor pouvait effectivement être expédié aux États-Unis. Cependant, une technicité importante devait d’abord être résolue. En 2015, le tribunal de district a estimé que Dotcom et ses anciens collègues pouvaient être extradés, mais selon l’équipe juridique du fondateur de Megaupload, la Cour a commis des erreurs dans son jugement.

En réponse, les avocats ont demandé une révision judiciaire, mais la Haute Cour et la Cour d’appel ont rejeté cette demande. Dans la décision d’extradition de l’année dernière, la Cour suprême a jugé que les deux tribunaux inférieurs avaient eu tort de déterminer que la demande de révision judiciaire de Dotcom était un abus de procédure. Un examen doit avoir lieu avant l’extradition, a décidé la Cour suprême.

Cour suprême à traiter – ou retour à la Cour d’appel?

À la suite de la décision de la Cour suprême de l’année dernière, l’avocat de Dotcom, Ron Mansfield, a noté qu’il devait maintenant y avoir d’autres arguments à la Cour suprême ou à la Cour d’appel, mais où exactement cette discussion aurait lieu reste à déterminer.

Ce matin, un nouveau jugement de la Cour suprême a répondu à cette question, révélant une scission dans le camp de Megaupload et un rare moment d’accord entre Dotcom et le gouvernement américain.

Rédigé par les juges le juge en chef Winkelmann, les juges Glazebrook, O’Regan, Ellen France et Williams, le jugement note qu’à la suite de la conclusion qu’un contrôle judiciaire est nécessaire, la Cour suprême a sollicité des observations de toutes les parties pour déterminer si les questions non résolues devraient être traitées à l’adresse suivante: la Cour suprême ou la Cour d’appel.

Le gouvernement américain et Kim Dotcom ont déclaré à la Cour suprême qu’ils souhaitaient que l’affaire soit renvoyée devant la Cour d’appel, avec le raisonnement de Dotcom comme suit:

“[A referral to the Court of Appeal] veillera à ce que, lorsque l’affaire se présente finalement [the Supreme Court], cette Cour bénéficiera d’une décision d’appel motivée de la manière habituelle. Sinon, l’appelant se voit refuser le droit d’appel et la Cour se voit refuser le bénéfice des questions en appel ayant été dûment examinées et précisées. Ce sera également une meilleure utilisation des ressources de cette Cour », peut-on lire dans les observations de Dotcom.

Selon les juges de la Cour suprême, le gouvernement des États-Unis a soutenu la proposition de Dotcom pour «en grande partie les mêmes raisons». Cependant, Mathias Ortmann, Bram van der Kolk et Finn Batato ont demandé que le processus emprunte une voie différente.

En demandant que la question soit traitée par la Cour suprême, le trio a fait valoir que, puisque la Cour suprême a l’expérience la plus récente de l’affaire, elle serait la mieux placée pour traiter les questions en suspens. Ils ont également souligné que quelle que soit la décision de la Cour d’appel, une partie ou l’autre chercherait à faire appel de cette décision devant la Cour suprême, replaçant ainsi l’affaire là où elle se trouve actuellement.

Affaire renvoyée à la Cour d’appel

«Nous sommes réticents à passer outre la préférence de M. Dotcom et des États-Unis, étant donné que les deux attachent de l’importance à la possibilité d’un appel contre la décision résolvant les questions en suspens», lit-on dans l’arrêt d’aujourd’hui.

«Bien que nous reconnaissions la position des autres appelants, en particulier leur argument selon lequel la remise à la Cour d’appel, avec la possibilité d’un nouvel appel devant cette Cour, pourrait entraîner un retard supplémentaire, nous estimons qu’il ne serait pas approprié que cette Cour traite avec les questions directement en face de l’opposition de M. Dotcom en tant qu’autre appelant et des États-Unis en tant que défendeur.

Bref, l’affaire va maintenant être renvoyée devant la Cour d’appel, conformément aux demandes de Dotcom et des États-Unis. Cependant, bien que les parties s’entendent sur le lieu, la Cour suprême reconnaît qu’il existe une «division substantielle» sur les questions non résolues, de sorte que ce sera quelque chose que la Cour d’appel devra présider.

Encore plus de retard, plus d’heures facturées par les avocats

Comme indiqué la semaine dernière, les contribuables néo-zélandais sont déjà dans le trou depuis au moins 40 500 heures passées par des avocats du gouvernement à combattre Dotcom et ses anciens collègues. La décision de la Cour suprême signifie que le décompte augmentera encore, l’affaire étant d’abord renvoyée devant la Cour d’appel, puis de nouveau devant la Cour suprême. Et ce ne sera pas non plus la fin du problème.

Lorsqu’une extradition est approuvée, le ministre néo-zélandais de la Justice est tenu de signer le mandat. Dans ce cas, cependant, sa décision (qui sait qui sera dans le rôle à ce moment-là) pourrait être transmise à la Haute Cour pour examen, à la Cour d’appel en cas de nouveau litige, et même retour à la Cour suprême.

Le jugement peut être trouvé ici (pdf)

Leave a Reply