Homme de l'ombreL’anonymat est l’un des problèmes majeurs auxquels sont confrontées les entreprises anti-piratage et leurs partenaires de l’industrie du divertissement.

Un élément clé des mesures coercitives est de pouvoir identifier les individus et les entités responsables des activités de contrefaçon, mais cela peut actuellement s’avérer problématique. Dans de nombreux cas, les sociétés de domaine, les hébergeurs et les autres fournisseurs qui permettent aux sites pirates de rester en ligne ne font pas preuve de diligence raisonnable lorsque les plates-formes s’inscrivent au service. En conséquence, donner des noms réels à leurs opérateurs est problématique.

Renforcer la législation pour vaincre les «mauvais acteurs»

Comme indiqué l’été dernier, des représentants d’Europol, de l’AMP et de groupes similaires ont déploré la «dimension de plus en plus transfrontalière du piratage» tout en défendant un «Know Your Business Customer» (KYBC) vérifié comme moyen pratique de lutter contre les opérateurs pirates.

«Ce type d’approche nous permettrait de lutter contre l’anonymat sur le web, désormais une constante de ceux qui travaillent illégalement pour exploiter et gagner grâce à l’utilisation non autorisée d’œuvres audiovisuelles, à travers la vérification des informations fournies dans le cadre de l’achat de services comme l’hébergement, les domaines, le stockage, etc. », a déclaré le groupe anti-piratage FAPAV.

En septembre dernier, un grand groupe d’organisations anti-piratage et de détenteurs de droits d’auteur, dont le MPA, le BREIN, la BPI, l’IFPI et Rights Alliance, ont accru la pression sur la Commission européenne en exigeant des contrôles d’identité en ligne plus stricts dans le cadre du projet Loi sur les services numériques.

Plus précisément, ils ont appelé à des mesures pour soutenir Article 5 de la directive sur le commerce électronique qui oblige les entreprises à s’identifier mais est souvent ignorée.

Portail dédié au lobbying pour KYBC

Augmentant la pression sur la Commission européenne pour s’attaquer au problème, des dizaines d’entités représentant les droits des industries du divertissement, de l’édition, de la diffusion, de la publicité, de la pharmacie, des cosmétiques et de l’électronique ont désormais leur propre Portail de lobbying KYBC.

Hier, les entreprises et les groupes ont publié une lettre ouverte demandant à la CE d’élargir ses plans actuels qui, jusqu’à présent, n’imposent des obligations KYBC aux marchés en ligne qu’en vertu de la loi sur les services numériques.

«En ce qui concerne les obligations KYBC, nous nous félicitons de l’inclusion d’une disposition garantissant la traçabilité des commerçants à l’article 22. Nous reconnaissons que cela représente un pas en avant. Cependant, l’article 22 proposé par la Commission n’introduit des obligations KYBC que dans le contexte des marchés en ligne », écrivent-ils.

«Une approche aussi limitée est une occasion manquée de s’attaquer au large éventail de contenus illégaux et de produits contrefaits, dangereux, non conformes et de qualité inférieure en ligne.»

Si les signataires incluent également des sociétés telles que Heinken et Philips, la très grande majorité sont des acteurs des industries du divertissement. Le MPA, BREIN, IFPI, BPI, Rights Alliance, FAPAV (qui gère le portail), TTVK, IVF, VAP, ainsi que la BBC et Sky, réclament tous la même chose – un resserrement des règles qui rendrait les choses beaucoup plus difficiles. pour que les sites et services pirates fonctionnent en toute impunité en ignorant l’article 5.

Entreprises KYBC

«Une entreprise ne peut pas aller en ligne sans nom de domaine, sans être hébergée, ou sans publicité ou services de paiement. Ces services intermédiaires, ayant une relation directe avec l’entreprise, sont donc les mieux placés pour s’assurer que seules les entreprises qui sont disposées à se conformer à la loi ont accès à leurs services », lit-on dans leur lettre.

«Cela ne signifie pas surveiller le comportement de leurs clients commerciaux, mais simplement leur demander de s’identifier et appliquer de simples contrôles de diligence raisonnable sur la base de données accessibles au public. Si les informations fournies s’avèrent manifestement erronées, ou si l’intermédiaire est informé que le client commercial n’est pas celui qu’il prétend être, l’intermédiaire devrait cesser de fournir des services jusqu’à ce que le client professionnel remédie à la situation. »

Les entreprises à l’origine de la lettre ont clairement tendance à protéger le contenu sans licence contre la distribution en ligne. Cependant, ils affirment également qu’un régime KYBC amélioré aidera également à protéger les consommateurs en gênant non seulement les opérateurs “ pirates ”, mais également ceux impliqués dans des sites Web frauduleux, des médicaments contrefaits, des matériels d’abus sexuels et des logiciels malveillants.

«Ces activités illégales peuvent nuire gravement au bien-être physique, psychologique et financier des citoyens de l’UE. Dans certains cas, en particulier pendant la pandémie de COVID-19, ils peuvent même constituer une menace pour la vie. Tous ces opérateurs et tous les fournisseurs de services intermédiaires leur permettant d’opérer devraient être soumis aux dispositions KYBC », notent-ils.

Selon les signataires, la loi sur les services numériques offre à la Commission européenne l’occasion de résoudre ces problèmes et d’autres problèmes connexes qui sont actuellement mal traités dans la directive sur le commerce électronique, notamment en exigeant une vérification des clients qui permettra aux intermédiaires de déterminer qui ils devraient faire des affaires. avec.

«Nous exhortons donc [the European Commission] pour garantir que tous les intermédiaires – et pas seulement les marchés en ligne – sachent qui sont réellement leurs clients commerciaux », concluent-ils.

Dans un support déclaration publié par BREIN, le groupe anti-piratage affirme que sans la capacité d’identifier les opérateurs de plates-formes contrefaites à l’échelle commerciale, il leur est trop facile de passer à un autre hébergeur après avoir été mis en ligne.

«Il est donc nécessaire que l’hébergeur et le fournisseur amont vérifient l’identité de leurs clients professionnels et exigent également celle des contractants qui (re) vendent leurs services», écrit BREIN.

Le groupe anti-piratage ajoute qu’il engage actuellement une action en justice contre un certain nombre de sociétés d’hébergement néerlandaises pour les contraindre à remettre des preuves cruciales associées aux services pirates. L’une de ces sociétés est Worldstream, qui offrait auparavant des services au pirate désormais disparu CDN Moonwalk.

Ayant déjà été connu pour avoir un certain nombre de services pirates dans ses livres, y compris divers fournisseurs IPTV, Worldstream semble maintenant travailler avec les autorités. Plus tôt ce mois-ci, 275 participants, y compris des représentants des forces de l’ordre de 43 pays différents, ont discuté de la manière de lutter contre le piratage au-delà des frontières dans le cadre d’un webinaire organisé par INTERPOL et l’Alliance anti-piratage audiovisuel.

Parmi eux se trouvait le chef des opérations juridiques de Worldstream, Wouter van Zwieten, qui aurait expliqué comment le secteur privé pouvait contribuer aux activités d’application de la loi par la formation, le partage de renseignements, le soutien analytique et le soutien aux opérations.

Leave a Reply