L’analyste automobile de Deutsche Bank, Emmanuel Rosner, maintient ses appels selon lesquels (1) l’activité de véhicules électriques de GM devrait être scindée et (2) elle vaut beaucoup plus sur les marchés publics qu’une partie de GM.

Rosner – qui a lancé son appel de spin-off sur l’activité EV de GM il y a plusieurs semaines – a déclaré dans une note mercredi que l’entreprise pourrait valoir de 10 à 100 milliards de dollars en tant qu’entité distincte. Bien que n’étant pas à la hauteur de la capitalisation boursière stupéfiante de Tesla de plus de 300 milliards de dollars, l’évaluation globale de GM suggère que les investisseurs ne croient pas encore beaucoup aux ambitions du géant de l’automobile en matière de VE – la capitalisation boursière de GM n’est que de 46 milliards de dollars.

En d’autres termes, il semble y avoir une grande déconnexion ici que le conseil d’administration de GM devra peut-être vraiment envisager de fermer.

Pour atteindre le sommet de son évaluation à 100 milliards de dollars, Rosner dit que GM devrait vendre 500 000 véhicules électriques à batterie d’ici 2025 (soit la moitié de son objectif le plus récent de 2025) à 40000 dollars chacun. Cela équivaudrait à 20 milliards de dollars de revenus pour l’entreprise de véhicules électriques de GM. Appliquer une valeur d’entreprise sept fois plus élevée aux ventes multiples – similaire à celle des pairs Tesla et Nio selon la recherche de Rosner – cela impliquerait une valorisation de 96 milliards de dollars. L’hypothèse exclut les frais de licence potentiels de Honda, qui a signé pour utiliser la dernière plate-forme de batterie de GM.

«Nous réaffirmons notre ferme opinion que GM devrait faire de ses opérations et capacités de véhicules électriques une entreprise autonome qui pourrait forcer le marché à reconnaître sa technologie EV robuste et sa gamme à venir et (a) débloquer une valeur considérable pour les actionnaires, (b) donner au nouvelle entité a un large accès à des capitaux bon marché pour financer la croissance attendue et (c) fournir la capacité d’attirer et de retenir des talents de haut calibre », déclare Rosner.

Mary Barra, PDG de GM, garde l’esprit ouvert sur la possibilité d’une spin-off EV.

«Eh bien, nous nous concentrons sur la création de valeur à long terme. Et j’ai toujours dit que c’était notre objectif. Et nous allons faire ce qui est juste pour nos actionnaires », a déclaré Barra à The First Trade de Yahoo Finance sur la perspective d’une spin-off EV.

Mary Teresa Barra, présidente et PDG de General Motors Company, assiste au dévoilement de sa Corvette C8 à moteur central redessinée, la Chevrolet Corvette Stingray 2020, à Tustin, Californie, États-Unis, le 18 juillet 2019. REUTERS / Mike Blake

Les commentaires sont venus quelques instants après que GM a dévoilé un nouvel accord avec la startup de camions électriques Nikola pour lui fournir des batteries et produire le pick-up Nikola’s Badger. Barra a déclaré à Yahoo Finance que l’accord Nikola – qui inclut la prise d’une participation de 11% dans Nikola – «valide» la plate-forme de véhicules électriques de GM.

«Donc nous pensons que [deal with Nikola] n’est que le début de la création de valeur au sein de l’entreprise. Aussi la capacité que nous devons concevoir pour avoir une échelle, en particulier lorsque nous regardons les véhicules électriques en Chine ainsi qu’en Amérique du Nord et simplement pour continuer à construire et être en mesure de démontrer que nous allons être un acteur très fort dans le véhicule électrique. futur », a ajouté Barra.

Brian Sozzi est un rédacteur en chef et co-présentateur de Le premier commerce chez Yahoo Finance. Suivez Sozzi sur Twitter @BrianSozzi et sur LinkedIn.

Suivez Yahoo Finance sur Twitter, Facebook, Instagram, Flipboard, SmartNews, LinkedIn, Youtube, et reddit.



Leave a Reply