Tourné vers l’avenir: L’autorité britannique de la concurrence prendra le relais de la Commission européenne le 1er janvier, après la période de transition du Brexit. Ce groupe a l’intention de former une unité qui pourrait tenir les grandes entreprises de technologie responsables de l’entrave à la concurrence de l’industrie avec des amendes massives, mais espère plutôt empêcher de telles rencontres grâce à de nouvelles règles et réglementations.

Avant le Brexit, la Commission européenne aurait le dernier mot sur le comportement anticoncurrentiel des entreprises technologiques au Royaume-Uni, mais avec les accords finaux sur l’exode britannique de l’euro, cela signifie assumer la responsabilité elle-même.

Un plan du Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) vise à «uniformiser les règles du jeu pour les petites entreprises technologiques rivales». Le projet de loi nécessiterait le soutien des députés, mais s’il était adopté, les géants de la technologie pourraient voir jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires mondial condamné à une amende pour entrave à la croissance d’entreprises plus petites ou concurrentes. Cela équivaudrait à environ 7 milliards de dollars contre Facebook ou à 16 milliards de dollars pour Google.

Bien entendu, des représentants de ces entreprises font pression contre ces restrictions.

La CMA étofferait et appliquerait ces restrictions avec un nouveau groupe interne appelé Digital Markets Unit (DMU). Une annonce récente a donné plus de détails sur les trois piliers du plan de ce groupe:

  • l’autorité peut bloquer les fusions en cours de reprise ou annuler une entreprise concurrente jusqu’à ce que la DMU soit convaincue que les consommateurs ne seront pas affectés;
  • un nouvel ensemble de règles régira la manière dont les grandes entreprises devraient traiter les petites entreprises et les consommateurs;
  • le chien de garde peut intervenir et contribuer à la concurrence, par exemple en permettant à un service ou un appareil de fonctionner sur l’écosystème OS d’un concurrent.

Aucun géant de la technologie n’a été distingué par la CMA, mais l’autorité a déclaré qu’elle se concentrerait sur les entreprises ayant un «statut de marché stratégique» ou les entreprises ayant la capacité d’influer sur le secteur dans son ensemble.

Les anciennes start-up comme Airbnb et Uber relèveront sans aucun doute également de cette catégorie. Le modèle commercial moderne pour les entreprises en démarrage et les applications qui tentent de s’imposer dans un nouveau créneau consiste à canaliser de l’argent vers la publicité et des services rentables, en faisant une perte jusqu’à ce qu’ils dominent le marché. Alors que les start-ups qui réussissent tentent de conserver leur domaine, ce nouveau chien de garde surveillera la façon dont elles interagissent avec le secteur au sens large, ajustant potentiellement le fonctionnement des jeunes entreprises technologiques au Royaume-Uni à l’avenir.

L’AMC a déclaré que même si de lourdes amendes sont possibles, elles empêcheront idéalement les comportements indésirables du marché et interagiront avec les grandes entreprises sur une base plus informelle.

Tout cela suppose que les députés décident de légiférer pour donner à la nouvelle DMU ses pouvoirs.

La DMU devrait se former en avril et la CMA prendra le relais de la Commission européenne le 1er janvier, après la fin de la période de transition du Brexit.

Leave a Reply