Concept de reconstruction osseuse médico-légale

Médecins légistes au Université de Portsmouth ont découvert une nouvelle façon de présenter des preuves fragiles, en reconstruisant une «scie sauteuse» de fragments d’os humains à l’aide de l’impression 3D.

Dans la première étude connue de ce type, les chercheurs ont prélevé des os humains fragmentés et ont testé la capacité de fabriquer des modèles 3D pouvant être présentés à un jury devant un tribunal.

Les enquêtes médico-légales sur les scènes de crime et autres incidents nécessitent l’analyse de nombreux éléments différents comme éléments de preuve, y compris des restes humains, dont certains peuvent être endommagés ou fragmentés. Pour déterminer si ces éléments de preuve étaient à l’origine un tout, ils doivent subir un processus appelé «analyse de l’ajustement physique».

Katherine Brown

Dre Katherine Brown, maître de conférences, Institute of Criminal Justice Studies, Université de Portsmouth. Crédit: Université de Portsmouth

L’un des scientifiques impliqués dans la recherche, le Dr Katherine Brown, maître de conférences, Institute of Criminal Justice Studies, Université de Portsmouth, a déclaré: «Un ajustement physique positif indique que deux fragments ou plus ayant pour origine le même objet. Confirmer la forme physique sur une scène de crime est essentiel pour établir des liens entre les lieux, placer les suspects sur les lieux et permettre la reconstruction des objets. »

Cependant, l’analyse de l’ajustement physique repose sur la manipulation manuelle, puis sur la remise en place des restes humains et est souvent difficile à réaliser avec des fragments d’os, en particulier lorsqu’ils sont fragiles, tranchants ou intégrés dans d’autres matériaux.

Le Dr Brown déclare: «Nous voulions trouver un moyen de contourner le besoin de manipuler manuellement les os délicats, nous avons donc opté pour la technologie 3D. Alors que l’utilisation de la technologie 3D est devenue de plus en plus répandue dans le domaine de la criminalistique à notre connaissance, cette approche n’a pas encore été explicitement appliquée à l’analyse de l’ajustement physique. »

Les scientifiques ont comparé deux techniques d’imagerie 3D différentes, la tomographie micro-informatique et le balayage de lumière structurée. En générant des modèles 3D virtuels et des impressions de fragments d’os humains brûlés, ils ont testé la pertinence de ces techniques d’imagerie et de l’impression 3D ultérieure pour l’analyse de l’ajustement physique. Les chercheurs ont finalement découvert que l’imagerie et l’impression 3D permettaient une analyse d’ajustement physique efficace sans trop manipuler les fragments originaux.

Limiter la manipulation de preuves médico-légales fragiles minimise les dommages et la contamination. De plus, l’utilisation d’impressions 3D ouvre la possibilité d’une démonstration de l’ajustement physique et la possibilité pour un jury d’explorer les répliques de preuves. L’interaction avec des modèles virtuels et des animations 3D offre également une visualisation à 360 degrés d’une manière attrayante, compréhensible et potentiellement impactante, améliorant ainsi la compréhension d’un jury.

Le Dr Brown déclare: «L’application de l’imagerie et de l’impression 3D pour l’analyse de l’ajustement physique présente de nombreux avantages par rapport aux méthodes traditionnelles. Dans l’ensemble, les techniques démontrées par l’étude ajoutent de la valeur à l’enquête médico-légale et à la présentation des preuves dans la salle d’audience. »

Référence: «Reconstruction et analyse de l’ajustement physique des restes squelettiques fragmentés à l’aide de l’imagerie et de l’impression 3D» par Amber J. Collings et Katherine Brown, 4 juin 2020, Forensic Science International: Rapports.
DOI: 10.1016 / j.fsir.2020.100114



Leave a Reply