- Publicité -


En un mot: La semaine dernière, une coalition internationale de scientifiques et d’agences gouvernementales a voté pour mettre fin au deuxième bond, au grand soulagement des organismes de normalisation et de l’industrie technologique. Le Bureau international français des poids et mesures (BIPM) et l’Institut national des normes et de la technologie (NIST) n’étaient que quelques autorités de mesure qui ont participé au vote.

L’horloge atomique a été introduite en 1967 comme mesure précise du passage du temps. Il utilise les vibrations des atomes radioactifs et est précis jusqu’à 1/15 de milliardième de seconde par an, selon l’élément utilisé. Malheureusement, la rotation de la Terre n’est pas aussi constante qu’elle varie et se désintègre.

Ainsi, en 1972, les autorités de chronométrage ont introduit la seconde intercalaire pour synchroniser le temps universel coordonné (UTC) et le cycle jour/nuit standard. C’était un ajustement qui demandait aux appareils d’ajouter une seconde environ tous les 21 mois. Cela semblait être une solution assez simple à l’époque, mais cela s’est presque immédiatement avéré problématique pour les programmeurs informatiques et l’industrie technologique au sens large dès le départ – un problème qui s’est poursuivi dans le nouveau siècle.

- Publicité -

En 2012, un bogue instantané a détruit plusieurs sites Web, dont Reddit, Mozilla, Gizmodo, Lifehacker, etc. En 2017, Cloudflare a eu une panne de DNS causé précisément à minuit le 1er janvier lorsque la seconde intercalaire a débuté cette année-là. Cette année, Meta a écrit un long argument sur la raison pour laquelle nous devrions abandonner le réglage de l’heure.

Contrairement à l’année bissextile (techniquement un jour bissextile), qui ajoute un jour tous les quatre ans, se terminant toujours le 29 février au lieu du 28, les secondes intercalaires sont beaucoup moins prévisibles. Alors que l’ajustement suggéré est d’environ tous les 21 mois, les changements réels sont basés sur la rotation irrégulière de la Terre. Étant donné qu’une seconde est un incrément de temps minuscule, il est difficile de déterminer quand la synchronisation se produit lorsque l’année cible est atteinte. C’est comme essayer de frapper avec précision un jeu de fléchettes lorsque la distance à celui-ci ne cesse de changer.

Au tournant du 21e siècle, les chronométreurs ont commencé à réaliser que les changements de temps peuvent affecter négativement les ordinateurs et les logiciels conçus pour gérer le temps immuable. Il est difficile de dire si ces pensées ont été provoquées par la peur de l’an 2000, mais cela semble raisonnable.

Ils ont tous convenu qu’il fallait faire quelque chose, mais personne ne pouvait trouver une bonne solution. Il a fallu plus de deux décennies de débat entre les entités concernées pour décider de mettre simplement fin à la seconde intercalaire. Cependant, la résolution D ne prendra pas effet immédiatement ou se poursuivra indéfiniment. La règle entrera en vigueur en 2035 et restera valable jusqu’en 2135.

L’Union internationale des télécommunications (UIT), chargée de transmettre le temps universel, doit encore voter son approbation lors de la Conférence mondiale des radiocommunications à Dubaï l’année prochaine. Cependant, cela est considéré comme une formalité puisque les négociations entre le BIPM et l’UIT se sont jusqu’à présent avérées favorables, ce qui indique qu’il est d’accord avec le changement.

Le New York Times note que de nombreux membres de la communauté des normes étaient content avec la décision quasi unanime.

“Incroyable!” Patrizia Tavella, directrice du département du temps du BIPM français, a déclaré. “Plus de 20 ans de discussions et maintenant un excellent accord. [I] a été ému aux larmes.”

La responsable du temps et de la fréquence de l’Institut national des normes et de la technologie, Elizabeth Donley, a déclaré: “Cela ressemble à un jour historique. Il y a probablement beaucoup de célébrations qui se font avec style [in France].”

La Russie et la Biélorussie ont été les seuls pays qui n’ont pas voté pour adopter la résolution D. La Biélorussie s’est abstenue, tandis que la Russie a cité des complications impliquant GLONASS – son système de satellites de positionnement global. Ils sont codés en dur pour tenir compte automatiquement des secondes intercalaires.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici