- Publicité -


Pourquoi est-ce important: La tentative de 69 milliards de dollars de Microsoft d’acquérir Activision Blizzard King fait face à des vents contraires de la part des régulateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe. Un procès américain pourrait ralentir l’achat, même si Microsoft l’emporte. Alors que le Royaume-Uni et l’Europe augmentent la pression, des signes indiquent que les États-Unis pourraient approuver l’accord, éventuellement avec des concessions.

Le New York Post rapporte que la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis diviser sur l’opportunité d’intenter une action en justice antitrust contre la tentative de Microsoft d’acheter Activision. Plutôt que de faire face à un vote partagé, la FTC pourrait approuver l’accord. Des sources ont déclaré au Post qu’un membre du panel de quatre personnes de la FTC était déjà favorable à l’acquisition, et un autre s’est récemment penché vers Microsoft. Un vote 2-2 tuerait effectivement un procès.

- Publicité -

En juin, la FTC a annoncé qu’elle examiner l’impact potentiel de l’accord sur les travailleurs. Microsoft a entamé des pourparlers pour l’acquisition peu de temps après qu’Activision a été impliqué dans un scandale de harcèlement sexuel qui a déclenché un débrayage des employés.

2022 01 18 image 11

Les travailleurs d’Activision ont depuis réussi à voter deux fois pour se syndiquer, ce à quoi Microsoft a déclaré qu’il ne s’opposerait pas. Un éditorial justificatif le rachat du président des Communication Workers of America cette semaine pourrait encore renforcer son image pro-travailleur, améliorant ses chances de fermeture.

Les sources de Bloomberg disent que Microsoft est prêt à lutte si la FTC poursuit. La société n’a pas encore offert de concessions mais ne les a pas non plus retirées de la table. Une poursuite entraînerait probablement l’accord au-delà de la date de clôture prévue par Microsoft le 30 juin, mais la société a de bonnes chances de gagner devant les tribunaux.

Les régulateurs du Royaume-Uni et de l’Union européenne ont examiné de près l’accord car il donnerait à Microsoft la propriété de Call of Duty, l’une des plus grandes franchises de l’industrie du jeu. Sony a fait craindre à plusieurs reprises que Microsoft cesse de publier des titres Call of Duty sur PlayStation, alors que Microsoft nie continuellement de telles intentions.

Bien que Microsoft n’ait pas proposé de remèdes à l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés, il offrirait des concessions à l’UE ce mois-ci. Tout compromis de la société impliquerait la poursuite de la sortie des jeux Call of Duty sur des consoles rivales comme PlayStation et pourrait intervenir avant que l’UE ne puisse officialiser ses objections à l’acquisition l’année prochaine. Un accord avec la FTC pourrait couvrir le même point de discorde.

L’acquisition a jusqu’à présent été approuvée au Brésil, en Arabie saoudite et en Serbie.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici