Premier ministre, le très hon. Andrew Holness, dit que les Jamaïcains doivent passer du statut de simple utilisateur de technologie à celui de développeur et créateur de technologie.

«Cela peut sembler une vision audacieuse pour une petite île comme la Jamaïque, mais en plus d’être connus pour notre vitesse sur la piste, notre musique et… pour mener la résistance à l’oppression dans le monde, nous devons maintenant devenir connus pour être des innovateurs et créateurs en science et technologie », a-t-il déclaré.

M. Holness a prononcé un discours lors du lancement de la Commission de transformation de l’éducation 2020, au bureau du Premier ministre Media Center à Kingston, le 22 juillet.

«La même audace, l’esprit dynamique qui rend une petite île tropicale comme la Jamaïque assez audacieuse pour participer aux Jeux olympiques d’hiver et bien faire, c’est cette même audace et cet esprit dynamique, qui est naturel en nous, qui devrait nous font sentir que nous pouvons aussi développer un Google, un Apple ou un Zoom d’ailleurs, ici même en Jamaïque », a déclaré le Premier ministre.

M. Holness a exprimé sa confiance que la Jamaïque, avec son talent naturel pour la créativité et le talent, peut associer la technologie à la créativité et devenir des créateurs de contenu numérique de classe mondiale.

«Nous pouvons le faire et devons le faire si nous voulons survivre dans la nouvelle ère», a souligné le Premier ministre.

Il a fait valoir que la Jamaïque est maintenant au bord de la quatrième révolution industrielle, qui est accélérée par la pandémie de coronavirus (COVID-19) et transformera le monde comme jamais auparavant.

M. Holness a déclaré qu’il était important que les Jamaïcains réfléchissent au fait que lorsque le monde est passé à la troisième révolution industrielle, le début de l’ère de l’information, la Jamaïque commençait tout juste à voir les avantages de la deuxième révolution industrielle.

Par conséquent, il a déclaré que la Jamaïque doit maintenant se positionner pour ne pas manquer les opportunités de la quatrième révolution industrielle, qui concerne les systèmes cyber-physiques, l’intelligence artificielle, la biométrie, l’édition du génome, les énergies renouvelables, la fabrication 3D, autonome véhicules et Internet des objets.

«Pour le Jamaïcain moyen, ces choses semblent étranges, mais c’est ce qui définira le monde… eh bien, cela définit le monde maintenant. Cela deviendra courant dans quelques années, et si nous attendons, nous deviendrons à nouveau des consommateurs de ces choses, et le souci est que la bauxite et le tourisme ne pourront pas payer pour ces choses », a-t-il déclaré.

La Jamaïque, a déclaré le Premier ministre, se retrouvera soit avec l’option d’emprunter, soit de consommer et, par conséquent, doit se mettre maintenant en mesure de résoudre ce problème.

En outre, a-t-il déclaré, pour que le pays reste pertinent et compétitif dans l’économie mondiale du XXIe siècle, il devra se transformer fondamentalement, et la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) est au cœur de la révolution technologique mondiale.

«Nous devons maintenant être délibérés et instrumentaux dans le développement des compétences nécessaires pour être en mesure de rivaliser dans la nouvelle dynamique qui est sur le point de venir», a expliqué M. Holness.

«Il y a beaucoup de travail à faire pour créer la Jamaïque avec le plus haut niveau d’intelligence socio-émotionnelle, de compétences et d’habiletés qui nous permettront individuellement et en tant que peuple d’accomplir de grandes tâches complexes de manière productive, avec un état d’esprit de croissance, tout en maintenant nos émotions. dans les transactions sociales, pour résoudre les conflits sans violence ni déviance, avec des attitudes prosociales et rationnelles, et cela commence par l’éducation », a-t-il dit.

La Commission nouvellement créée, qui sera chargée de refondre le système éducatif public du pays, sera présidée par le professeur John Cowles de sociologie à l’Université Harvard, le professeur Orlando Patterson.

Le mandat de la Commission sera d’examiner et d’évaluer en profondeur le système éducatif de la Jamaïque, y compris sa structure, son fonctionnement et ses processus, et de recommander un plan d’action pour le changement.



Leave a Reply