Publicité
Rate this post


En raison de COVID-19, les analystes de Forrester Research révisé leurs prédictions pour les soins virtuels de 2020 en avril, ce qui suggère que les interactions entre les soins de santé virtuels sont désormais en bonne voie pour atteindre 1 milliard d’ici la fin de l’année. Un autre groupe de recherche a récemment publié des données montrant que les visites de télésanté ont augmenté de 50% en mars 2020 seulement.

UPMC, qui a connu une augmentation tout aussi spectaculaire de l’utilisation de sa technologie de télésanté, était prête à faire face à cette poussée. L’année dernière, l’UPMC a étendu capacités de télémédecine aux chirurgiens et autres cliniciens qui effectuent des actes médicaux. Et cette année, l’UPMC a rapidement fourni des capacités de télémédecine à la grande majorité de ses médecins de soins primaires. Ces décisions stratégiques ont préparé le système à une escalade rapide de la télémédecine, ce qui a permis à l’UPMC de continuer à fournir des soins de qualité, en toute sécurité, pendant la pandémie.

Un réseau solide
Même avec une base solide, divers départements et équipes du système de santé ont rapidement réagi en mettant en place des appareils, des applications et une formation. Pourtant, un aspect important de l’équation nécessaire pour faire fonctionner la technologie, l’infrastructure réseau de l’UPMC, était déjà équipé. Elle a fait l’objet d’investissements importants ces dernières années au fur et à mesure de la croissance de l’UPMC.

«Nous étions prêts», a déclaré Chris Carmody, vice-président directeur de la division UPMC Information Services (ISD). «Notre réseau n’a pas été spécifiquement conçu pour faire face à une pandémie, mais nous l’avons intentionnellement configuré et construit pour qu’il soit évolutif, flexible, résilient et sécurisé, car l’UPMC a adopté de plus en plus de technologies dans les soins quotidiens des patients et des membres du plan de santé. . Nous avons toujours considéré la télémédecine comme un élément stratégique de l’avenir des soins de santé. »

Pour répondre à la demande soudaine de services de télésanté, l’UPMC a élargi sa capacité de visites vidéo. Au début du mois d’avril, le système pourrait exécuter jusqu’à 700 visites vidéo simultanément, et des plans sont en cours d’élaboration pour développer encore plus cette possibilité.

Alors que de nombreux prestataires de soins ambulatoires disposaient déjà de l’équipement et de la formation nécessaires pour effectuer la télémédecine, des flux de travail et des directives de formation ont été créés pour élargir les tournées et les consultations des patients hospitalisés. ISD a commandé et déployé 800 ordinateurs portables supplémentaires pour les cliniciens pour prendre en charge les visites vidéo, et les équipes du cycle de revenus, des services juridiques et de la conformité de l’UPMC ont également joué un rôle essentiel dans la gestion de la mise à l’échelle rapide.

«La télésanté à l’UPMC n’aurait pas pu évoluer aussi rapidement qu’elle ne l’a fait sans le soutien de nombreux employés de tout le système de santé», a déclaré Carla Dehmer, directrice de la télémédecine à l’UPMC. «Je suis honoré de travailler dans une organisation qui a pu réagir et se développer si rapidement parce que tout le monde est intervenu pour aider. Et tout le monde l’a fait d’une manière aimable, respectueuse et réfléchie. »

Le travail à domicile
En plus d’accueillir la télémédecine, le réseau de l’UPMC devait simultanément gérer un afflux de personnel travaillant à domicile et se connectant au réseau pour accéder aux e-mails, fichiers et applications. Les investissements antérieurs dans un nouveau centre de données, le cloud computing, la cybersécurité et d’autres capacités ont aidé les employés et les cliniciens à continuer de soutenir les patients dans une situation sans précédent, lorsque la sécurité du personnel et des patients était primordiale.

Avec quatre fournisseurs de services Internet desservant chacun UPMC avec 10 Go de bande passante par seconde, le système a pu accueillir un record de 76 000 utilisateurs distants sur le réseau en une seule journée en mars, a ajouté Carmody. «Le maximum que j’aie jamais vu auparavant était de 10 000.»

Il s’agit du deuxième article d’une série en quatre parties sur l’impact de la télémédecine à l’UPMC pendant la pandémie COVID-19. Cliquez ici pour lire la première histoire et revenez chaque vendredi pour les prochains versements.



Previous articleCloudflare DNS tombe en panne, emportant une grande partie d’Internet avec lui – TechCrunch
Next articleAéroports américains réfléchissent aux installations de technologie sans contact dans les salles de bains | 2020-07-17
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply