- Publicité -


Dans le contexte: Google est probablement habitué à traiter des poursuites judiciaires à ce stade, bien qu’elles soient généralement liées à des plaintes antitrust. Mais les accusations portées par la Federal Trade Commission et sept États concernent les publicités du Pixel 4 d’il y a quelques années, qui auraient été “trompeuses” car elles présentaient des influenceurs faisant l’éloge du combiné bien qu’ils n’en possèdent pas ou n’en utilisent pas.

Google et iHeartMedia ont été touchés par procès de la FTC et des procureurs généraux des États sur près de 29 000 mentions “trompeuses” de personnalités de la radio faisant la promotion de leur utilisation et de leur expérience avec le téléphone Pixel 4 de Google en 2019 et 2020.

- Publicité -

Le directeur du Bureau de la protection des consommateurs, Samuel Levine, a déclaré que Google et iHeartMedia avaient payé des influenceurs pour promouvoir le téléphone, un produit qu’ils n’avaient jamais utilisé. Certains des scripts fournis par Google lus par les personnalités dans les publicités incluaient des lignes telles que “C’est mon appareil photo de téléphone préféré, surtout en basse lumière, grâce au mode Night Sight” et “J’ai pris des photos de type studio de tout.” C’était bien qu’ils n’aient pas reçu de Pixel 4 avant l’enregistrement et la diffusion de la plupart des publicités.

Les publicités ont été diffusées dans dix grands marchés, mais on ne sait pas combien de personnes les ont entendues. Levine les a qualifiés de “manque de respect flagrant pour les règles de vérité dans la publicité”.

2020 08 06 image 15

Les ordonnances proposées réglant les frais de la FTC incluent l’interdiction à Google et iHeartMedia de présenter à tort un endosseur comme quelqu’un qui a possédé, utilisé ou a de l’expérience avec un certain produit. Les États – Arizona, Californie, Géorgie, Illinois, Massachusetts, New York et Texas – exigent également que les entreprises paient 9,4 millions de dollars de pénalités.

Google a déclaré qu’il était heureux d’avoir réglé l’affaire, bien qu’il ne l’ait fait qu’avec six des sept États. “Nous prenons au sérieux le respect des lois sur la publicité et avons mis en place des processus conçus pour garantir que nous respectons les réglementations et les normes de l’industrie en vigueur”, a déclaré un porte-parole dans un communiqué envoyé par courrier électronique à Reuter.

Rien de tout cela n’aura beaucoup d’impact sur Alphabet, la société mère de Google, qui devrait générer plus de 282 milliards de dollars de revenus cette année. Mais il a le potentiel de nuire à son image publique et à celle des futurs combinés Pixel. Cela pourrait également amener les consommateurs à accorder (encore) moins de confiance à l’honnêteté des publicités.

Google est loin d’être le premier géant de la technologie à faire face à des poursuites judiciaires pour des publicités prétendument trompeuses. Un chien de garde australien a poursuivi Samsung en 2019 pour avoir menti sur la résistance à l’eau de ses téléphones Galaxy. Il y a aussi Apple, qui traite des poursuites similaires depuis des années, dont celle-ci en 2012 sur les capacités de Siri en tant qu’assistant personnel.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici