Facebook a interdit un réseau extrémiste anti-gouvernement associé au terme «boogaloo», un mot d’argot utilisé par les partisans pour désigner une seconde guerre civile.

La décision prise mardi par Facebook désigne le réseau de «boogaloo» de droite comme une organisation dangereuse similaire au groupe État islamique et aux suprémacistes blancs, qui sont tous deux déjà interdits de service.

L’interdiction survient des mois après que les chercheurs ont commencé à avertir Facebook que les groupes de «boogaloo» florissants sur sa plate-forme étaient pleins de gens discutant de la violence contre les responsables gouvernementaux et partageant des tactiques de combat de guérilla.

Publication de rapports de groupes externes en février puis en avril tous deux ont averti que le «boogaloo» était un dangereux groupe antigouvernemental qui tentait d’inciter à la violence contre les responsables de l’application des lois.

Alors que Facebook a commencé à supprimer certains messages et groupes «boogaloo» ce printemps, il n’a annoncé aucune action radicale contre le mouvement extrémiste sur sa plate-forme qu’après que deux responsables de l’application des lois aient déjà été tués en Californie.

Un agent de sécurité fédéral a été tué par balle à Oakland, en Californie, le 30 mai, et un sergent de shérif de Santa Cruz a été abattu le 6 juin. Leur meurtrier présumé avait publié un article sur le «boogaloo» sur Facebook, où il avait également communiqué avec l’homme accusé de complicité, selon la plainte pénale contre lui.

Dans le cadre de l’annonce mardi de son interdiction du «boogaloo», Facebook a déclaré qu’il avait supprimé 220 comptes Facebook, 95 comptes Instagram, 28 pages et 106 groupes qui composent le violent réseau affilié au «boogaloo». Il a également supprimé 400 autres groupes et 100 pages qui hébergeaient du contenu similaire à celui du réseau violent, mais qui étaient gérés par des comptes extérieurs.

L’annonce par Facebook de l’interdiction du «boogaloo» est une «action de fond» et «l’une des actions de perturbation du réseau les plus répandues et les plus transparentes ciblant spécifiquement les acteurs non étatiques que nous avons vues de la part de l’entreprise», a déclaré Alex Newhouse, chercheur au Centre sur le terrorisme, l’extrémisme et la lutte contre le terrorisme au Middlebury Institute for International Studies, qui suit le mouvement «boogaloo» sur Facebook depuis plusieurs mois.

Mais Newhouse a déclaré que lui et d’autres chercheurs avaient déjà identifié au moins 20 groupes de “boogaloo” qui étaient toujours en ligne sur Facebook après l’interdiction, y compris certains qui étaient des sauvegardes directes ou des clones de pages qui avaient été interdit.

Plusieurs chercheurs qui surveillent les groupes «boogaloo» sur Facebook ont ​​déclaré qu’ils avaient déjà identifié plusieurs groupes qui avaient été manqués par l’interdiction de Facebook.

“Comme pour tout ce que Facebook fait, c’était trop peu et trop tard”, a déclaré Katie Paul, directrice du Tech Transparency Project, qui a publié un rapport d’avertissement sur les groupes de boogaloo sur Facebook en avril.

La tentative de Facebook pour faire la distinction entre les groupes de boogaloo violents et non violents était “particulièrement dangereuse”, a déclaré Joan Donovan, directrice du Centre Shorenstein sur les médias, la politique et les politiques publiques de la Harvard Kennedy School.

C’est “une erreur qui permet à certains suprémacistes blancs de continuer à opérer tant qu’ils atténuent leur rhétorique violente”, a écrit Donovan dans un e-mail.

En annonçant sa nouvelle interdiction, Facebook a également déclaré qu’il essayait toujours de faire la distinction entre un réseau «violent» de «boogaloo» qu’il avait banni de la plate-forme et ce qu’il décrivait comme un mouvement de boogaloo différent, «plus large et faiblement affilié» qui ne cherche pas à commettre des violences.

Le réseau social n’interdit pas toutes les références à «boogaloo» et a déclaré qu’il ne supprimait les groupes, comptes et pages que lorsqu’ils avaient «un lien clair avec la violence ou une menace crédible pour la sécurité publique».

“L’écosystème boogaloo qui donne lieu à l’extrémisme violent est plus vaste que le seul réseau que Facebook a perturbé”, a déclaré Newhouse.

Les partisans de “Boogaloo” se sont manifestés lors des manifestations contre les ordres de verrouillage de Covid-19, portant des fusils et portant des équipements tactiques sur des chemises hawaïennes. Facebook a déclaré que le mouvement remontait à 2012 et qu’il le suivait de près depuis l’année dernière.

Facebook a déclaré qu’il n’avait jusqu’à présent trouvé aucune preuve d’acteurs étrangers amplifiant le matériel lié au «boogaloo».

Les entreprises de médias sociaux sont confrontées à un calcul de discours de haine sur leurs plateformes. Reddit, un forum de commentaires en ligne qui est l’un des sites Web les plus populaires au monde, lundi banni un forum qui a soutenu Donald Trump dans le cadre d’une répression du discours de haine.

Le site de streaming en direct Twitch, qui appartient à Amazon, également temporairement suspendu La campagne de Trump explique avoir violé ses règles de conduite haineuse. YouTube, quant à lui, banni plusieurs personnalités nationalistes blanches de premier plan de sa plateforme, dont Stefan Molyneux, David Duke et Richard Spencer.

Et la pression monte sur Facebook pour freiner le comportement des médias sociaux de Trump. La décision de Facebook d’autoriser un post de Trump qui se lit “quand le pillage commence le tournage commence” à rester sur la plate-forme a conduit à un boycott des annonceurs en pleine croissance cela inclut Unilever, Levi’s, Coca-Cola et Starbucks.

.

Leave a Reply