La grande image: Apple a déclaré dans une lettre aux défenseurs de la vie privée qu’il implémentait un peu tôt la «transparence du suivi des applications» dans iOS 14 pour empêcher Facebook de collecter «autant de données que possible» pour monétiser ses utilisateurs. Le géant social a immédiatement riposté, accusant le géant de Cupertino d’utiliser sa position dominante pour «préférer lui-même sa propre collecte de données».

Le mois dernier, une coalition d’organisations civiles et de défense des droits humains, dont l’Electronic Frontier Foundation, Amnesty International et Human Rights Watch, a envoyé un lettre au PDG d’Apple, Tim Cook, qui a exprimé sa déception face à la décision de l’entreprise de retarder la mise en œuvre complète des fonctionnalités anti-tracking d’iOS 14 jusqu’au début de 2021.

Plus tôt ce mois-ci, Apple est revenu sur ces plans et a décidé de mettre en œuvre des “ étiquettes nutritionnelles ” de confidentialité en tant que fonctionnalité obligatoire que les développeurs doivent apporter à leurs applications iOS dès le mois prochain. Cependant, nous ne connaissons pas tous les détails sur le fonctionnement de ce système et les mesures que Apple va prendre pour s’assurer que les développeurs fournissent des informations précises sur les informations utilisateur suivies par leurs applications.

Apple a maintenant répondu à la lettre et a proposé de clarifier quelques points sur ses projets de protection de la confidentialité des utilisateurs sur iOS 14. Jane Horvath, directrice principale de la confidentialité mondiale de l’entreprise, a expliqué que la fonction App Tracking Transparency (ATT) était retardé pour donner aux développeurs suffisamment de temps pour se préparer aux changements. À partir de l’année prochaine, les développeurs seront non seulement tenus de demander l’autorisation de l’utilisateur avant de les suivre sur les applications et les sites Web, mais l’utilisateur lui-même peut désactiver complètement ce suivi.

Horvath dit que la fonctionnalité a été développée en raison de l’inquiétude croissante concernant les utilisateurs «étant suivis sans leur consentement et le regroupement et la revente de données par les réseaux publicitaires et les courtiers en données». Elle note également que ATT ne vise pas à empêcher la publicité, mais simplement à encourager la publicité qui respecte la vie privée des utilisateurs au même niveau qu’Apple:

La publicité qui respecte la vie privée n’est pas seulement possible, c’était la norme jusqu’à la croissance d’Internet. Certaines entreprises qui préféreraient que ATT ne soit jamais mis en œuvre ont déclaré que cette politique pèse uniquement sur les petites entreprises en limitant les options de publicité, mais en fait, la course aux armements de données actuelle profite principalement aux grandes entreprises avec des ensembles de données volumineuses. Les réseaux publicitaires axés sur la confidentialité étaient la norme universelle en matière de publicité avant que la pratique de la collecte de données sans entrave ne commence au cours de la dernière décennie. Nous espérons que la demande croissante des utilisateurs en matière de confidentialité et de sécurité, ainsi que des changements comme ATT, rendront ces normes publicitaires axées sur la confidentialité à nouveau robustes.

La lettre maintient la même position critique que Tim Cook a cultivée chez Apple, selon laquelle les entreprises de médias sociaux telles que Facebook sont intrinsèquement mauvaises et doivent être réglementées car les promesses d’auto-police ne se sont pas traduites en actions dans le monde réel.

En revanche, Facebook et d’autres ont une approche très différente du ciblage. Non seulement ils permettent le regroupement des utilisateurs en segments plus petits, mais ils utilisent des données détaillées sur l’activité de navigation en ligne pour cibler les publicités. Les dirigeants de Facebook ont ​​clairement indiqué que leur intention était de collecter autant de données que possible sur les produits propriétaires et tiers pour développer et monétiser les profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la confidentialité des utilisateurs continue de s’étendre pour inclure davantage de leurs produits.

En août, Facebook est devenu le critique le plus virulent de la fonctionnalité App Tracking Transparency et l’a décrite comme un changement radical qui rendrait ses outils Audience Network si inefficaces qu’il pourrait même reconsidérer son offre sur iOS 14. Bien sûr, les revenus réels prévus la baisse est de 40%, ce n’est donc pas exactement la fin du monde, mais le géant social a cherché des moyens d’atténuer l’impact de ces changements.

De plus, Facebook a maintenant répondu aux déclarations d’Apple par une longue déclaration dans laquelle il accuse ce dernier d’avoir tenté de distraire les utilisateurs des problèmes de confidentialité qui ont été révélés ces dernières années, tels que l’IDFA utilisé sur les appareils iOS, et le méthodes de collecte de données possibles utilisées sur macOS repérées par un chercheur en sécurité Jeffrey Paul.

Ce dernier problème est particulièrement important, car il a obligé Apple à clarifier le fonctionnement de son service anti-malware Gatekeeper, d’autant plus qu’il a agi comme un point de défaillance unique la semaine dernière pour les personnes qui tentaient de lancer des applications tierces alors que les serveurs Apple étaient martelés. avec les déploiements macOS Big Sur. Comme repéré par 9to5Mac, le géant de Cupertino a rapidement mis à jour le documentation de support pour expliquer que Gatekeeper ne suit pas les utilisateurs et sera bientôt mis à jour pour utiliser un protocole crypté pour les transmissions de données et pour permettre aux utilisateurs de désactiver ces protections de sécurité.

Facebook allègue qu’Apple ne fait que balayer ces révélations et qu’il arme systématiquement la vie privée des utilisateurs et la position sur le marché chaque fois que cela est pratique afin de renforcer ses propres services, qui pourraient bientôt inclure un moteur de recherche.

Ils utilisent leur position dominante sur le marché pour préférer eux-mêmes leur propre collecte de données, tout en rendant quasiment impossible pour leurs concurrents d’utiliser les mêmes données. […] Ils prétendent que c’est une question de confidentialité, mais c’est une question de profit.

Quel que soit le cas, Apple peut avoir choisi un combat avec Facebook au mauvais moment. Le fabricant d’iPhone a souvent vanté son attention aux détails ainsi que la confidentialité et la sécurité de ses utilisateurs comme principaux arguments de vente, mais cela devient un peu difficile à croire. Quant à Facebook, il semble tout simplement bouleversé qui aura bientôt plus de mal à cibler un groupe démographique convoité à des fins publicitaires.

Leave a Reply