Débora Mesa et Antón Garcia-Abril ne cherchaient pas la carrière qu’ils finiraient par transfigurer en espace de vie. La carrière les a trouvés. Sombre, humide et envahie par les animaux, la carrière de pierre de Mares sur l’île des Baléares espagnole de Minorque a été abandonnée pendant près d’un siècle. Mais le duo derrière l’Espagne et Boston cabinet d’architecture Ensamble Studio ne l’a pas vu pour ce que c’était. Ils l’ont vu pour ce qu’il pouvait être: une maison.

À l’été 2019, Ca’n Terra, qui se traduit par «maison de la Terre», est née. Aujourd’hui, une exposition virtuelle interactive commandée par Galerie de l’espace «T» à Rhinebeck, New York permet aux téléspectateurs de pénétrer dans la terre et de voir ce que les architectes ont vu à l’époque: un espace souterrain non conventionnel qui reflète l’approche d’Ensamble où la technologie est un outil et l’architecture est le but.

ensamble studio dans la maison

Les architectes Débora Mesa et Antón Garcia-Abril d’Ensamble Studio dans leur projet de Minorque, Ca’n Terra.

«Le projet complet commence par une découverte», déclare Garcia-Abril. “Le seul crédit que nous méritons pour ce projet est d’être capable de le comprendre non pas comme un dépotoir mais comme une merveille.” À l’aide d’une technologie laser de pointe, l’équipe d’Ensamble a arpenté chaque centimètre de la carrière pour créer une carte numérique. Ils sont alors intervenus en son sein, creusant des puits de lumière et transformant l’espace négatif en espace de respiration. Quand la coquille était prête, ils ont construit des façades en membranes d’écran translucides, ajouté un système d’eau chaude et froide et fourni aux intérieurs rien que des nécessités nues. Le studio utilise la maison comme un laboratoire de paysage pour l’expérience et l’interaction, et parfois une retraite.

Réaliser l’exposition Ca’n Terra: Architecture de la Terre, qui sera visible au ‘T’ Space jusqu’au 31 octobre, l’équipe espagnole est revenue sur le site pour prendre des centaines de photos 3D de Ca’n Terra. Combinant des scans sur place, des cartes et des images sphériques, l’exposition de réalité virtuelle est une continuation de la recherche continue des architectes. «L’idée originale était que nous ferions notre propre visite virtuelle. Nous avons dû faire quelques ajustements », dit Mesa, dans une interview vidéo de la maison de Brookline, Massachusetts, où elle vit avec Garcia-Abril, son« partenaire dans la vie et dans le crime », comme il le dit. Dans le sillage de COVID-19, le couple n’a pas pu retourner à Minorque, où ils avaient envisagé d’accueillir des visiteurs en chair et en os.

carrière à façade translucide

Des écrans translucides permettent à la lumière du jour de pénétrer à l’intérieur de la maison.

Mesa et Garcia-Abril se sont rencontrés à l’École d’architecture de l’Université polytechnique de Madrid. Garcia-Abril a commencé Ensamble en 2000 et Mesa a rejoint le studio trois ans plus tard. En 2012, le couple a déménagé aux États-Unis et a cofondé POPlab, un laboratoire de prototype et de préfabrication qui comble le fossé entre la science et l’art au MIT. Puis trois ans plus tard, ils ont conçu et construit la maison du Massachusetts où ils vivent maintenant. Construite au sommet d’un ancien garage, la maison de deux étages offre un aperçu de leur approche du travail et de la vie. «Pour nous, il n’y a jamais eu de maison ni de bureau. La maison, c’est les deux », déclare Garcia-Abril. Leurs antécédents d’appels vidéo respectifs le révèlent certainement. Son mur affiche trois dessins d’enfants qui piquent du haut de l’écran; le sien est enduit de modèles suspendus comme des cadres.

carte numérique de la maison

Une carte numérique de l’intérieur de la maison, une ancienne carrière.

L’obsession du couple pour les modèles est évidente. Des explorations en carton, des tours en agrafes et des maisons en papier froissé occupent tout l’écran. Garcia-Abril brandit une série de boîtes Nespresso pliées dans un modèle concept. «C’est la série de confinement», dit-il en riant.

«Nous aimons travailler de nos mains», explique Mesa, dont le processus commence toujours par des modèles. De là, le duo utilise des scanners 3D pour traduire ces formes physiques en format numérique. «Les scans 3D nous permettent de passer très rapidement du physique au numérique et de travailler dans les deux à la fois», explique-t-elle.

piscine à l'intérieur de la maison dans la carrière

Une piscine à l’intérieur de Ca’n Terra, qui se traduit par «la maison de la Terre».

Avec Ca’n Terra, le modèle, pour ainsi dire, était déjà construit, un objet trouvé en attente d’être poli. «L’histoire de l’architecture a toujours fonctionné des données à la matière», explique Garcia-Abril. “Maintenant, la technologie nous donne la possibilité de faire cela à l’envers.” Pour les fondateurs d’Ensamble Studio, la technologie apparaît comme un facilitateur, le moyen d’une fin architecturale façonnée par la connaissance scientifique mais jamais motivée par elle. L’approche est toujours la même, et «c’est cette curiosité de travailler avec des choses qui nous passionnent», explique Mesa.

Le studio sait comment créer de l’excitation. En 2010, ils ont construit un salon de 270 pieds carrés en béton et en foin. Ils ont ensuite utilisé des machines de carrière pour atteindre le foin capturé à l’intérieur, et ont laissé un veau nommé Paulina révéler le vide à l’intérieur en rongeant le foin pendant un an. L’ancienne maison du couple à Madrid, qu’ils ont conçue et construite pour eux-mêmes en 2008, est également un exploit d’ingénierie avec un réseau de poutres et une piscine en porte-à-faux. Actuellement, le studio travaille sur un musée de 200 pieds de haut dans le désert d’Arabie, explorant les propriétés matérielles du béton, du sable et des matériaux synthétiques dans un décor désertique. «La technologie est un outil sophistiqué, mais il n’y a rien de plus complexe que ce biobot», déclare Garcia-Abril, agitant une main ouverte devant l’écran de l’ordinateur. «C’est une combinaison matière à données à matière», ajoute-t-il. «C’est la beauté de la technologie qui nous a connectés plus intimement et plus directement avec le monde matériel.»

Leave a Reply