Afrique, Alimentation et agriculture, Titres

Alimentation et agriculture

L'intensification de l'innovation aux points critiques ouvrira de nouvelles opportunités et contribuera à faire en sorte que l'agriculture animale suive le rythme d'une demande croissante d'une population croissante

De nombreux outils nécessaires pour exploiter le potentiel du secteur de l’élevage en Afrique existent déjà. Mais avec des ressources limitées, ils doivent être déployés intelligemment pour améliorer l’ensemble de la chaîne de valeur. Crédits: Miriam Gathigah / IPS

KAMPALA, 24 juil.2020 (IPS) – Les innovations technologiques destinées à dynamiser l’élevage en Afrique ne manquent pas. Celles-ci vont de Systèmes de suivi GPS qui identifient et retracent les troupeaux d’éleveurs jusqu’au vaccin pour le bétail Services SMS qui alertent les agriculteurs sur les épidémies.

Mais pour libérer le potentiel économique du secteur demande de viande et de lait multiplie par trois d’ici 2050, les pays doivent investir dans les domaines critiques qui amélioreront la qualité sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Cela augmente la productivité et la qualité depuis l’élevage de l’animal tout au long du processus de production jusqu’au produit final. Cela comprend le stockage, la manipulation et la vente en toute sécurité.

Mon Ouganda natal offre quelques leçons utiles de son utilisation d’investissements intelligents dans la technologie et l’organisation des agriculteurs. Celles-ci en ont fait le seul pays d’Afrique de l’Est autosuffisant en lait.

La viande et le lait étant des denrées périssables, l’innovation dans la chaîne du froid et l’approvisionnement en énergie durable contribueront à renforcer le secteur. Par exemple, une initiative d’Afrique de l’Est qui a centralisé les tests de qualité du lait et le stockage dans des refroidisseurs avant la vente a multiplié par six les rendements en cinq ans.

Ces dernières années, certains acteurs du secteur privé en Ouganda ont investi dans des systèmes de test pour détecter l’aflatoxine dans les aliments pour animaux. L’objectif est d’éviter la contamination du lait et de la viande. D’autres ont développé des unités de réfrigération alimentées par biogaz du fumier. Les deux font partie des innovations qui améliorent la qualité du produit final.

Comme le souligne un nouveau rapport du Panel Malabo Montpellier sur lequel je siège, la même chose peut être obtenue ailleurs. Il peut également profiter à d’autres produits de l’élevage, pour donner à l’Afrique la souveraineté alimentaire sur les aliments d’origine animale et un meilleur accès aux marchés internationaux.

Le rapport formule 11 recommandations pour le secteur de l’élevage en Afrique. Celles-ci vont des innovations technologiques et des politiques de soutien à la résolution des barrières commerciales et des défis spécifiques à chaque produit.

Domaines prioritaires

Les nations africaines doivent être stratégiques en donnant la priorité aux infrastructures qui feront le plus de différence en termes de qualité et de productivité. La première priorité est de sensibiliser davantage les consommateurs à la sécurité alimentaire, à la nutrition et à la durabilité afin de relancer la demande de produits de meilleure qualité.

En partie pour répondre aux attentes des consommateurs européens en matière de qualité et de sécurité, par exemple, le Maroc a développé un nouveau système pour identification et traçabilité des animaux en 2015.

Le bétail peut être identifié à l’aide d’étiquettes électroniques qui communiquent avec la base de données nationale via les réseaux de téléphonie mobile. Cela augmente la transparence et la traçabilité. Elle fait également la promotion des produits animaux marocains sur les marchés internationaux tels que l’Union européenne.

La deuxième priorité est alors d’orienter la technologie vers les opportunités d’ouvrir l’accès au marché.

Débloquer le commerce signifie investir dans l’amélioration de la santé animale, les opérations de transformation, le stockage et la distribution. Le respect des normes régionales et internationales en matière de sécurité et de qualité des aliments est un objectif vital. L’Afrique représente actuellement 2,8% du marché mondial de la viande, soit 14 millions de tonnes. Le continent produit un peu plus de 10% du lait mondial.

Il existe un certain nombre d’obstacles à l’augmentation de cette production et à une plus grande part de marché. Ils comprennent une disponibilité limitée d’aliments pour animaux de qualité, l’accès à l’énergie abordable nécessaire à la production et à la transformation du bétail et des infrastructures limitées, en particulier dans le dernier kilomètre.

La viande et le lait étant des denrées périssables, l’innovation dans la chaîne du froid et l’approvisionnement en énergie durable contribueront à renforcer le secteur.

Par exemple, un Africain de l’Est initiative qui a centralisé les tests de qualité du lait et le stockage dans des refroidisseurs avant la vente a multiplié par six les rendements en cinq ans.

Le volume de lait fourni au bassin versant de 30 km est passé à trois millions de litres par mois. Cela a augmenté le revenu par petit ménage de plus de 160% en Ouganda, 120% au Kenya et près de 65% au Rwanda.

Le succès de ces projets stimule à son tour la demande d’innovation continue, comme les chaînes du froid à énergie solaire ou les interventions qui protègent d’autres ressources comme l’eau et les prairies.

Enfin, les pays doivent également donner la priorité aux politiques qui soutiennent les nouvelles technologies dans le secteur de l’élevage.

À transformer son secteur de production de lait, l’Ouganda a privatisé l’entreprise de transformation publique Dairy Corporation et a créé une autorité de développement laitier.

La loi de 1998 sur l’industrie laitière a habilité l’autorité à faire appliquer les normes d’hygiène du lait et les contrôles de qualité. En conséquence, les commerçants ont été autorisés à respecter les normes de santé publique et de qualité du lait. Cela a encouragé la modernisation du secteur grâce à l’expansion des usines de pasteurisation et des infrastructures de transformation ainsi que la transformation de produits de grande valeur.

Certes, les gains se sont répercutés sur les agriculteurs grâce à de meilleurs prix à la ferme.

Conclusion

Comme le souligne le Panel Malabo Montpellier, de nombreux outils nécessaires pour exploiter le potentiel du secteur de l’élevage en Afrique existent déjà. Mais avec des ressources limitées, ils doivent être déployés intelligemment pour améliorer l’ensemble de la chaîne de valeur.

L’intensification de l’innovation aux points critiques ouvrira de nouvelles opportunités et contribuera à faire en sorte que l’agriculture animale suive le rythme d’une demande croissante d’une population croissante.La conversation

Noble Banadda, Professeur et directeur du département de génie des systèmes agricoles et biologiques, Université de Makerere

Cet article est republié à partir de La conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.



Leave a Reply