Romain Grosjean estime que lui et Nico Hulkenberg font partie d’une génération de pilotes nés au mauvais moment pour réussir en Formule 1.

Le Français et l’Allemand ont tous deux été considérés comme de futurs champions du monde au début de leur carrière, mais aucun n’a jamais eu la chance de conduire une voiture de haut niveau et n’a donc jamais remporté de courses, encore moins de titres.

Les chances qu’ils le fassent un jour semblent maintenant minces, Grosjean quittant la grille à la fin de la saison et Hülkenberg déjà absent, bien qu’il espère devenir partenaire de Max Verstappen chez Red Bull la saison prochaine.

Grosjean lui-même estime que le duo, ainsi que quelques autres pilotes nés à la même époque, n’ont pas eu de chance en ce sens qu’ils sont entrés en F1 lorsque des pilotes plus âgés occupaient les sièges supérieurs et qu’au moment où les pilotes les avaient quittés, les plus jeunes arrivaient.

«Vous savez, si j’y pense, peut-être que la génération 1986/87 a eu tort de faire partie», a-t-il déclaré sur le Dans le rose Podcast.

«Paul Di Resta, Nico Hulkenberg, moi-même, même un peu Sebastian Buemi; nous sommes tous arrivés à un moment où les premières places étaient occupées, les vieux ne quittaient pas encore la Formule 1 et les jeunes venaient après et nous n’avons jamais vraiment eu notre chance. C’est comme ça.

«Vous ne pouvez pas contrôler grand-chose à ce sujet, et avoir 10 ans en Formule 1 a été incroyable. Je pense avoir réalisé ce que je voulais. Évidemment, vous voulez toujours être champion du monde mais vous découvrez que sans les bons outils, il n’y a aucune chance.

J’espère que cela changera à l’avenir, car je pense que cela amènerait la Formule 1 à un bien meilleur endroit si elle n’était pas dominée par une seule équipe.

Le Grosjean le plus proche des courses gagnantes était en 2012 et 2013 alors qu’il conduisait pour Lotus. Au cours de ces deux saisons, il a terminé neuf fois sur le podium et a frôlé la victoire à plusieurs reprises, paraissant fort dans cette dernière campagne en particulier.

Après 2013, il n’a réussi qu’un seul podium de plus car les difficultés financières ont plongé l’équipe dans une spirale descendante, et il dit que c’est le seul grand regret de sa carrière.

«Peut-être que le seul regret que j’ai, c’est que Lotus a fait faillite en 2014 après une brillante 2013 où nous étions sur la bonne voie, en allant bien quelque part», dit-il.

«Je n’ai pas reçu d’offre d’une équipe de haut niveau à l’époque, Kimi [Raikkonen] Je suis allé chez Ferrari et je suis resté chez Lotus et nous sommes juste allés en descente. Il est alors très difficile de récupérer quand on a été dans une équipe proche du fond du terrain.

«Je sais que j’aurais pu gagner des courses. Il n’y a pas de regret de ne pas en avoir remporté un car je sais qu’à chaque fois que j’ai eu la chance, j’ai fait tout ce que j’ai pu. Comme je l’ai dit, le seul regret est qu’après 2013, je n’ai pas eu la chance d’avoir une voiture aussi compétitive.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et comme notre la page Facebook.



Leave a Reply